• Le "chant" (hum !) des mouettes et goélands.

               Dans mon jardin en Bretagne, où je suis en vacances, il y a plein d'oiseaux : les merles ont un chant harmonieux, le rouge-gorge m'accompagne lorsque je tonds l'herbe, avec ses "tuc-tuc"; la huppe a une superbe robe de soirée et un joli chapeau à plumet; les tourterelles répètent toujours le même refrain, c'est lassant; les pies jacassent comme des crécelles; mais ce qu'on entend le plus, ce sont les cris peu harmonieux des mouettes et goélands, surtout ceux d'un goéland qui s'installe régulièrement sur le haut d'un réverbère en face de ma maison.

               C’est vrai que les mouettes et goélands font beaucoup de bruit et ont une voix puissante, destinée à couvrir les bruits des vagues.
              Jacques Roubard s’est plaint de cette sonorité dans un poème connu :

            Vos gueules, vos gueules, les mouettes,
            Cessez de brailler dans l’écume,
            Pressez moi plutôt de vos plumes
            Pour tremper dans l’encre violette,
            Je voulais faire mes oeuvres complètes
            Au bord de la mer, dans les brumes,
            Tout ce que j’ai gagné c’est un rhume,
            et vos cris me cassent la tête.



              Mais le chant des oiseaux de mer a une particularité vocale, il est “à deux voix” et ils peuvent, en quelque sorte, chanter en stéréo.
              Ils n’ont pas un larynx, mais un “syrinx”. La gorge se divise en deux branches, vers les deux poumons, et chacune des bronches peut émettre des ons séparément l’une de l’autre.
             Ces oiseaux peuvent en particulier créer des “battements” entre les deux voix et émettre ainsi des sons caractéristiques, codes qui permettent de se reconnaître entre eux.,


              Certaines colonies regroupent les oisillons en “crèches mobiles”, surveillées par quelques adultes, tandis que d’autres vont faire les courses et reviennent régurgiter la nourriture aux oisillons.
              Comme la crèche se déplace, c’est grâce à ce chant d’appel et des réponses qu’ils retrouvent la crèche qui s’est déplacée.

             Mouettes et goélands ont un sens extraordinaire de l’orientation et retrouvent les nids grâce à des repères topographiques que l’on n’a pas encore pu identifier.
            Des chercheurs avaient recouvert les nids de sable en l’absence des daultes. Au retour, les mouettes se sont psées près des nids, puis ne les voyant plus, ont creusé des cuvettes dans le sable et se sont remises à couver leurs oeufs comme si rien ne s’était passé.

             Chose curieuse, il existe des mouettes lesbiennes, voire bisexuelles.
             Deux femelles se mettent ensemble pour construire un nid et y pondre deux fois plus d’oeufs que dans une couple mixte. Mais ils sont plus petits car entre femelles, on ne se fait pas de cadeau de nourriture lors de la parade d’amour et donc on est moins bien nourrie qu’avec un mâle amoureux !
            Ces oeufs peuvent cepandant donner naissance à des poussins, car la mouette s’est souvent permis un petit écart de conduite avec un mâle du coin, qui courait le guilledou pendant que sa femelle couvait les oeufs au nid.    
            La mouette mâle n’est pas plus vertueuse que l’homme !

        La mouette mâle n’est pas plus vertueuse que l’homme !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :