• Pour vous repposer un peu de mes articles sérieux, une série d'images que m'a envoyée une de mes filles, sur les chats en entreprise. Je l'ai trouvée très drôle et je la reproduis ci-dessous :
              - le PDG l'air hargneux et désagréable;
              - le directeur général un peu vicieux et chattemite;
              - le directeur imbu de sa fonction, très solennel
              - l'assistant de direction, concentré sur son travail, au point de loucher sur ses papiers.
              - l'employé, épuisé par son travail,
              - le petit stagiaire, tout jeunot et mignon,
               et le délégué syndical qui évidemment est dans le local des photocopieuses.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mon vilain petit ado chat.

               Mes articles sur le sommeil et les rêves ont 
         dû vous fatiguer les méninges.       
                Aussi ce sera aujourd'hui un intermède, 
           sur mes chats favoris.

               Bergson disait que le rire est le propre de  
         l'homme.

               Mais à la fin 2017 mon petit ado chat riait
         ostensiblement en se fichant de ma poire 

              Il a recommencé !

             Décidément je n'ai pas l'autorité suffisante
         sur cet ado !! Lool


             Aidez moi :
        sur quelle photo est il le plus  impertinent ?
         et que dois-je faire ?

    Mon vilain petit ado chat. 

             Cela dit, ce chat a reçu de sa mère une mauvaise éducation.

             Je suis furieux.
             J'ai du bosser comme un chameau tout l'après-midi, et la mère chatte se fiche de moi, en me regardant, goguenarde, depuis son fauteuil relax !     

            Sale bête !!!

    Le rire est il le propre de l'homme ?

    Et, en plus, elle incite les petits copains de ses enfants à rire de moi ! 

    Le rire est il le propre de l'homme ?

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Je susi devenu acteur.... malgré moi !

              Le jour de mon anniversaire, j’ai eu droit à une surprise : Google allait m’offrir un cadeau.!
     Il fallait que je regarde d’abord trois séquences youtube.

              Dans la première on me montrait un très mignon bébé et j’étais attendri, puis un enfant plus ou moins esclave et qui ne mangeait pas à se faim. J’étais à la fois attristé et indigné.

              Dans la deuxième séquence je voyais des plats succulents, pas américains, mais cuisinés par un grand chef; et j’avais l’eau à la bouche. Puis on me montrait une personne en train de se tordre de douleur, et qui souffrait manifestement de coliques horribles. J’avoue que je partageais un peu sa souffrance.

              Dans la troisième, je voyais d’abord un serpent venimeux qui venait vers moi, tous crocs dehors. Cela ne me faisait pas peur, c’était du cinéma. Mais soudain une grosse araignée jaillit et saute sur l’écran (de l’autre coté bien sûr). Mais sur le moment j’ai eu un mouvement de recul avec un petit cri de surprise.

              Ayant fini ce visionnage, je me suis demandé à quoi rimait tout cela.

              Puis deux heures après j’ai reçu un petit film dans lequel j’étais, parait il, un grand acteur !

              En fait Google m’avait filmé avec ma webcam pendant le visionnement de youtube et il avait fait un montage. Les scènes représentaient alternativement des plans où je n’étais pas et ensuite mon visage.

              Dans une premier clip, je caressais un petit chat et j’étais aux anges. Lui ronronnait. Puis je voyais le cadavre de ce même chat, on le mettait dans un cercueil et j’assistais à son enterrement. J’avais l’air indigné puis très triste.

              Dans la deuxième scène, j’étais sur le fauteuil de mon bureau, mais on voyait des cordes autour de mon corps, qui m’attachaient.
              Puis on mettait sur le bureau des plats de nourriture dont on me vantait la saveur, mais, attaché, je ne pouvais y toucher. et je salivais d’envie.
              On me donnait alors une cuillerée de confiture dans la bouche (enfin, je suppose que c’était la mienne !). Et on montrait un corps (vu de dos était ce moi !) qui se tordait de douleur et ma figure semblait en effet marquée par la souffrance.
              Enfin on voyait un corps par terre, toujours de dos, mais sans vie. Etait ce moi ?

              Dans la troisième scène j’étais dans un avion et je pilotais (enfin on ne voyait que mes mains !). Puis le moteur avait des ratés et on voyait une certaine tension sur mon visage. Enfin l’avion perdait sa queue et un morceau d’aile et plongeait dans l’espace. Je sursautais sur mon siège et poussais un cri.

              J’avoue que ce cadeau ne m’a fait gu§re plaisir et je cherche comment pouvoir bloquer ma webcam et que l’on ne puisse pas la déclencher à mon insu.  Je ne me suis pas trouvé grand acteur et les clips goût américain ne m’inspirent pas.
              Je ne répondrai plus aux propositions de Google.

     

                                                                               Mais bien sûr, ce n'est qu'un ….

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je susi devenu acteur.... malgré moi !

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Pour changer un peu dans les intermèdes, voici quelques histoires drôles trouvées sur internet (blablagues.net) :

    Un enfant rentre dans la cuisine, en pleurant. Sa mère lui demande :
    - Mais, qu'est-ce que tu as ?
    - C'est papa, il s'est donné un coup de marteau sur un doigt.
    - il n'y a pas de quoi pleurer, au contraire tu aurais dû rire.
    - C'est ce que j'ai fait.

    Un homme complètement saoul sort vers quatre heures du matin d'une boîte de nuit et regagne péniblement le parking avec l'aide d'un de ses amis. Il ouvre la portière de sa voiture, s'affale sur le siège et se met à hurler :
    - Ah les salauds ! Ils m'ont tout volé... Plus d'auto-radio, plus d'allume-cigares, plus de tableau de bord, plus de volant ! Ils ont même pris le levier de vitesse.
    - Calme toi dit son copain, tu es assis à l'arrière.

    Un fou met de l'insecticide dans son bain.
    Un autre fou lui demande:
    - Mais enfin pourquoi mets-tu de l'insecticide dans ton bain ?
    - Parce que depuis ce matin, j'ai des fourmis dans les jambes.
       
    Un inuit attend sa fiancée sur la banquise.
    Impatient, il sort un thermomètre de sa poche et s'exclame :
    - Si elle n'est pas la à moins vingt, c'est décidé, je m'en vais !

     - Chéri tu veux que je parte ?
    - Non, je n'oserais même pas y penser.
     - Est ce que tu m'aimes ?
     - Oui, à chaque fois que j'en ai l'occasion.
     - Est ce que tu me bats ?
     - Jamais de la vie !
     - Est ce que tu me trouves belle ?
     - Beaucoup.
     - Est ce que tu m'as déjà trompé ?
     - Pourquoi tu me poses cette question là ?
     - Tu me trouves belle ?
     - Oui.                                              
     - Chéri !
    Et maintenant lisez le à l'envers.

    Un voleur s'introduit dans une maison. Il prend la télévision, des bijoux, de l'argent ...
    Lorsqu'il s'apprête à partir, une voix enfantine lui demande :
    - Monsieur, vous pourriez pas prendre mon bulletin scolaire aussi ?

    Un homme se rend chez le dentiste. Ce dernier l'examine :
    - Toutes vos dents sont en or !
    - Justement, j'aimerais que vous installiez une alarme.

    Au tribunal, un homme passe en jugement pour avoir volé des manteaux.
    Au premier rang, une femme pleure.
    Le président dit avec sévérité :
    - Regardez dans quel état se trouve votre pauvre maman ! Vous auriez pu penser à elle !
    - Je sais mais il n'y avait pas sa taille !

    Un père parle à sa fille :
    - Pourquoi traites-tu ton frère d'idiot ? Tu vas lui dire tout de suite que tu regrettes !
    Elle se tourne vers son frère et lui dit :
    - Valentin, je regrette que tu sois un idiot !

    Des frères et sœurs se disputent :
    - Quel âne !
    - Tête de cochon !
    - Espèce de dinde !
    Leur mère arrive et crie : "Oh, la ferme".

    Une dame lit l'horoscope.
    Brusquement, elle s'écrie :
    " Oh, que c'est bête !
    - Quoi ? demande son mari.
    - Si tu étais né deux jours plus tard, tu serais intelligent, tendre et spirituel ! "

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La vie d'une puceronne.

        D’habitude je publie un intermède en photos, ou dessins.
        Aujourd’hui, pour changer, je recopierai un article paru dans « Maison et Jardin », qui montre combien la nature est bien faite, mais parfois assez bizarre.
        C’est l’histoire de la vie des « puceronnes ».

        « Début du printemps, une puceronne, future fondatrice de la colonie, éclôt de son œuf, logé dans une crevasse de l’écorce d’un peuplier, au moment où l'arbre déroule ses feuilles. Parfaite synchronisation !
        Avec ses stylets aiguisés, elle transperce un jeune pétiole. Sa salive provoque une réaction de défense chez l'arbre, qui tord les tissus du pétiole pour tenter d'isoler le parasite; lequel n’attendait pas mieux ! Désormais enrobée dans une spirale qui la protège des intempéries et des ennemis, la mère puceronne fonde son peuple, dans ce renflement de la feuille, que l’on appelle une « galle » et qui mesure une dizaine de millimètres.   
        Sans avoir été fécondée par un mâle, elle produit une grande quantité de pucerons femelles destinées à protéger et nettoyer le royaume. L’intérieur d'une galle est une ville miniature qui grouille de pucerons de toutes formes et à tous les stades de développement. Des filaments de cire isolants protègent la colonie de l'humidité et du froid, et entravent le déplacement des prédateurs.


        Fin août, la diminution de la température et de la luminosité stimule l'apparition d'individus ailés. La galle devient rougeâtre et sèche en s'ouvrant. Des exploratrices se font emporter par le vent. Là où elles atterrissent, elles donnent naissance pour la première fois à des pucerons mâles et femelles.
        À l'automne, les pucerons s'accouplent enfin. Puis, les femelles pondent un œuf unique ! Logé dans une crevasse de I'écorce, puis dans une galle, ce dernier est capable de résister à des froids sibériens.
        Aux beaux jours d'avril, il en sortira une nouvelle fondatrice qui donnera naissance à un autre petit royaume spiralé.

        La qualité de la sève et la taille de ta feuille peuvent être l’enjeu de combats acharnés pour un territoire de quelques millimètres carrés. Chez certaines espèces de Pemphigus, (pucerons), les femelles fondatrices se poussent et se donnent des coups de pattes pour conquérir le meilleur bout de pétiole, le plus proche des sources de sève.
        Pour se débarrasser de l'excès de sucres contenus dans le liquide, les pucerons sécrètent du miellat, apprécié par tes fourmis. En échange de ces déjections sucrées, celles-ci protègent les pucerons des coccinelles et autres prédateurs.
        La protection est aussi assurée au sein de la colonie par des puceronnes spécialisées, trapues, avec une épaisse armure. Cette armée féminine professionnelle patrouille le long du pétiole, prêtes à transpercer les larves de coccinelles ou d'autres envahisseurs avec leurs pattes élargies. EIles perdent souvent la vie lors de cet élan altruiste envers la colonie… »

                        Alexandro Staehli & Sofia Matos.

        N’est ce pas extraordinaire !  Ci dessous des photos de galles des pucerons.

    La vie d'une puceronne.La vie d'une puceronne.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique