• Internet nous manipule

                 La guerre en Ukraine a été l’occasion de mesurer combien les réseaux sociaux et principalement Facebook et Twitter, étaient d’excellent outils de désinformation et de bourrage de crâne.

                Un grand nombre de comptes officiels sur ces réseaux, (plus de 75), d’organismes du Ministère des affaires russes (ambassades au Royaume Uni, Canada, Suisse, Autriche, mission à l’ONU…) se renvoient en permanence des textes de propagande, qui, par exemple, traitent les autorités Ukrainiennes de nazis ou nient les bombardements de sites civils et les exactions des troupes russes. Se relayant sans cesse, ils occupent l’espace internet et ont donc de fortes chances d’être lus. 870 comptes automatiques programmés complètent cette cyber-force de frappe, gonflant ainsi artificiellement la diffusion de la propagande russe.
                Le but est de faire croire qu’un débat ou une polémique mobilisent de nombreuses personnes sur le web, et justifier ainsi des idées préconçues et en définitive, faire croire à de fausses informations.

                Les élections sont également une occasion d’agir de façon analogue.

                L’intervention russe en faveur de Trump, en piratant les données de son adversaire et en les publiant largement sur les réseaux sociaux, a défrayé la chronique il y a 5 ans. Par exemple deux sociétés britannique (Cambrige analytics) et russe (Internet Agency)  ont largement diffusé de fausses informations, notamment sur un site de soi-disants révolutionnaires texans.
                En 2017, lors de l’élection présidentielle française, des activistes ont largement diffusé de fausses informations, notamment ont publié dans l’internet français, sur un site de soi-disants révolutionnaires texans américains d’extrême-droite, des courriels piratés du parti d’Emmanuel Macron. Certains fichiers étaient même trafiqués et des indices ajoutés , pour faire croire que c’était l’œuvre des russes.
               Lors de la dernière campagne présidentielle, l’équipe d’Eric Zemmour a très largement diffusé sur le net, des documents visant à imposer leurs thèmes sur l’immigration et l’islamisme.
             Les contenus des informations ne sont pas forcément faux, mais ils sont sélectionné, d’une part pour convaincre d’un but poursuivi, mais aussi en fonction de toutes les données que les réseaux sociaux recueillent sur leurs usagers, analysant leurs besoins leurs envies, voire leurs votes..          

                Tout le monde connait la façon dont nous sommes suivis à la trace sur internet, par des sites qui font des statistiques sur nos demandes et recherches et ensuite vendent ces résultats à des entreprises, en tant que renseignements marketing.
               Mais ce que nous publions sur Facebook ou Twitter, voire même sur un blog, est aussi analysé et sert aussi à renseigner les acteurs de la société de consommation.
              Il y a deux ou trois ans c’était infernal. Dès que je cherchais une information technique ou commerciale sur Google, je recevais des centaines de mails de pub, la plupart du temps sans intérêt, d’autant plus qu’ils arrivaient en général quand j’avais terminé ma recherche.
              Depuis Google a été contraint de permettre aux internautes de limiter ses suivis et la première fois où je consulte Google, après avoir rallumé mon Mac, je vois apparaître la fenêtre ci dessous, et je clique sur « refuser ».
             Je constate que Google continue à être indiscret, car je reçois encore des mails de pub liés à mes recherches, mais beaucoup moins.

    Internet nous manipule

            Ce qui me laisse rêveur, (et méfiant), c’est le « métier d’influenceur », maintenant reconnu sur internet.  Ce mot a fait son entrée dans les dictionnaires français Larousse et Robert en 2017  et il est aujourd’hui largement répandu et utilisé. 
             Un influenceur est généralement un internaute, qui grâce à sa forte présence sur les réseaux sociaux et/ou les blogs, est parvenu à gagner en influence et à être suivi par des milliers, voire des millions de fans, et à devenir ainsi un relais d’opinion auprès des consommateurs .
            Ces influenceurs sont devenus aujourd’hui les nouvelles stars du web, avec la possibilité d’influencer, dans tous les domaines,  les choix des consommateurs, et, à terme, les comportements d’achats.
            Ils sont de plusieurs sortes :
                  D’abord des personnalités connues, (cinéma, sport, musique, médias…), bien entendu présentes sur les réseaux sociaux..
                  Des « macro-influenceurs », qui ont des centaines de milliers, voire des millions d’abonnés. C’est leur métier et ils ont une agence et des agents ou courtiers, qui prennent les commandes « d’influençage ».
                Les micro-influenceurs n’ont que au maximum quelques milliers de fans, mais ils en ont davantage la confiance, et sont donc considérés comme importants par les entreprises.
               Les nano-influenceurs n’ont pas un nombre important de lecteurs, mais ce sont des personnes reconnues comme compétentes, voire des experts, passionnés par certains sujets.
               Il y a enfin les blogueurs-influenceurs, qui abritent de la publicité sur leurs sites, voient la commentent. En fait leur rôle publicitaire peut être le moteur de leur notoriété.

     Personnellement je suis très méfiant vis à vis de ces pubs et je doute, comme saint Thomas. Si un produit m’intéresse je cherche à trouver de nombreux renseignements techniques et à les comparer.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •        

    http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/Unknown-copie-9.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/images-copie-13.jpg

        J'ai souvent entendu des collégiens, mais aussi par des lycéens et parfois par des adultes, des femmes notamment, se plaindre d'être harcelé(e)s sur internet, soit sur les réseaux sociaux, soit par SMS ou mail. 
        Ce mode de harcèlement est différent du harcèlement scolaire, et les vacances n'y mettent pas un  terme malheureusement.

        Contrairement à ce que l’on croit souvent, ce n’est pas internet qui a créé le harcèlement
        Avant l'ère d'internet, de nombreuses recherches ont été effectuées sur le harcèlement classique chez les jeunes dans le cadre scolaire.
        Le harcèlement peut être physique ou psychologique, il implique une intention de nuire de la part de l'agresseur et souvent en se servant de différences physiques, sociales, intellec-tuelles pour imposer son pouvoir.
        Ses formes peuvent être physiques (pousser, frapper, extorquer des objets ou de
    l'argent) ou verbales. L’exclusion sociale d’un groupe est également un cas fréquent du harcèlement, de même que l'atteinte à lo réputation.
        Les travaux de recherche décrivant les auteurs et victimes de harcèlement scolaire indiquaient qu'auteurs et victimes étaient plus fréquemment des garçons, que les auteurs étaient généralement plus forts physiquement, dominants, impulsifs, et avaient souvent des difficultés scolaires. Les victimes semblaient anxieuses, socialement en retrait, isolées, et physiquement plus vulnérables.

        Mais effectivement la venue des moyens informatiques et multimédias a changé la donne, non pas dans l’esprit des harceleurs et harcelés, mais dans la facilité de communication, avec internet et le téléphone portable, et aussi par le bouleversement des habitudes de vie, surtout des jeunes.
        Le « vidéo-linchage », appelé curieusement « happy slapping » aux USA, existe aussi en France depuis 20 ans : c’est, par exemple, une agression collective d’une victime tout en la filmant au moyen d’un téléphone portable, puis la diffusion du film humiliant de cette agression qui, comme un virus, peut atteindre un maximum de personnes en un minimum de temps. Dans certains cas extrêmes, l’agression physique peut être très violente et certaines d’entre elles ont même entraîné la mort de la victime.
        Depuis la loi du 5 mars 2007, la diffusion de ces images constitue une infraction pénale passible d'une peine de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 75 000 euros.

        Heureusement ce n’est pas la pratique la plus courante, mais des études américaines montrent combien les phénomènes d’harcèlement sont courants entre jeunes.
        Michele Ybarra, de l’université de Baltimore, a interrogé 1 500 adolescents âgés de 10 à 15 ans utilisateurs d'Internet, et a observé que durant l'année précédente, 35 % avaient été victimes de harcèlement ou de sollicitations sexuelles, tandis que 21 % en avaient été auteurs.
        Dans une autre enquête auprès de 3 767 adolescents américains utilisant ou non Internet, Robin Kowalski, de l'Université de Caroline du Sud, a observé que, durant les deux mois qui avaient précédé l'enquête, 11 % des jeunes avaient été victimes de cyberharcèlement, 7% en avaient été auteurs et victimes, et 4 % en avaient été auteurs.

        Mais il ne faut pas croire que le cyberharcèlement ait remplacé le harcèlement « classique » en classe. Une étude de Kirk William et Nancy Guerra de l’université de Californie, montrent que le harcèlement le plus fréquent est de loin le harcèlement verbal, à égalité avec le harcèlement physique vers 13 ans alors que le harcèlement sur internet est faible, puis celui-ci augment mais reste très inférieur aux deux autres, lesquels sont alors maximaux vers 15 ans, puis vers 18 ans les trois tendances diminuent un peu.
        Il est difficile de trouver des études françaises sur ce sujet avec des statistiques simples et compréhensibles qui ne mélangent pas tout.
        Par contre on trouve de nombreux articles sur le harcèlement à l’école et le cyber-harcèlement.
        
        Laurent Bègue, professeur de psychologie à l’université de Grenoble, a essayé de cerner la psychologie du harceleur : qu’est ce qui pousse un individu à pourchasser un autre, à tenter de le rabaisser, de l'humilier ou de lui faire peur, voire de le frapper.
        Il y a certainement d’abord un problème d’éducation et de fréquentation : certains jeunes croient qu'il est valorisant de harceler autrui, que c'est quelque chose de toléré. Cela résulte probablement d'une absence de discours clair condamnant ces pratiques dans l'entourage familial ou professoral, ou de la fréquentation d'individus pour qui cela ne pose pas de problèmes.
        Les élèves qui se sentent mal à l’école et qui ont de mauvais résultats en classe, sont peu surveillés par leurs parents, ne suscitent pas l’intérêt des professeurs et sont peu attachés aux institutions et usages de la société. On constate qu’ils sont plus enclins à devenir harceleurs.
        Un autre facteur est le manque de réaction de l’environnement qui « laisse faire ». et le harceleur peut avoir l'impression que sa victime est isolée, donc sans défense.
        L’usage de l’alcool et du cannabis qui diminue les facultés intellectuelles est souvent un facteur aggravant.
        Le harcèlement est souvent un phénomène de groupe, qui crée un « souffre-douleur », et on peut se demander en quoi un groupe d'élèves se sent suffisamment menacé par un seul enfant pour qu'on lui assigne la place du bouc émissaire.
        Le bouc émissaire occupe la place de celui qu'on exclut, de celui dont personne ne veut, de celui auquel on ne s'identifie pas; on harcèle pour avoir bonne conscience, pour s'assurer qu'on est du bon côté, avec la majorité ; être en groupe contre l'autre permet de renforcer la cohésion, en s’unissant contre un « ennemi » commun auquel on attribue tous les défauts que l'on n'assume pas, mais qui sont le plus souvent ceux du groupe lui même.
        Le bouc émissaire a donc une double fonction : il réveille les blessures narcissiques du harceleur ou du groupe, et en est l'antidote.   

        Le harcèlement classique et le cyberharcèlement ont de nombreux points communs, mais le cyberharcèlement se distingue par plusieurs aspects.
        D'abord, par l'implication des filles. Alors que le harcèlement physique est I'apanage des garçons, notamment dans la cour de l’école où les filles sont peu enclines à la violence physique, elles se rattrapent par l’écrit sur Internet, si bien que Ia parité de sexe est atteinte chez les harceleurs.
        Par ailleurs, contrairement au harcèlement classique, qui peut être évité par certains dispositifs de surveillance, le cyberharcèlement ne se limite pas aux murs du collège ou du lycée, et est permanent car, à n’importe quel instant du jour et de la nuit, le harceleur peut faire circuler un courriel ou un SMS malintentionné, ou encore déposer un message dégradant sur la page personnelle de sa victime.
        Surtout le harceleur est à distance de sa victime, son identité éventuellement dissimulée sous un pseudo, et il ne voit pas les réactions de souffrance de sa victime, ce qui l’empêche de culpabiliser ou d’avoir pitié, voire même de se rendre compte des conséquences de son action.
        En outre, contrairement aux harceleurs classiques, les cyberharceleurs n’ont pas besoin d’être plus forts physiquement ou intellectuellement que leurs victimes, et par contre ils peuvent diffuser des rumeurs ou des photos dégradantes pour la victime à des centaines, voire des milliers, de personnes.
        L’anonymat qui peut être une bonne chose pour protéger ce qu’on écrit sur soi-même sur un blog, peut être catastrophique en matière de harcèlement : 67% des victimes ne connais-sent pas leur agresseur d’après une étude qui montre par ailleurs, par comparaison entre des agressions avec ou sans anonymat, que la violence est deux fois plus grande quand l’anonymat donne l’impression d’impunité.
        Enfin, plus la fréquentation en temps d’internet est grande,  plus le risque d’être victime, voire agresseur est grand.

        Cela dit j’ai parlé surtout des jeunes, mais l’agressivité est une modalité du comportement des êtres vivants et particulièrement de l'être humain, chez qui elle se traduit par la violence principalement vis à vis de ses semblables. Elle touche tout autant les adultes, mais sous des formes plus diverses.

        Certains psychologues se sont demandé si l’éducation actuelle n’était pas en partie responsable de l’augmentation du harcèlement.
        Diverses causes sont avancées : Manque ou diminution de l’activité physique des jeunes, qui détend et fait évacuer stress et agressivité, suppression de tout enseignement moral à l’école primaire (qui pourrait pourtant être fait en respectant la laïcité), manque de sommeil, fatigue des parents dans le cadre de la vie actuelle, nourriture trop sucrée qui favorise l’agressivité, mais aussi résidus de produits chimiques et insuffisance d’hydratation, et surtout le manque d’éducation des parents trop laxistes, les traumatismes laissés par les divorces et les familles recomposées, et une société plus violente encensée par les médias : journaux télévisés, films, téléfilms, bandes dessinées…

         La violence en général et les nouvelles formes de violence méritent toute l'attention des scientifiques et des pouvoirs publics, mais aussi des enseignants et des parents, car elles peuvent menacer le développement social et émotionnel des adolescents, pour lesquels Internet et le téléphone portable occupent une place centrale dans la vie quotidienne.
        Mais un éducation des jeunes devrait être également faite pour qu’ils ne restent pas indifférents aux souffrances d’une victime, et n’hésitent pas à agir
        

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures2/Unknown1.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures2/Unknown.jpg

         On m'a souvent posé la question de l’amitié sur internet et dans les réseaux sociaux, et je crois que cette question peut être intéressante à traiter, mais je crois que l’essentiel, c’est de savoir de quelle amitié on parle.

        Il y a d’abord les amis « type Facebook ». C’est le vocabulaire de ce site, mais personnel-lement j’appellerai cela des relations de réseau social. Quelqu’un que vous ne connaissez pas peut venir et vous demander d’être ami. Ensuite vous échangerez parfois quelques phrases sur le site, mais vous ne le connaitrez guère plus.
        Mais cela fait bien, c'est à la mode, et on est content si on a des centaines « d’amis ».

        Bien sûr vous pouvez aussi avoir comme « ami Facebook » des personnes de votre famille ou des amis d’autres origines que vous connaissez très bien. Facebook n’est alors qu’un moyen de communiquer, comme la messagerie, surtout quand il y a des milliers de kilomètres entre les personnes.
        Personnellement je l’apprécie peu parce que dire simplement une phrase en cliquant sur un bouton, ou mettre deux ou trois mots sur n’importe quoi, me paraît de peu d’intérêt et je préfère écrire un mail ou téléphoner sur un téléphone ou sur Skype. Au moins on a un dialogue. Mais c’est une question de goût.

        Les personnes que l’on côtoie sur un blog, est ce pareil.? A l’origine c’est un peu la même chose, sauf que sur le blog, ce ne sont pas de simples remarques ou phrases mais des articles. Donc vous pouvez connaître peu à peu certains aspects de l’auteur du blog. Les commentaires et surtout les échanges par mails, sont aussi des avis sur l’article concerné.
        Les relations sont donc moins superficielles surtout avec des interlocuteurs avec lesquels on correspond longtem^s et que l'on finit par connaitre un peu, de la même façon qu’on connaît des collègues de travail.
        Mais dans certains cas le blog n’est que la face cachée de l’iceberg, et, à partir de lui, toute une correspondance peut naître, et il peut en résulter une véritable amitié.

        Autrefois le web n’existait pas. L’amitié était différente. On avait peu d’amis, mais on les connaissait bien. On ne les voyait que directement; c’étaient donc des personnes géogra-phiquement proches, sur lesquelles on pouvait compter, et si on était provisoirement séparés on s’écrivait par lettres et par la poste. Ce n’était pas très différent des mails, mais cela mettait plus longtemps à arriver et puis cela coûtait des timbres, gênant pour les ados..
        L’inconvénient des relations de ce genre, c’est qu’en dehors des lieux d’étude, les liens se faisaient surtout dans le milieu dans lequel évoluait sa famille. Il y avait donc un certain conservatisme social, et les relations étaient en général entre personnes du même âge.
        Je pense qu’internet favorise une certaine communication entre groupe sociaux ou d'âges différents, et donc une certaine compréhension des autres milieux.

        Une telle amitié, résultant d’échange sur internet peut elle ressembler à cela. ?
        Il y a vingt ans, je vous aurais répondu que non. J’avais une messagerie, mais elle ne me servait qu’à des contacts professionnel, ou avec ma famille ou des amis connus par ailleurs, et ce n’était alors, qu’un moyen commode de communication complémentaire du téléphone ou du contact direct, car il n’exigeait pas la présence de l’autre et permettait une réponse en différé.
        Aujourd’hui, en raison des relations que j’ai sur mes divers blogs successifs, je suis d’un avis différent.
       Je pense qu’on peut connaître bien quelqu’un à la suite d’un long échange de mails sur internet, suffisamment pour qu’une certaine amitié s’établisse.
        Il est certain que sans le web, ces relations n’auraient jamais eu lieu ou auraient demandé plus de temps et plus d’efforts, ce qui aurait sans doute empêché le plus souvent leur développement.
        Je pense aussi qu’internet permet d’interagir sur des thèmes qui ne sont pas ceux qu’on traite habituellement, que cela peut amener une certaine ouverture d’esprit vers des domaines que l’on n’a pas l’habitude de côtoyer.
        Je pense aussi que cela permet à ceux qui ont quelques difficultés relationnelles, introvertis très timide, et qui ont peur des relations directes, d’interagir plus facilement, avec quelqu’un qui n’es-t pas au départ proche et qui donc a moins de probabilité de vous juger.
        J'ai eu, dans des blogs précédents, de nombreux échanges avec des jeunes qui rencontraient des difficultés et que j'ai essayé d'aider nous finicsions par bien nous connaître et une certaine amitié à distance naissait, un peu comme si j'étais un grand-père virtuel.
        J'ai aidé aussi récemment à partir d'i-un blog, des jeunes qui rencontraient quelques difficultés, dues aux cours sur internet en raison du covid. Là encore une certaine complicité finit par naître, parce qu'on aborde aussi des sujets différents des problèmes scolaires.
        L'expérience de la communication, du dialogue avec autrui et des circonstances de la vie, permet en effet à la personne âgée de mieux comprendre les problèmes des jeunes et de pouvoir les conseiller, ou d'apaiser leurs angoisses. Le fait d'avoir eu des enfants et petits-enfants est aussi précieuse.

        Les relations sur internet entre jeunes sont différentes.
        Dans certaines relations entre jeunes garçons et filles, ceux qui pensent à raison ou à tort, qu’ils n’ont pas une apparence physique suffisamment attrayante, le web évite dcette difficulté initiale de contact et permet à ces personnes de montrer leurs autres qualités humaines ou d’intelligence (mais aussi avec un risque d'invention de personnalité et de mensonges)..

        Cela dit rien ne remplace à un moment donné, le contact réel la discussion face à face, l’échange qui va plus loin que de simples mots mais l’échange d’émotions que l’on voit sur la figure d’autrui.
        C’est pourquoi autant je crois à une amitié possible sur internet,, qui reste finalement quelque chose de partagé, mais provisoire, autant je ne crois pas à un amour virtuel durable.  
       Je crois qu’internet peut permettre de s’apprécier, de souhaiter se connaître, de faire peut être quelques rêves et quelques projets, mais que la connaissance réelle est indispensable pour amener finalement la déception ou le développement d'un premier sentiment.


        Cela dit je pense qu’on ne peut tirer vraiment profit des relations sur internet que s’il y a des échanges sur des sujets sérieux et des conversations qui vont peu à peu entraîner une connaissance mutuelle l’un de l’autre.
        Malheureusement quand je lis les murs de Facebook, je trouve que les échanges sont le plus souvent d’une banalité et d’une pauvreté (quand ce n’est pas vulgaire, c’est déjà bien), et j’avoue que je me demande parfois quel intérêt on peut y prendre, mais les conversations téléphoniques que j’entends parfois dans le métro, ne relèvent malheureusement pas d’un niveau plus élevé.
        C’est dommage, car je pense qu’internet est, comme la lecture, un bon outil de culture, littéraire comme scientifique, et un moyen efficace de communication, mais qu’on n’a pas appris aux gens à l’utiliser ainsi et qu’il ne sert trop souvent qu’à se faire mousser auprès des autres, en leur racontant ses occupations et ses prouesses, quand ce n’est pas ses conquêtes sentimentales ou sexuelles (plus ou moins vraies d'ailleurs). Finalement Facebook est plus un lieu de satisfaction de son égo qu’un lieu d’amitié réelle.

       J'ai quand même trouvé sur un blog d'une correspondante, ce poème que j'aime bien :

    L’amitié est une preuve de confiance, ou naissent nos plus belles confidences,
    A l’ami des secrets ainsi dévoilés, de peines enfouies restées inavouées.
    Une épaule amie sur laquelle se repose, nos peines, nos chagrins qui explosent,
    Partager ensemble nos joies, nos douleurs, cet arc-en-ciel de toutes les couleurs.
    Un ami se doit d’être loyal, fidèle, au fil du temps, au fil des ans,
    Notre amitié n’en sera que plus belle, un jardin secret grandissant.
    L’amitié se dit sincère, de toute confiance, sans nul désir de reconnaissance.
    Douce écoute réchauffant un cœur, âme en détresse qui vous conte malheur
    L’amitié raisonne nos idées folles, et l’ami vient vous conseiller,
    De la sagesse dans ses paroles, et ce désir de vous aider.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/53571410200580685219771762237616n.jpg

        Cela arrive parfois de se tromper, et effectivement une fenêtre apparaît sur l’ordi, avec 
    « code incorrect ».
         J’avoue que, tout en appréciant leur humour, j’ai trouvé ces vieilles dames très créatives : je n’avais pas pensé à prendre ce mot, "incorrect, comme mot de passe !!

         Quand on devient vieux, les performances de  la mémoire diminuent un peu, mais, autrefois il y avait des tas de raisons de diminuer ce handicap.

        D’abord on avait exercé votre mémoire étant jeune en apprenant pas cœur, non seulement des règles de grammaires et des formules de maths et de physique, mais les départements, leurs chefs lieux, les sous-préfectures (avec souvent des moyens mnémotechniques comme ceux que nous donnait mon instituteur en CM2 : par exemple celui-ci : « un jour que j’avais une soif de lionne (Yonne, département), je voulus voir à quoi l’eau sert (Auxerre, chef lieu); en homme de bon sens (Sens sous-préfecture), j’y joignis (Joigny sous-préfecture) un morceau de sucre et je m’écriais tonnerre, avalons (Tonnerre et Avalon, sous-préfectures; je crois d’ailleurs qu’elles ne le sont plus toutes aujourd’hui).
    Nos instits avaient des tas de ressources astucieuses à l’époque !


        Et puis ensuite, tout au long de la vie, il fallait se souvenir de tas de choses utiles : les adresses postales, les numéros de téléphone (souvent une bonne centaine), le classement de vos papiers (et il y en avait des dossiers !!), les recettes de cuisine, où vous avez rangé vos livres….
        Aujourd’hui, avec l’ordinateur et le téléphone portable, tout cela n’est plus nécessaire et notre mémoire se rouille !
        Heureusement le monde des ordinateurs a eu pitié de nous pour nous en préserver, et il a trouvé un moyen de nous exercer à nouveau : les codes informatiques du net.
       
        Si vous voulez préserver votre ordinateur des incursions et protéger certains dossiers un peu confidentiels, il faut les crypter et des mots de passe pour ouvrir les divers dossiers et évidemment, pas question de les mettre sur l’ordi (autant laisser aussi la clé de l’appar-tement sur le serrure !), car n’importe qui d’un peu doué peut accéder à ces infos et encore plus facilement sur un téléphone, qui n’a pratiquement aucune protection anti-intrusion depuis internet.
        Il y a ceux de votre carte bancaire que vous ne pouvez choisir, ceux des comptes de banques, des impôts, et de tous les sites que vous fréquentez, même si, là, on peut en général choisir son sésame.
        Bien entendu il y a aussi le code d’entrée de l’immeuble, ceux de votre famille et de vos amis.
        Bref de quoi occuper votre mémoire avec, en plus, certaines suites de chiffres sans signification. Bien sûr on en note quelques uns sur le papier, mais ce n’est pas prudent de noter ceux pour lesquels on a accès à vos retraits d’argent ou à vos paiements.
        Bon exercice pour ne pas se rouiller de faire une petite révision de temps en temps.
        Mais la mémoire consolide les souvenirs par la répétition; alors les mots de passe dont on se souvient sont ceux des sites que l'on visite souvent ou des logiciels courants, comme les messageries. Seulement il faut de temps en temps changer les mots de passes et celui dont on se souvient, est alors... le précédent qui ne sert plus.

         Alors évidemment les créateurs de logiciels ont cherché à nous aider.
        Sur Mac il existe une application qui s'appelle "trousseau de clés" et à laquelle vous pouvez confier vos mots de passe, et qui même vous en propose : des suites sans signification d'une dizaine de chiffres et lettres.
         Donc plus la peine de chercher à se rappeler ses mots de passe et notre mémoire diminue d'efficacité !.
         Cela dit, je n'ai pas entièrement confiance car même crypté, c'est sur l'ordinateur et donc pas à l'abri d'un bon hacker. Alors je n'y met pas me mots de passe des comptes financiers.       
         De plus, cela fait partie des utilitaires du service, et je ne sais pas les retrouver sur mon disque de sauvegarde et donc j'ai un problème si j'ai un ennui de disque. Alors j'ai fini par en faire une copie papier !

          

        

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique