• Certains s'ennuient en permanence !

    Certains s'ennuient en permanence !

    Certains s'ennuient en permanence !           

     

              J'ai fait le 24 avril 2018, un article sur la psychologie de l'ennui., j'avais montré que, alors que les enfants ne s'ennuyaient que très rarement, c'était au contraire un phénomène naturel chez les adolescents et même chez les adultes, dû à un manque d'attention et de concentration et à un désintérêt pour la tâche que l'on effectue ou pour un environnement qui ne vous apporte pas suffisament de stimulations.

              Toutefois nous avons vu que certains individus étaient plus prédisposés que d'autres à l'ennui (par exemple les extravertis).

              Chez certains adolescents cependant, et même chez certains adultes, cette propension à l'ennui, qui au départ est normale, devient chronique.
              Les chercheurs ont aussi étudié cette tendance.
              Ils ont trouvé qu'elle s'accompagnait souvent d'un manque de confiance en soi, d'une propension à ne pas comprendre ou admettre ses sentiments et sa vie émotionnelle et du coup à surveiller en permanence ses humeurs.
              Un ennui “existentiel” peut apparaitre quand une personne renonce à ses buts, à ses rêves pour des raisons matérielles, ou sous la pression d'autrui.
    Chez les jeunes c'est aussi l'incapacité normale et courante de ne pas savoir ce qui vous rendra heureux, qui peut conduire à cet état de désintéressement de ce qui vous entoure et de la vie.
              Les statistiques montrent que la probabilité de trouver un réconfort dans l'alcool, le canabis, voire les drogues dures, est plus fréquent chez ces personnes qui s'ennuient de façon systématique.
              De même certains jeunes qui s'ennuient de façon chronique ont recours à la nourriture pour s'occuper, ce qui aboutit le plus souvent à la boulimie et parfois à l'obésité, mais parfois aussi à l'anorexie.

              L'ennui est souvent associé à la solitude et pourtant ce n'est pas la même chose, mais effectivement l'ennui peut naître de la solitude ou du sentiment d'être seul(e). En fait l'enfant et l'adolescent, quand ils sont seuls font la même chose, laisser aller leurs pensées au gré de leur fantaisie, mais si c'est facile pour l'enfant, cela a l'air plus difficile pour l'adolescent, qui alors s'ennuie.
              Un ennui chronique peut effectivement résulter d''une mise à l'écart par rapport aux autres, que ce soit famille ou camarades, ou d'échecs sentimentaux répétés.
              C'est moins fréquent chez les adultes, plus occupés par leur travail, mais c'est fréquent chez les chômeurs et chez les personnes seules qui après une séparation ou un décès, sont restées seules. C'est d'autant plus vrai qu'elles sont extraverties.

              Certains parents envoient leur enfant chez le psychiatre parce qu'il s'ennuie trop souvent, ou certains adultes vont consulter, pour tromper leur ennui. C'est la plupart du temps une erreur. Un ennui chronique n'est pas signe de dépression.
              Certes les personnes en dépression s'ennuient car elles n'ont plus goût à rien et ne savent plus comment réagir, comment s'intéresser à quelque chose. La dépression leur ote volonté et attention et les médicaments qu'on leur donne aggravent plutôt cet aspect.
              Mais les personnes en dépression ont un mal être beaucoup plus important que le seul ennui.

              On peut se poser la question : comment combattre l'ennui.
              Mais on peut même se demander si l'ennui non chronique, celui qui nous prend normalement parfois tous, cet ennui est il si néfaste que cela?
               Faut il vraiment supprimer l'ennui ou simplement savoir comment occuper ces périodes.?
                Je pense que je vais vous étonner, j'espère ne pas vous choquer. Je suis persuadé que  s'ennuyer un peu est utile. notamment pour un adolescent.
               Personnellement, je pense donc pas qu'il faille supprimer l'ennui. Ce serait supprimer le 'bonheur' d'avoir plus tard quelques choses à faire. Serait-on à aussi heureux à faire quelque chose qui nous plaisir si entre deux on n'avait pas un moment où on s'ennuie légèrement. Comme pour tout, il faut connaître le négatif pour savoir profiter du meilleur.

                Je sais que je vais là à contre courant de la mode.
                La plupart des parents que je connais, pensent à tort que l'ennui est un état d'esprit à éviter, proche de la dépression et que pour ne pas y plonger, mieux vaudrait se jeter dans n'importe quelle activité, aussi vaine soit elle. Mieux vaut une activité sans intérêt que l'ennui, ce qui est paradoxal, pusique une activité sans intérêt est justement génératrice d'ennui.
                L'ennui n'est pas dans l'air du temps; C'est vrai que à part les retraités et les exclus de la société du travail, qui peut se payer le luxe de s'ennuyer. !!
                Le temps libre n'est plus un temps “mort”. Il doit être consacré à une activité “rentable”, servir à l'entretien de son “capital santé", de son “capital culturel”, à entretenir sa forme sportive ou ses relations de travail ou amicales.
                Aujourd'hui un adulte qui s'ennuie est soupconné par les autres d'être déprimé, de ne plus avoir le goût de la performance, et on en est presque à soigner l'ennui par le “prozac”.

                Et les parents appliquent évidemment ce culte de l'activité incessante à leurs enfants. Dans la course effrènée vers le bonheur et la réalisation individuelle, les enfants ne doivent jamais être confrontés au sentiments de lassitude, de mélancolie, de vide que l'on exprime par ce “je m'ennui...iiiiie,  qui plonge aujourd'hui les parents dans le désarroi le plus complet.
                Et dès lors, ils entraînent leurs progénitures dans un ballet incessant, soit qu'ils aient l'oeil rivé sur la télévision, l'ordinateur et les SMS du portable, soit qu'on les emmène à droite à gauche, dans des activités qui se télescopent et ne laissent aucun repos.
                Finalement le secret de l'éducation aujourd'hui, c'est , au prix de multiples addictions légales, voire prescrites, d'éviter à l'adolescent de se poser la question du manque d'activité et de son corrolaire, le désir de faire quelque chose.

                Et pourtant l'ennui a des qualités. Il permet de prendre de la distance vis à vis de soi-même, de se détacher des préoccupations de son corps, de rêver un peu, de penser à des projets, de se poser des questions sur l'avenir, de réfléchir à des problèmes et d'inventer des solutions. Il permet à l'imagination de se donner libre cours.
                Si vous vous ennuyez et que vous restiez un moment sans télévision, sans ordinateur, sans téléphone, sans rendez vous, après avoir redouté cet instant, vous vous prendrez à imaginer à associer des idées, à explorer votre monde intérieur, à créer des choses nouvelles
                Les pensées meublent l'ennui, les pensées chassent l'ennui et l'ennui s'estompe.   
                Il y a des jours où je me demande si on ne bannit pas l'ennui , tout simplement parce qu'on a peur de réfléchir ?
                Et puis, si l'on a trop de choses à faire, on n'a pas le temps de s'ennuyer.

                Pour se sentir exister, il est pourtant nécessaire d'exister à l'intérieur de soi, c'est à dire de penser, imaginer, rêver, se raconter des histoires, même quand on est adulte et encore plus quand on est jeune
                Le processus de maturation qui va faire de l'enfant un adulte nécessite un travail psychique, une réflexion sur soi, les autres et l'environnement.
                Je vais donc encore une fois choquer les parents. Je pense que face à l'ennui il ne faut pas aller au devant de la répulsion des enfants pour cette situation. en les engageant dans de multiples occupations, dans l'agitation et l'hyperactivité.
                Cela les empêche justement de se poser la question de ce qu'ils désirent, d'y réfléchir, de ne pas céder inconsidérément à toutes les envies
                Parents à mon avis, vous ne devriez pas hésiter à refermer sans bruit  la porte de la chambre de vos chérubins en disant “chut ! les enfants s'ennuient !!”.

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Janvier à 07:51

    L'ennui, ça existe !
    ... je ne m'en suis jamais rendu compte
    bonne journée
    Bernard

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :