• Les hommes savent ils ce qu'est le traumatisme d'un viol ?

     

     

              On parle beaucoup actuellement, à la télé et dans les médias, de personnes connues ou ayant une situation importante, qui ont harcelé de jeunes femmes, voire les ont violées. Personne n’osait en parler et tout à coup les langues se délient et donc les médias en parlent beaucoup, mais comme des faits divers à sensation.
              Il y a quelques années j’avais comme correspondant(e)s sur mon blog " lancien.cowblog.fr ", un certain nombre de jeunes qui se sentaient mal dans leur peau et que j’essayais d’aider.
              Pour certains ce n’était qu’un mal-être, pour d’autre un stress important, mais certain(e)s avaient subi une agression : cela pouvait être le vol d’un sac, des coups de la part de copains ou de camarades, des personnes ivres qui s’en prenaient à leur environnement…  Mais les problèmes les plus difficiles que j’ai rencontrés auprès de mes correspondantes étaient les viols.

              Tout le monde sait en théorie ce qu’est un viol, mais peu savent vraiment les ravages et les traumatismes qu’ils peuvent causer. C’est ce qui m’a incité à écrire cet article, mais malheureusement ce ne sont pas des violeurs potentiels qui le liront.
              Le viol qu’il soit l’objet d’un seul - que cette personne soit ou non connue de la victime - ou pire encore en groupe - ce que l’on qualifie de l’affreuse expression de “tournante”, - c’est un crime et la justice a raison de le qualifier ainsi, car c’est pour une femme et à fortiori une ado, la pire des agressions.
              Mais certains actes ne sont pas qualifiés de viols et sont presque aussi traumatisants : je pense à des soirées très arrosées avec consommation d’alcool et de cannabis, à l’issue desquelles les garçons comme les filles, ne raisonnent plus normalement, et les jeunes ados sont dans un état tel qu’elles ne peuvent plus opposer aucune résistance. Il n’y a pas viol manifeste, mais il n’y a pas consentement non plus, et dans certains cas, il arrive même que personne ne se rappelle de façon précise ce qui est arrivé exactement.
              Il n’empêche que de telles circonstances sont par la suite, presque aussi traumatisantes psychiquement pour une jeune fille que les viols réels. Je les considère aussi comme une agression au même titre que les viols, même si, aux yeux de la justice, ce n’est un crime que dans la mesure où l’on pourrait prouver que l’on a forcé la victime contre son gré, et cette preuve est en général difficile.

              J’ai plusieurs fois essayé de  rassurer des personnes, ados, jeunes femmes ou personnes plus âgées qui avaient subi une agression non sexuelle : vols à l’arracher, brutalités, voire une fois une blessure sérieuse. Même dans le cas de blessures, le traumatisme était moindre que celui d’un viol , non sur le plan physiologique, mais sur le plan psychologique et sentimental à moyen terme.
              Le plus souvent, sauf quand il y a eu des violences physiques importantes, des coups ou une sauvagerie entraînant des blessures locales, les victimes d’un viol ne ressentaient pas de traumatisme et de souffrance physiologiques.
              Par contre, toutes les jeunes qui avaient subi de telles agressions étaient extrêmement traumatisées sur le plan psychologique.

               Elles avaient d’abord un sentiment de honte, non seulement vis à vis des autres mais aussi vis à vis d’elles mêmes, l’impression d’être salies.
              Ce sentiment est sûrement une réaction de l’inconscient car il n’y a aucune réalité physique et aucune d’entre elles n’a pu m’expliquer la raison de ce sentiment extrêmement fort et stressant, qu’il est difficile de combattre.
              L’agression  entraîne un  traumatisme d’autant plus important que l’on n’ose en parler à personne et que l’on garde la blessure pour soi longtemps.
              Le souvenir de la scène est lancinant, revient en permanence et vous obsède et peut mener peu à peu, à la dépression. La jeune voit - à tort -, tout avenir condamné pour elle, presque comme si elle avait contracté une maladie incurable.
              La plupart de celles que j’ai pu aider n’avaient parlé à personne de ce qui leur était arrivé ou parfois à une amie mais qui n’avait su comment les aider, si ce n’est par son amitié. Certains parents n’avaient pas non plus su comment aider leur enfant et en général avait fait appel à un psy et je dois constater que ce recours n’avait la plupart du temps, fait qu’ajouter à la honte ressentie par la victime et les médicaments antidépresseurs administrés rajoutaient plutôt au malaise de l’adolescente.
              Un autre sentiment étonnant intervient souvent et agit comme un  remord lancinant : la personne agressée se sent coupable, alors qu’en réalité elle est une victime. Mais elle se demande comment elle a pu en arriver là, si ce n’est pas sa faute, quel est son comportement qui lui a valu cette catastrophe, même si, heureusement elle éprouve aussi une certaine haine vis à vis des auteurs de l’agression, mais on l’aurait à moins, et finalement ce sentiment est plutôt salutaire, car il est possible de s’appuyer sur lui pour remonter la pente.. 

               Autre séquelle, qui dure en général longtemps, ces agressions entraînent chez les victimes une peur des hommes.
              Peur évidement de circuler dans la rue , les transports en commun, les lieux publics, de crainte d’une nouvelle agression. Mais peur du contact avec n’importe quel homme, voire même des garçons amis. Là encore c’est une réaction de l’inconscient contre laquelle il est difficile de lutter, une obsession, une phobie..
              C’est une répulsion difficile à surmonter mais qui finit par s’atténuer.    Mais il subsiste ensuite en général, une horreur instinctive de toute relation sexuelle et donc une crainte de toute relation amoureuse, qui dure parfois longtemps.
              Il est très difficile de sortir seule de ces pièges; et même si par la suite; un amour sincère et une confiance s’établit avec un “petit ami”, il faudra à celui ci beaucoup de patience et de délicatesse, pour arriver à faire disparaître cette répulsion.

              ll faut avoir discuté avec une personne qui a subi un viol, pour se rendre vraiment compte de l’énorme traumatisme psychologique que représente cette agression.
              Le plus difficile c’est d’arriver à surmonter l’état de dépression, de désespoir ou au mieux, de grande tristesse, qu’entraîne le choc et aider ne suffit pas, il faut une grande volonté à la victime pour remonter la pente; la personnalité de la victime et l’environnement familial et de travail sont des facteurs importants.

      Comment aider un victime d’un viol ?

              Il faut d’abord essayer qu’elle ne garde pas son secret car rien n’est plus traumatisant que de laisser l’inconscient conserver ces images et ces sensations pour lui tout seul. Cela risque de créer d’énormes blocages par la suite, et même de créer au bout de quelques mois ou de quelques années, un état obsessionnel qui peut mener à la dépression et aux pensées morbides. Certes c’est difficile de parler de choses aussi intimes. Il faut une confiance réciproque.
              La personne qui a subi un tel choc, a en effet avant tout besoin de quelqu’un de patient, qui ne la juge pas, qui l’écoute et comprenne sa détresse. Le psy est souvent trop distant, trop professionnel. Sa confiance en elle a été en partie détruite et il faut essayer de la réconforter, de lui redonner goût en elle même et en la vie.
              Ce sentiment de honte et de dégoût, cette impression d’être salie, il faut arriver à les atténuer, la persuader qu’elle a subi avant tout une agression, et que c’est un traumatisme analogue à une blessure, à un coup de couteau, mais qu’elle n’y est pour rien et qu’il n’y a aucune honte à cela et que cela cicatrise et ne condamne pas sa vie future.
              Finalement la haine de l’agresseur est sans soute préférable, car elle occupe l’esprit “plus positivement” si j’ose dire. Elle diminue ce sentiment absurde mais réel, de culpabilité alors que l’on est victime.
              Puis il faudra reconstruire peu à peu, redonner envie de sortir sans avoir peur (pas n’importe où, et accompagnée), de voir des amies, puis même d’oser parler à des garçons. Remonter la pente est long et je crois que seules les personnes qui arriveront à apporter une amitié et inspireront confiance, pourront vraiment réussir
              Le moment crucial sera un jour où un garçon aimera cette jeune et essaiera de se faire accepter. Il lui fauidra beaucoup de patience, de compréhension, de doigté, mais s’il y arrive, c’est cette acceptation du “petit ami” qui sera le signe et le révélateur d’un retour à la vie et à la joie.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :