• Tolérance et liberté

     

    Tolérance et liberté

            Mes articles sur les violences des jeunes m'ont valu quelques mails, surtout après les exactions de ces deux derniers samedis, mes articles étant antérieurs à ces violences.
            Je ne cherche pas à défendre les jeunes casseurs. J'estime que ce qu'ils font est contraire à la loi mais aussi au respect des autres hommes qui vivent dans la même société, et par conséquent je le réprouve et je souhaite qu'ils soient condamnés par la justice, à la mesure de leurs délits. Mais cela ne m'empêche pas de me poser des questions sur leurs motivations, d'essayer de comprendre un comportement qui me paraît anormal et outré.

              Je constate aussi que, par ailleurs, nombreux sont ceux qui, sous des prétextes divers, veulent imposer aux autres leur façon de penser.
              La science quant à elle n’a aucune couleur idéologique. Elle essaie de comprendre les lois de la nature. Elle se situe au niveau des prédispositions, pas du choix des comportements de chacun. Les responsables politiques ou religieux devraient s’appuyer sur elle et non la contester, comme le fait Donald Trump, faute de quoi ils se comportent comme quelqu’un qui refuserait qu’un médecin le soigne , alors qu’on peut le guérir de sa maladie.
            Même si la psychologie n'est pas une science exacte, il est utile d'essayer de comprendre les autres, ne serait-ce que pour être plus tolérant vis à vis d'eux.

              Je ne souhaite pas traiter des questions trop philosophiques, car je ne veux pas transformer ce blog en lieu de polémique, mais je voudrais cependant faire quelques remarques générales dans le domaine de la liberté de notre comportement.
             
    Je pense qu’il ne faut pas confondre notre comportement avec nos “prédispositions” qui résultent de l’évolution de l’espèce et de notre hérédité personnelle et aussi de la part d’aléas qu’il y a dans la formation du cerveau, les gênes en programmant les grandes lignes, mais une part assez grande de hasard intervenant au niveau des détails au cours de la génèse.

              Nous avons certaines prédispositions, puis nous recevons une certaine éducation et nous sommes ensuite libres de rendre notre comportement conforme (ou pas) aux valeurs auxquelles nous croyons, ce que Freud appelle le "surmoi".
            Alors nous sommes libres de nos comportements me direz vous?
            Pas tout à fait : encore faut il qu’ils ne soient pas nuisibles aux autres d'une part, et que d'autre part, que nous ne cherchions pas à imposer aux autres nos propres convictions. Ce qui n'empêche pas d'en discuter.

              Nous avons cette liberté, et elle nous est personnelle et à mon sens nous devons respecter celle des autres hommes. Cela s’appelle la tolérance.
              La tolérance est une valeur fondamentale, sans laquelle la vie en société devient rapidement un enfer, la démonstration étant faite par le montée des intégrismes de toutes sortes (et pas seulement musulman), qui conduisent aux massacres.

             Bien entendu il y a d’abord les comportements interdits par la loi, car elle est là pour organiser cette liberté et ses limites : il faut respecter la vie d’autrui, sa santé, ses biens, son équilibre moral et psychique.... 

            Mais le comportement des autres doit être respecté dans la vie de tous les jours :    
            Je prends quelques exemples :

                      - vous pouvez avoir un fort appétit et une prédisposition pour la gourmandise , par exemple aimer la nutella ou le chocolat au lait,  et décider que c’est un vilain défaut et vous efforcer de ne pas être trop portée sur la bonne chère ou les boissons alcoolisées. Vos raisons peuvent être diverses : religion, éducation, santé, voire la peur de grossir.
            Je les respecte et je trouve votre comportement conforme à la liberté de vos idées, dans la mesure toutefois où vous ne voulez pas m’imposer la même conduite, car je n’ai peut être pas tout à fait les mêmes idées que vous (je n’aime pas tellement la nutella mais beaucoup le chocolat noir ! 
                   - votre système hormonal, les médias, la mode, vous incitent à tomber amoureuses de garçons et à avoir un petit ami. Mais certaines d’entre vous ne veulent pas d’un petit ami, d’autres l’acceptent au plan sentimental, mais ne veulent pas aller trop loin avec lui au plan physique. Cela peut être de même pour des garçons.
             Là encore j’estime que c’est votre choix personnel et je ne jugerai jamais le comportement d'un jeune sur ces critères et sur son comportement, tant qu'il ne rend pas trop malheureux son partenaire; ou les personnes autour de lui. C’est votre liberté de pensée et d’action.
                 - pour moi une personne peut avoir une prédisposition à être homosexuelle, et je comprendrai tout aussi bien qu’elle la suive, ou que, pour des raison d’éthique, qui ne regardent qu’elle, elle la combatte et n’y cède pas.
             C’est exactement comme deux personnes qui ne s’entendent plus dans un couple et qui peuvent décider de divorcer, ou au contraire de rester ensemble et de se supporter, ceci par exemple pour des raisons de conviction religieuse. C’est leur décision et nous devons la respecter. Cela n'empêche pas d'aider leurs enfants s'ils sont malheureux.

             L'un des problèmes est de savoir à partir de quand son comportement gêne les autres qui nous entourent.
             Je suis le responsable bénévole de la copropriété où j’habite et tous les résidants trouveraient normal que je fasse demande à quelqu’un, qui ferait sécher son linge dans les ascenseurs, de faire cette opération dans son appartement, car il gêne ainsi les autres résidants.
            Cela vous paraît normal car il s’agit là d’un fait simple et tangible.
            Lorsqu’il s’agit d’idées, c’est beaucoup moins évident. Pourtant est ce si différent ?
           
           On entend souvent dire des choses inexactes sur la laïcité que certains considèrent comme opposée aux religions, alors que c’est le contraire.
           L’Etat est au service de tous, quelles que soient leur croyances et il est donc normal que dans les lieux publics, chez les fonctionnaires, qui sont au service de tous, voire dans une entreprise où travaillent diverses personnes, chacun se sente libre de ses opinions et il est donc normal d’y interdire toute pression religieuse ou politique, qui serait telle que certains se sentiraient menacés en raison de leurs convictions, ou gênés par celles des autres et donc tout prosélytisme doit être prohibé.

           Mais l'Etat n'est pas seul en cause. Notre comportement peut aussi blesser.
           Pour moi, toutes les religions ont la même valeur; l'une ne détient pas plus la vérité que les autres et en conséquence je dois toutes les respecter, et ceux qui y croient.

             Chacun doit être libre de ses idées et de les exprimer, mais, à mon avis, il doit faire attention à la façon dont il les montre pour ne pas choquer, pour ne pas avoir l'air de vouloir les imposer aux autres.
            Si une de mes petites filles distribuait à toutes ses camarades des prospectus à la gloire du pape, leur vantant les bienfaits de la religion catholique, je lui dirais qu’on ne vend pas ses idées comme une voiture ou un camembert et qu’elle peut déranger celles qui ont d’autres convictions.
           Si j’étais musulman, je dirais à mes filles et petites filles qu’elles peuvent si c’est leur idée, porter le voile à la maison, mais que, dans la rue, afficher ainsi ostensiblement son appartenance, peut déranger les autres personnes et attirer des critiques.
          Si mon fils était israélite et avait sur le bureau de son entreprise la Ménorah (le chandelier à sept branches) et portait en permanence le petit couvre chef  traditionnel (la  kippa), je lui dirais qu’il doit réserver cela pour chez lui et que les personnes avec lesquelles il travaille, n’ont pas à supporter ces signes, qui pour elles n’ont pas de signification traditionnelle.
         Et si mon petit-fils portait un tee-shirt avec une inscription “Je suis athée, Dieu merci”, je lui dirais qu’il risque de choquer ceux qui ont des convictions religieuses et qui ne cherchent pas à le convertir, lui.

        Enfin, cela, c’est mon opinion personnelle sur la tolérance et je ne vous oblige pas à la partager.

    Tolérance et liberté

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :