• Ne vous débarrassez pas trop vite du pensum des excuses.    Nous faisons tous des erreurs, dont certaines sont préjudiciables à autrui, et il n'est jamais facile de s'excuser. 

        Les excuses supposent de reconnaitre que l'on a mal agi, que l'on s'est trompé, et donc notre amour-propre en souffre.
        Malheureusement, il ne suffit pas de s'excuser pour être pardonné : selon une étude de l'Université d'Amherst dans le Massachusetts, encore faut-il présenter ses excuses au moment opportun sinon elles manquent leur but.

        Après avoir fait une enquête statistique détaillée auprès de leurs étudiants, les psychologues ont constaté que le pouvoir d'apaisement des excuses augmente avec le temps: les excuses trop précoces laissent un sentiment de frustration, et celles qui viennent plus tard parviennent plus facilement à calmer et satisfaire les personnes blessées. Il ne faut donc pas se précipiter mais attendre que le temps apporte son apaisement. (pas trop longtemps non plus, car l'offensé sera plus réticent).

    Ne vous débarrassez pas trop vite du pensum des excuses.    Les chercheurs ont ensuite monté plusieurs types de jeux de rôles qu’ils faisaient jouer par plusieurs étudiants deux à deux, simultané-ment pour qu’il n’y ait pas de communication et une statistique était faite sur les résultats de chaque type de scénario.
        Cette étude a montré que si, pour répondre aux reproches de l’autre, on s’excuse tout de suite, en trouvant toutes sortes de raisons, on ne sera probablement pas pardonné, même si on assure qu’on ne vous y reprendra plus.
        Elle montre qu’il est préférable de  laisser d'abord longuement parler la personne blessée,   exprimer ce qu'elle a ressenti, ses inquiétudes et sa colère.
    Ce n’est qu’ensuite qu’il faut invoquer son pardon et essayer de dire simplement en termes clairs et émouvants, la vérité sur la raison de l’offense et sur les regrets que l’on a de l’avoir faite, en expliquant le plus sobrement possible les raisons de son erreur.

        Selon les psychologues, les excuses ont une fonction réparatrice à condition de reconnaître toute l'étendue de l'offense. C'est pourquoi il faut prendre la peine d'écouter; après une offense, le temps nécessaire à la personne offensée pour faire sentir tout son ressentiment par un discours peut être relativement long.
        Dans ce cas, l'offenseur doit attendre, et supporter calmement les remarques hostiles de sa victime pendant tout le temps nécessaire. Ce qui rend les vraies excuses difficiles, mais d'autant plus efficaces.
       
        C’est vrai que, moi le premier, quand on a le sentiment d’avoir fait une erreur, on est pressé de se débarrasser de la corvée des excuses et on a tendance à aller trop vite, et à multiplier dans nos explications, les raisons qui nous ont poussées à l’erreur, pensant ainsi paraître moins coupable.
        Sans doute devrions nous changer noe habitudes maladroites.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le fusionnement mère - enfant.

    `  Chaque fois que je critique Freud, j'ai toujours d'ardents défenseurs qui m'écrivent, mais qui me parlent de ses disciples et on m'a demandé ce que je pensais de  Lacan, Madame Dolto  et du  “fusionnement mère - enfant.”

        Je regrette pour les fanas de Freud, mais ni les Etats Unis ni les pays européens ne considèrent plus les théories de Freud comme actuelles, car les connaissances en neuropsychologie ont montré qu’il fallait les modifier, et seuls les psys français ont été encor eélevés dans le culte de Freud, et ils sont malheureusement souvent beaucoup moins bons que leurs homologues étrangers quand ils appliquent ses théories, notamment sur l'enfant et sur l'interprétation des rêves.
        Les anglo-saxons font, pour la même époque autour de 1900, référence à un autre grand psychiatre beaucoup plus généraliste, Jung, qui est d’ailleurs en partie à l’origine des “préférences cérébrales”.

        Freud considère que tous les ennuis que nous avons adulte, viennent des pulsions sexuelles que nous avons eues, étant enfant , envers nos parents notamment (c’est le complexe d’Oedipe ), et que toute notre vie est commandée par notre libido sexuelle. C’est très exagéré !
        Freud était certainement quelqu’un de très intelligent notamment quand il a essayé de définir l’inconscient et le moi. Par contre il n’avait qu’une expérience limitée car il ne soignait que des bourgeoises de Vienne qui avaient des ennuis sexuels, et cette population très limitée lui a fait faire des théories, certes originales, mais de portée assez limitée.
        Le complexe d’Oedipe est considéré aujourd’hui comme inexistant, car l'enfant n'a pas de poussées sexuelles avant la puberté, mais certaines idées de Freud sont toujours vraies, dans le domaine du "moi" notamment

        Des psychiatres français connus, comme Lacan et madame Dolto, ont repris ces théories, en nuançant l’aspect sexuel, mais en ramenant de nouveau tout à l’enfance et aux contraintes que font subir les parents aux enfants en les élevant  et en leur imposant des règles.
        Cela dit, contrairement à ce que croient la plupart des gens et la légende issue de 1968, madame Dolto estime que des règles doivent être imposées aux jeunes enfants et n’a jamais dit qu’il fallait aller vers le laxisme le plus complet.
        Jacques Lacan est un psychiatre, spécialiste des enfants,  qui a vécu entre 1900 et 1980, et qui est très incompréhensible : j’ai essayé autrefois, de lire un de ses bouquins qui s’appelle “Le stade du miroir comme formateur de la fonction du “Je” et je n’ai rien compris Je ne sais pas si j’en aurais encore le courage aujourd’hui et sûrement pas le temps !!!

        La théorie du “fusionnement” vient de cette filière. Elle n’est pas fausse, mais elle est trop réductrice et il faut considérer qu’il n’y a pas que cela, heureusement.
        Voilà ce que c’est :

        Quand une femme accouche, il y a un énorme lien “mère - enfant”; pour la mère, c’est un morceau d’elle même et les psys comme les neurologues considèrent qu’il est important pour elle et pour l’enfant qu’on lui mette son enfant dans les bras et qu’ils restent ainsi pendant quelques temps “en osmose”, à se reconnaître et à s’aimer. L’enfant reconnait ainsi sa mère à la voix, à l’odeur, à la façon dont elle le prend dans ses bras, et plus tard, à sa silhouette (il ne voit pas distinctement). Cela c’est une constatation scientifique de “formation du cerveau”.
        C'est pour cela que je suis opposé à la GPA (à ne pas confondre avec la PMA).

        Les psy y voient ensuite un autre phénomène, un peu analogue qu’ils appellent le “fusionnement” qu’ils qualifient du terme barbare “d’identification projective”.
        La mère s’identifie sentimentalement à son enfant et l’enfant à sa mère : c’est ce qu’ils appellent une “projection”. Elle consiste à prendre une part de l’autre et à la mettre en soi, lien très fort sensoriel et émotionnel.

        Le mécanisme fusionnel, c’est en résumé: “on est dans l ’autre et l’autre est dans soi”. (cela peut être vrai en amour)
        C’est vrai aussi pour le père, mais de façon moindre car le père a - (disent les psy et cela me parait moins vrai aujourd’hui !)  - l’image de l’éducateur, du redresseur de torts.
        Les relations mère-enfant et père-enfant les amènent (mère et père) à “régresser” ainsi (en partie par le souvenir et de façon inconsciente) à l’état de nourrisson eux aussi. (personnellement je n’ai jamais ressenti cela, cela devait être inconscient chez moi ! LOL mais peut être retomberai-je en enfance d’ici quelques années : je ne désespère pas !)
        L’enfant se construit dans le regard de ses parents.
        L’enfant pour se sentir exister voit son reflet dans le regard de sa mère et y voit ce que la mère, elle même reçoit et renvoie. (A mon avis très impertinent, les miroirs devraient beaucoup réfléchir avant de renvoyer une image !! lol)
        Il y  un va et vient entre la construction progressive psychique de l’enfant et des régressions, des mécanismes fusionnels successifs. On peut régresser mais il faut ensuite repartir , se séparer pour explorer le monde et que l’enfant devienne peu à peu un individu autonome.
        Ainsi l’adolescent qui au cours de l’enfance a pris ses parents pour modèle, s’en éloigne peu à peu, (quelquefois avec fracas !) mais leur avis et leur approbation restent quand même des éléments essentiels pour son développement psychique. (enfin, si les parents essaient quand même de comprendre leur ado!).
     
        Cette dernière idée me paraît importante, et par exemple, quand les parents constatent que leurs enfants ont des initiatives, ce qui est méritoire, et qu’elles ne leur plaisent pas, ils ne devraient pas les critiquer et encore moins les contrer, mais essayer de les encourager dans une direction un peu différente, pour profiter de la motivation, en expliquant bien posément et sans critique les problèmes que peuvent poser certains excès ou des interprétations erronées.

        Je connais un certain nombre de parents qui croient qu’il ne faut pas brimer un adolescent et que donc il faut lui faire confiance et le laisser faire tout ce qu’il veut, sans le surveiller, pour qu’il acquière de l’expérience.
        Les résultats d’une telle méthode d’éducation sont en général assez catastrophiques et l’ado en question se croit mal aimé(e) et abandonné(e) et il lui arrive souvent les pires ennuis qu'il reproche ensuite à ses parents alors que ceux ci croient avoir fait cela pour son bien.
    Errare humanum est !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les familles recomposées.


         Un problème de notre société actuelle, avec la multiplication des divorces, est celui des familles “recomposées”.

         J’appelle ainsi les familles où les parents ont divorcé, puis celui des parents à qui la garde des enfants a été confiée, s’est remarié avec quelqu’un, qui avait lui même des enfants, qui sont ainsi devenus demi-frères et soeurs par alliance.
         Il peut naître ensuite de nouveaux enfants de cette union, qui sont alors de vrais demi-frères ou soeurs pour les enfants nés des anciennnes unions, puisqu’ils ont ou un père ou une mère en commun.
         C’est une situation pour laquelle je n’ai aucune expérience, ne l’ayant jamais “expérimentée”. Mais c’est maintenant chose courante, car le nombre de divorces est élevé et dans quelques cas, cela arrive même plusieurs fois
         Je connais une famille où les parents actuels se sont remariés deux fois chacun; il y a huit enfants qui vivent ensemble provenant de cinq unions différentes : record à battre parmi les cas que je connais!!! Et paradoxalement, cela fonctionne assez bien dans cette famille, car les enfants s’entendent entre eux et finalement forment un clan très uni, de telle sorte que s’ils ont souffert des divorces de leurs parents, ils ont oublié un peu le comportement de ceux-ci, en faisant chacun son trou dans cette petite meute sympathique de jeunes (ne cherchez pas, ils n'ont pas de blog)
         Les problèmes sont surtout pour les parents, parce qu’élever huit jeunes d’âges très rapprochés, pose des problèmes matériels (argent, logement, voitures, vacances...), qui ne sont pas de tout repos.

         Malheureusement, cela ne se passe pas toujours aussi bien.
         Bien entendu, il y a d’abord le stress provoqué par les parents qui se disputent et par leur divorce.
         Ensuite il y a deux difficultés principales : l’entente avec le nouveau conjoint et l’entente avec les demi-frères ou soeurs, qu’ils soient vrais ou par alliance. (quand je parle de conjoints, il est possible que ce soit seulement deux personnes qui vivent ensemble et ne sont pas mariés; pour moi, il n’y a pas de différence).

         J'ai eu de jeunes correspondantes qui ne s’entendaient pas avec leur beau père. mais souvent il parait assez difficile de déterminer la nature exacte de ce différent.
         Il est certain que ce n’est pas facile, ni pour l’enfant, ni pour le parent, de s’adapter à la situation nouvelle;
         L’enfant est souvent jaloux du nouvel amour de sa mère. Il ressent souvent cela comme une trahison par rapport à son père biologique et il a donc un à priori très défavorable vis à vis de cet “intrus”. (c’est une réalité même si je ne crois pas au complexe d’OEdipe).
         Même si ce sentiment répulsif n’existe pas, il faut que l’ado s’habitue à cette nouvelle présence et il admet mal que ce “demi-père” exerce sur lui la moindre autorité.
         Mais il faut aussi savoir que le beau-père en question, se sent probablement très mal à l’aise parce qu’il se sent considéré comme un intrus, comme une “pièce rapportée”.
         Il faudrait que chacune des deux parties y mette du sien.

         En général les enfants s’entendent bien entre eux. mais ce n’est pas toujours vrai, surtout entre ados. Les demi-frères et soeurs n’ont pas partagé ensemble de nombreuses années de vie commune et eux aussi sont parfois considérés comme des intrus. Surtout lorsque vous étiez fils ou fille unique, le jalousie vous ronge, car ils viennent prendre une partie du temps que votre mère ou votre père vous consacrait exclusivement.
         Il est aussi certain que ces frères et soeurs, qui ont un patrimoine génétique différent du vôtre, peuvent avoir une personnalité, un caractère très différents.
         C’est aussi peut être eux, qui ne veulent pas sympathiser et que vous n’y soyez pour rien.
         Les parents préfèrent parfois l'un d'entre eux, ce qui suscite une jalousie compréhensible, de la part des autres.
         
         Je crois que le problème essentiel de la “recomposition” des familles, est que chacun veuille bien admettre que le passé est révolu, qu’il ne sert à rien de le regretter, qu’il faut construire l’avenir, le reconstruire presque à partir de rien, et donc mobiliser toutes ses capacités relationnelles, de sympathie et d’indulgence, de bonne volonté et de patience, et que la nouvelle construction repose sur le dialogue, la confiance et la tolérance.
         A part quelques cas où l’attitude du nouveau conjoint m’est apparue comme assez odieuse, je crois que la plupart du temps les mésententes sont plutôt dues à des “à priori” inexacts et à un manque d’efforts mutuels regrettable, qui empêche de se rapprocher les uns des autres.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pour communiquer, il faut être deux au moins.

      Je constate souvent que de nos jours, où les moyens de communication ont décuplé, la communication entre personnes, et notamment entre jeunes et parents était de moins en moins bonne.
        Je voulais donc écrire sur cette communication. Mais j’ai pensé à un article d’un jeune qui écrivait il y a une quinzaine d'années, sur Tchatcheblog, qui m’avait paru très pertinent et que j’avais conservé et qu’à l'époque il m’avait autorisé à citer.
        Le jeune auteur constate sa solitude et celle des autres; il a initialement tendance à dire qu’il n’est ni compris, ni aidé, puis découvre que pour communiquer il faut être deux :

        “Je n'avais d'ailleurs pas totalement tort... J'étais seul... En revanche, ce dont je ne me rendais pas compte, c'est que cette solitude, c'est moi qui la créais et qui l'entretenais... Oui parfaitement, c'est moi qui tournais le dos au monde...
        J’avais à mes cotés des personnes qui ne m'aidaient pas...
    Mais comment auraient-elles pu le faire alors que je refusais qu'elles m'approchent?
        J'avais à mes cotés des personnes qui ne me soutenaient pas...
    Mais pourquoi l'auraient-elles fait alors que je les envoyais balader?
        J'avais à mes cotés des personnes qui ne me regardaient pas...
    Mais pourquoi l'auraient-elles fait alors que je détournais le regard?
        J'avais à mes cotés des personnes qui ne remarquaient pas que je me sentais seul...Mais comment auraient-elles pu le remarquer alors que c'est moi même qui dissimulais volontairement ce que je ressentais.
        J'avais des personnes qui n’étaient pas à mes cotés ...
    Mais comment auraient-elles pu l'être alors que je les écartais très soigneusement de mon passage et ce, en les décourageant de revenir à la charge?

        Une des raison pour laquelle j'ai eu tant de mal à me retourner est cette peur... De soi... Mais en fait, surtout des autres... Plus précisément de ce que pensent les gens que j'aime...
        La peur de décevoir... On croit savoir qui et comment on peut décevoir. Des fois on se trompe, des fois non... Quand on pense décevoir, alors qu'on est victime par exemple, il y a environ 99 % de chance qu'on ne déçoivent pas si la personne en face est sensée... Je parle pour tout ce qui est grave et dont on a si peur de parler (ou pas envie d'ailleurs).....
        La peur que j'avais de décevoir, la peur que j'avais de moi, sous prétexte que je me sentais pas assez « bien » par rapport aux autres, était infondée...”

        Cette analyse me parait extrèmement pertinente et lucide.

        D’abord il faut être deux pour parler et chacun doit faire un pas vers l’autre.
        Quand vous jeunes vous souffrez, vous reprochez à vos parents d’être indifférents à votre peine, mais vous n’avez rien fait pour la signaler ou du moins pas d’explication claire, sans ambiguité, et cela mène parfois à des solutions extrèmes : scarification, drogue, tentative de suicide.
        Il faut trouver un moyen d’avertir avant d’en arriver là.

        Vaincre cette peur de décevoir, d’être mal jugés par ceux qu’on aime. Et pourtant !
        Mais il faut aussi que les adultes soient à l’écoute, qu’ils vous écoutent, en essayant d’analyser objectivement, de comprendre, et surtout de ne pas vous juger !

        Je m’en rends bien compte, car ceux qui s’adressent à moi ne m’ont pas réellement en face d’eux; je leur dis qui je suis, mais eux restent sous le couvert de l’anonymat.
        Ils voient que je les écoute et que je ne les juge jamais. On parle de leurs problèmes, mais aussi de certains des miens, notamment quand j’étais jeune, pour que la confidence ne soit pas à sens unique, qu’il y ait dialogue.    
        On parle de notre vie de tous les jours, de l’avenir, de ce qu’on voudrait qu’il soit.
        Cette peur de décevoir disparaît et une certaine amitié nait et fait que l’on a confiance l’un en l’autre, que l’on n’est plus seul, qu’un jeune peut s’appuyer sur l’adulte, mais aussi qu’il apporte à cet adulte des émotions et des joies, une connaissance d’une personnalité et de sa vie.

        On ne peut dialoguer qu’à deux et si chacun a confiance en l’autre.
        Ce n’est pas toujours possible, et j’ai malheureusement des exemples où la confiance entre parents et enfants a été totalement détruite. Il faudrait ne jamais en arriver là, mais on ne fait pas toujours ce qu’on voudrait !

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •       J'ai eu il y a quelques années, et j'ai encore beaucoup de contacts avec des ados qui ont parfois des problèmes ou se posent des questions existentielles
          Certains se plaignent que leurs parents ne s’aperçoivent pas de leur âge et les surveillent comme s’ils étaient des enfants. D’autres au contraire, trouvent que leurs parents ne s'occupent guère d'eux et croient qu'ils les abandonnent. Quelques uns, pourtant d’un âge adulte, ne veulent pas quitter le giron des parents.

    Quand sortons nous du cocon familial ?

         Je ne crois pas que ce soit une question d’âge, mais plutôt d’état d’esprit, de moyens matériels et évidemment de l’éducation que l’on reçoit et enfin également, d'environnement, notamment familial et éducatif. Egalement des relations avec les camarades et amis.
        Je pense qu’on ne peut être vraiment indépendant que lorsqu’on est capable de mener sa vie seul, sans avoir ses parents derrière soi. Cela ne veut pas dire qu’on ne les aime plus et qu’on ne demande plus leur avis, mais qu’on est “responsable de sa destinée”.
         Il faut d’abord l’être matériellement et donc gagner sa vie, sinon on n’est pas responsable : on a une mentalité d’assisté !!!
        Ceci peut donc intervenir à un âge très différent selon les cas et notamment les études que l’on fait, et l'approche d'un métier, soumis de nos jours aux aléas du chômage..

        Encore faut il être capable de prendre des décisions et d’en assumer les conséquences.
         Cela demande d’analyser et de prévoir les événements, de définir ses actes et de tenir compte de leurs répercussions futures sur ce qui nous entoure et notamment sur les autres êtres humains : parents, ami(es), petit(e) ami(e), camarades.
         Les neurobiologistes nous disent que c’est le cerveau préfrontal qui nous permet de prévoir les conséquences de nos actes, et que ses centres ont besoin d’une certaine “expérience de la vie” pour se former et qu’il n’est vraiment mature , en général qu’entre 20 et 25 ans. Il y a donc une limite basse physiologique à notre sortie de l’adolescence et notre entrée dans la vie d’adulte.
          Mais il ne suffit pas d'avoir un cerveau, encore faut il l'entraîner. Si vos parents prennent toutes les décisions à votre place, si vous n'avez aucune initiative, si vous ne rencontrez pas de difficulté, si tout est programmé dans votre vie et que vous vous trouvez  isolé dans votre petit domaine, rien ne vous prédispose à vivre de façon autonome.

         La connaissance et l’acceptation des règles de la vie en société est aussi une condition impérative pour avoir notre indépendance.
         Certes les parents donnent en général à leurs enfants, des règles morales et de comporte-ment dans la vie . Mais je constate que certains d'entre eux oublient de donner une information et une expérience sur la vie réelle extérieure, qui peut être très différente du contexte familial. Pourtant c'est dans ce milieu extérieur que vous vivrez lorsque vous serez adulte et il vaut mieux y être confronté avant. Sinon vous risquez de découvrir ce milieu extérieur seul et sans préavis et aide, ce qui peut apporter de la part des autres des désagrément, voire pour certain la souffrance due à un certain harcèlement, si on vous prend pour souffre-douleur.
         Les conseils ne suffisent pas à cela. A parti d'un certain âge d stages dans des associations ou en entreprise peuvent être très bénéfiques pour appréhender le monde tel qu'il est.es 
         Il est certain que l’éducation que l’on a reçue et l’attitude des parents est une chose primordiale, pour faire cet apprentissage de la vie.
         Des parents qui couvent leur enfant et qui ne veulent pas se résigner à voir “l’oiseau s’envoler du nid” et à le laisser vivre sa vie sans décider tout à sa place, ne lui facilitent pas la tâche et risquent de l’étouffer ou de l’acculer dans l’égoîsme.    
          Mais à l’inverse, il ne me parait pas raisonnable de vous traiter dès le début de l’adolescence en adultes (que vous n’êtes pas) et de vous laisser la bride sur le cou, sans règles et sans surveillance et assistance.
        La transition doit être progressive.
        Dans l’entreprise où je travaillais, lorsqu’un jeune ingénieur arrivait, (22 à 25 ans), on désignait, outre son chef de service, un ingénieur “référent” qui était son “ange gardien”, chargé de l’aider, mais aussi de lui montrer les règles à suivre, les méthodes à utiliser, les erreurs à ne pas commettre.
         Votre référent à vous, ados, ce sont en général vos parents, aidés éventuellement des grands parents et dans certains cas, vos professeurs. .......
       
        Alors quelle peut être votre “liberté” à 15 ou 16 ans ? .
        Je ai peu de doléances de garçons; sont ils moins moins surveillés, s’accomodent ils mieux de cette surveillance, les parents considèrent ils que le monde est moins dangereux pour eux ? Je ne puis le dire.
        Je sais bien que les filles sont mures plus tôt que les garçons, c’est peut être pour cela qu’elles veulent décider de leur vie.
        Je remarque toutefois que paradoxalement, celles qui se plaignent le plus d’être brimées, sont celles auxquelles on passe tous leurs caprices, qui ont matériellement tout ce qu’elles désirent et auxquelles on laisse même une grande liberté de sortir.
        Cela ne m’a pas étonné, quand tous ses désirs sont satisfaits, le plaisir s’émousse et la moindre contrariété prend l’allure d’une brimade catastrophique.

        Je comprend que sur certains points vous souhaitiez participer aux décisions vous concernant : votre orientation scolaire, le choix de vos ami(e)s, les sports et activités qui vous intéressent, et que par ailleurs on ne vous traite plus comme un enfant, mais que l’on respecte votre “liberté d’opinion et d’expression” (mais encore faut ils que vous l'utilisiez et que vous disiez ce qui ne fonctionne pas comme vous le souhaiteriez).        
        Mais à l’inverse, vous n’avez pas encore l’expérience de la vie, et, sauf exception, vos parents sont à même de vous guider dans ces choix et de vous en montrer les avantages et les inconvénients avant que vous ne preniez en définitive une décision. D'ailleurs quand vous me consultez c’est ce que je me contente de faire : vous montrer certains aspects possibles de vos actes et vous m’écoutez en général avant de décider.
       
        Enfin et surtout, je trouve que beaucoup d’exemples que vous me citez sont puérils.
        Quand vous me parlez d’un conflit énorme pour le choix de la couleur d’une robe ou une différence d'une demi heure sur l’heure de rentrée d’une sortie (souvent à la limite des heures d’arrêt des transports en commun), je crois quand même que vous devriez réserver vos efforts d’obtention de votre liberté de choix, pour des causes qui en valent la peine.
        Etre adulte, c’est aussi faire la part des choses et réserver son énergie pour les actions qui aboutissent à un résultat important, à une satisfaction notable, à un choix déterminant pour le futur, sans la gaspiller pour des broutilles.
        En vous opposant à vos parents pour des futilités, vous les renforcez dans l’idée que vous êtes encore une enfant irresponsable.
         L'apprentissage pour être adulte, c'est l'apprentissage de la vie, certes des décisions de tous les jours mais surtout des décisions importantes d'avenir, et avant de les prendre, d'essayer de prévoir les conséquences des divers scénarios possibles. Ce n'est pas de tout repos, car il faut se forcer pour réfléchir ainsi, mais c'est à terme, la clé de l'indépendance.

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique