•       De temps en temps, je publie des photos de chats, car j'aime bien les attitudes de ces bêtes.
          Par hasard j'ai trouvé sur internet des portraits de chats peints par des peintres connus.
         J'ai pensé que cela pourrait faire un intermède : vous trouverez dans l'ordre des tableaux de Mariette, Bachelier, Henriette Ronner, Steinlen, puis quatre œuvres moins classiques de Karin Zeller, et enfin une plaisanterie de Burton Silver.

    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/lechatsurlebureauMa.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/13QXvmI.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/HenrietteRonner.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/Steinlen.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/mexcatbykarincharlotte.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/Mexicatsbykarincharlotte.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/AlleyCatbykarincharlotte.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/karinZeller.jpg
    http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/BurtonSilver.jpg

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/P1000370.jpg

    Quelques histoires drôles trouvées sur internet :

        Ce matin j'étais sur l'autoroute en route pour le bureau. J'ai regardé à gauche et il y avait une femme dans une BMW toute neuve. Elle roulait à 130km/heure et elle se regardait dans le rétroviseur pendant qu'elle appliquait son mascara. J'ai détourné le regard quelques secondes et tout à coup, elle était à moitié sur ma voie, toujours en train de se maquiller ! Cela m'a fait tellement peur que j'en ai laissé tomber mon rasoir électrique, qui a fait tomber le peigne que j'avais dans l'autre main.
    Dans toute cette confusion, j'ai essayé de redresser le volant avec mes genoux, mais mon téléphone cellulaire est tombé dans le café que je tenais justement entre mes genoux; le café chaud s'est répandu et m'a brûlé les cuisses, mon téléphone est fichu, et j'ai perdu la communication pendant un appel important.
    J'ai failli avoir un accident à cause de cette idiote !

        A l'aéroport une très grande vedette est accueillie par des milliers de personnes. Elle demande aux policiers qui repoussent la foule :
    - Pourquoi vous faites ça ?
    - C'est pour des raisons de sécurité.
    - Sécurité ? Je ne voulais pas leur faire mal !

        L'accordeur de pianos se présente chez Madame Teuteufe
    - Mais j'ai jamais demandé d'accordeur !
    - Vous non mais vos voisins oui
       
        Une dame enveloppée va visiter son médecin :
    - Docteur, je voudrais bien perdre du poids.
    - D'accord vous allez commencer par me dire vos habitudes alimentaires.
    - Oh ! Je ne mange pas beaucoup, je ne bois jamais d'alcool et je fais de l'exercice tous les jours.
    - Avez-vous d'autre chose à ajouter ?
    - Oui, je mens souvent.

        Deux copains se croisent dans la rue :
    - Dis donc ?! Comment fais-tu pour avoir toujours des super manteaux et imperméables, en revanche tes pantalons laissent à désirer.
    Ben, je n'ai pas encore trouvé de restaurant où les clients accrochent leur pantalon au porte-manteau.

        Au restaurant, un client dit au serveur
    - Attention ! Vous mettez votre doigt dans ma soupe !
    Celui ci répond :
    - Ne vous inquiéter pas elle n'est pas chaude !

        Un homme est attaché à un poteau dans une tribu cannibale.
    Un cannibale s'approche et lui demande:
    - C'est quoi ton nom?
    Alors l'homme lui répond:
    - Pourquoi me demandes-tu ça?
    Le cannibale lui répond:
    - C'est pour le menu !

        Deux amis discutent :
    - Tu ne devineras jamais ce qui m'est arrivé, la peur de ma vie, je me suis retrouvé face à un lion, il y a quelques jours. J'étais seul et sans pistolet...
    - Qu'est-ce que tu as fait ?
    - Que pouvais-je faire ? D'abord, je l'ai regardé droit dans les yeux, mais il s'est lentement approché. Je me suis écarté, mais il s'est encore rapproché de moi...Je devais rapidement prendre une décision.
    - Comment t'es-tu enfui ?
    - Je l'ai juste laissé, et je suis passé à une autre cage...

        Les locataires du cinquième sont impossibles. Hier, ils ont frappé du pied sur le plancher pendant une demi-heure.
    - Ils vous ont réveillé ?
    Non, heureusement ! A cette heure là, je jouais de la trompette !

        Un curieux pénètre un magasin de musique.
    - Bonjour monsieur, vous désirez ?!
    - Oh je regarde vos cuivres. Combien ces trompettes...
    Il s'avise alors que le magasin est ouvert sur l'armurerie voisine et reste bouche bée de stupéfaction avant de s'offusquer :
    - Comment ? Vous, commerçant d'art, vendez aussi des armes ?
    - Que voulez-vous ? Il faut bien vivre ! Au moins quand je vends un instrument à un débutant, j'ai bon espoir de vendre un pistolet à son voisin !

    Enfin, celle ci, horrible :

        C'est un gars qui en revenant de la chasse de la jungle dit à son ami :
    - J'ai tué 10 éléphants, 11 serpents, 7 lions, 3 panthères et 9 pânou-pânou.
    Son ami lui demande c'est quoi ça des pânou-pânou ?
    - Je sais pas trop, il y avait dans le fond de la forêt des cris qui faisaient : "PÂNOU-PÂNOU"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/1179744642.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/som24544e.jpg

         Quand on manque de sommeil, on a des trous de mémoire et des difficultés à apprendre, les erreurs sont nombreuse et la fatigue s’accumule, la concentration est de courte durée et on a des difficultés pour lire ou écouter et réfléchir, et on décroche souvent dans les conversations.
        Vladgslav Vgazovskig et ses collègues, de I'Université du Wisconsin, ont découvert que le cerveau est alors déjà en partie endormi, même si nous ne le savons pas et que nous semblions, aux yeux des autres, éveillés. 
        C'est ce que l'on appelle dormir debout.
        

        Les neurobiologistes  ont implanté dans le cerveau de rats de laboratoire 16 électrodes recueillant l'activité des neurones en diverses zones cérébrales, et ont soumis les animaux à des périodes de plus en plus longues de privation de sommeil. Ils ont constaté que certains neurones entrent dans un état caractéristique du sommeil, notamment l’émission des ondes lentes caractéristiques du sommeil profond.
        Certaines parties du cerveau des rats dorment déjà, alors même que les animaux déambulent dans leur cage et réalisent divers tests, dont les résultats sont de plus en plus mauvais au fur et à mesure que le nombre de groupes de neurones endormis augmente.

        Les pertes d'attention et les baisses de performances généralement attribuées au manque de sommeil résulteraient ainsi du fait que le cerveau dort en partie, présentant une mosaïque de zones éveillées et endormies, le véritable sommeil nécessitant une fusion de toutes ces zones.
        Un tel état intermédiaire de semi-sommeil pourrait servir à reposer alternativement des groupes de neurones, sans priver l'animal sauvage de sa capacité à veiller sur son environnement et de se protéger contre l’action d'éventuels prédateurs. Chez d'autres animaux, tels les dauphins et de nombreuses espèces d'oiseaux, un des deux hémisphères cérébraux dort pendant que l'autre veille. Certains oiseaux s’assoupissent avec un œil ouvert et les flamants roses sur une patte.
    Les mammifères domestiqués terrestres, (tels les vaches ou les chevaux par exemple), se contentent de dormir debout. Si l’homme a de fortes chances de se faire mal en essayant de dormir debout, ce n’est pas le cas des chevaux., qui disposent d’un mécanisme de blocage, une sorte de paralysie musculaire, qui leur permet de dormir droit sur leurs jambes pendant le stade de sommeil lent. Les chevaux ont hérité de cette faculté de leurs ancêtres sauvages, qui pouvaient ainsi échapper à d’éventuels prédateur dès leur réveil. En revanche, pendant la phase de sommeil paradoxal, ils se couchent, tout comme les humains.

        Cela vous arrive t’il de vous sentir ainsi à moitié endormi(e) ?

       L'homme n'est quand même pas comme l'animal, car il n'a plus l'obligation d'être toujours en éveil, face à des prédateurs.
       J'ai déjà fait des articles sur le sommeil (voir notamment celui du 04/04/2018 sur les divers stades de sommeil).
          Au cours du « sommeil lent » ou sommeil profond, l’immobilité est presque totale : le pouls et le rythme cardiaque ralentissent, les yeux ne bougent plus derrière les paupières fermées et l’activité mentale faiblit. En revanche, nous conservons notre tonus musculaire,  nous sommes capables de nous endormir assis, sans avoir la tête qui tombe »,
         C’est d’ailleurs durant ce premier cycle que l’on observe les cas de somnambulisme.
         Le second stade de sommeil est à l’opposé du premier. Pendant le sommeil paradoxal, le pouls et la respiration sont aussi élevés qu’en phase d’éveil, les mouvements des yeux sont rapides derrière les paupières fermées et l’activité cérébrale est intense.  le corps est complètement détendu, le visage inexpressif, les muscles se relâchent complètement. Si une personne est assise ou debout, elle tombe !
          Si nous dormons debout, notre phase de sommeil est celle du sommeil lent et non celle du sommeil paradoxal. Une personne somnambule est  capable de se lever sans en être consciente et certains militaires ou certains navigateurs solitaires, ont appris à contrôler cette phase pour récupérer quelques minutes sans tomber.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/11580532425026800x400.jpg

        Je suis souvent étonné du manque de bon sens des gens, alors qu’ils ne sont certainement pas idiots, et notamment des jeunes, mais aussi des moins jeunes,qui font n’importe quoi, pour épater le copain; cela dit des adultes font parfois la même chose.
        Quand je vois le nombre d’accidents d’auto et de moto, et le nombre de jeunes qui se tuent, parce qu’au sortir d’une boîte de nuit où ils ont trop bu et fumé du cannabis, et ceux qui s’enivrent en groupe à celui qui boira le plus et finira en coma éthylique, je me demande s’il leur arrive de réfléchir un peu aux conséquences de leurs actes.
        Alors que les jeunes de 18 à 24 ans ne représentent que 9% de la population, leur morts correspondent à 24% des tués sur la route.
        Je me pose aussi des questions sur l’éducation que leur ont donnée leurs parents, et je vois encore une fois combien maintenant l’influence des copains est supérieure à celle des parents.

        Mais je suis encore plus horrifié par la bêtise de ceux qui font n’importe quoi, parce qu’on leur a dit « t’es pas cap » sur internet ou qu’ils ont fait un pari sur Facebook.
        L’alcool ou la drogue n’obscurcit pas leur cerveau et ils sont entièrement conscient de leurs actes.

        Et l'été est l'occasion, sur nos plages de nombreux accidents qui pourraient être évités, mais je me demande si la publicité qu'on leur donne sur la télévision n'est pas un encouragement à vouloir réaliser des exploits complètement absurdes et dangereux.
        J’ai vu avec effarement les images de la noyade de ces jeunes, l’un qui a sauté à l’eau avec son vélo et qui a été entraîné au fond de l’eau par son poids, parce qu’il avait attaché le vélo à sa jambe pour pouvoir le récupérer, l’autre parce qu’il a plongé d’un plongeoir alors que la mer était basse et qu’il n’y avait que très peu d’eau au dessous, que l’on a sauvé mais qui est estropié pour la vie.
        Un troisième est parti en mer à vélo, à marée basse sur une plage très plate (ci dessus) et a failli se noyer quand la marée est montée; il a été sauvé par un  pécheur.
        Comment peut on être bête à ce point à 18 ou 19 ans ?

        Mais on a montré aussi une femme d’une cinquantaine d’année, qui à la suite d’un même pari, s’étalait sur des rochers et d’était blessée au dos.
        Un « défi » sur Facebook consiste à se jeter dans une eau glaciale dans les 48 heures, parfois sous des prétextes écologiques. Celui qui relève le pari doit ensuite poster la vidéo de ses exploits et inviter d'autres à le faire, seuls ou en groupes, via les réseaux sociaux. Si le gage n'est pas accompli, le perdant doit offrir un dîner au restaurant.
        Bien sûr on dit que Facebook est responsable, car de nos jours, l faut toujours trouver un responsable à tout
        Je ne suis pas un défenseur de Facebook, que je n’apprécie guère, mais un site qui permet à tous de s’exprimer, ne peut censurer tous les participants, ni même savoir ce qu’ils disent, car trop nombreux.
        Une personne censée devrait réfléchir et ne pas se laisser entraîner dans des jeux aussi stupides, de même que lorsqu’on joue à s’étrangler, se mettre un sac de plastique sur la tête ou qu’on maintient la tête d’un copain sous l’eau, pour voir combien de temps on peut tenir sans respirer.
        Il faut que dans ce domaine, on apprenne un peu de biologie au début du collège, et que, si on arrête de respirer, l’évanouissement vient brutalement sans prévenir, et que si on ne vous ranime pas rapidement, le cerveau meurt.

        Je sais bien que les Shadocks, s’insurgeant contre des propos de Descartes et Pascal sur l’intelligence humaine, disent que la connerie de l’homme est la chose la mieux partagée dans le monde actuel.
        L’homme est, dit on, « un animal doué de raison », mais les animaux ne feraient jamais des choses aussi absurdes.
        On a parfois l’impression que, dans notre monde moderne, le progrès scientifique apporte toujours beaucoup, mais le cerveau humain, lui, marche à reculons.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Internet nous manipule

                 La guerre en Ukraine a été l’occasion de mesurer combien les réseaux sociaux et principalement Facebook et Twitter, étaient d’excellent outils de désinformation et de bourrage de crâne.

                Un grand nombre de comptes officiels sur ces réseaux, (plus de 75), d’organismes du Ministère des affaires russes (ambassades au Royaume Uni, Canada, Suisse, Autriche, mission à l’ONU…) se renvoient en permanence des textes de propagande, qui, par exemple, traitent les autorités Ukrainiennes de nazis ou nient les bombardements de sites civils et les exactions des troupes russes. Se relayant sans cesse, ils occupent l’espace internet et ont donc de fortes chances d’être lus. 870 comptes automatiques programmés complètent cette cyber-force de frappe, gonflant ainsi artificiellement la diffusion de la propagande russe.
                Le but est de faire croire qu’un débat ou une polémique mobilisent de nombreuses personnes sur le web, et justifier ainsi des idées préconçues et en définitive, faire croire à de fausses informations.

                Les élections sont également une occasion d’agir de façon analogue.

                L’intervention russe en faveur de Trump, en piratant les données de son adversaire et en les publiant largement sur les réseaux sociaux, a défrayé la chronique il y a 5 ans. Par exemple deux sociétés britannique (Cambrige analytics) et russe (Internet Agency)  ont largement diffusé de fausses informations, notamment sur un site de soi-disants révolutionnaires texans.
                En 2017, lors de l’élection présidentielle française, des activistes ont largement diffusé de fausses informations, notamment ont publié dans l’internet français, sur un site de soi-disants révolutionnaires texans américains d’extrême-droite, des courriels piratés du parti d’Emmanuel Macron. Certains fichiers étaient même trafiqués et des indices ajoutés , pour faire croire que c’était l’œuvre des russes.
               Lors de la dernière campagne présidentielle, l’équipe d’Eric Zemmour a très largement diffusé sur le net, des documents visant à imposer leurs thèmes sur l’immigration et l’islamisme.
             Les contenus des informations ne sont pas forcément faux, mais ils sont sélectionné, d’une part pour convaincre d’un but poursuivi, mais aussi en fonction de toutes les données que les réseaux sociaux recueillent sur leurs usagers, analysant leurs besoins leurs envies, voire leurs votes..          

                Tout le monde connait la façon dont nous sommes suivis à la trace sur internet, par des sites qui font des statistiques sur nos demandes et recherches et ensuite vendent ces résultats à des entreprises, en tant que renseignements marketing.
               Mais ce que nous publions sur Facebook ou Twitter, voire même sur un blog, est aussi analysé et sert aussi à renseigner les acteurs de la société de consommation.
              Il y a deux ou trois ans c’était infernal. Dès que je cherchais une information technique ou commerciale sur Google, je recevais des centaines de mails de pub, la plupart du temps sans intérêt, d’autant plus qu’ils arrivaient en général quand j’avais terminé ma recherche.
              Depuis Google a été contraint de permettre aux internautes de limiter ses suivis et la première fois où je consulte Google, après avoir rallumé mon Mac, je vois apparaître la fenêtre ci dessous, et je clique sur « refuser ».
             Je constate que Google continue à être indiscret, car je reçois encore des mails de pub liés à mes recherches, mais beaucoup moins.

    Internet nous manipule

            Ce qui me laisse rêveur, (et méfiant), c’est le « métier d’influenceur », maintenant reconnu sur internet.  Ce mot a fait son entrée dans les dictionnaires français Larousse et Robert en 2017  et il est aujourd’hui largement répandu et utilisé. 
             Un influenceur est généralement un internaute, qui grâce à sa forte présence sur les réseaux sociaux et/ou les blogs, est parvenu à gagner en influence et à être suivi par des milliers, voire des millions de fans, et à devenir ainsi un relais d’opinion auprès des consommateurs .
            Ces influenceurs sont devenus aujourd’hui les nouvelles stars du web, avec la possibilité d’influencer, dans tous les domaines,  les choix des consommateurs, et, à terme, les comportements d’achats.
            Ils sont de plusieurs sortes :
                  D’abord des personnalités connues, (cinéma, sport, musique, médias…), bien entendu présentes sur les réseaux sociaux..
                  Des « macro-influenceurs », qui ont des centaines de milliers, voire des millions d’abonnés. C’est leur métier et ils ont une agence et des agents ou courtiers, qui prennent les commandes « d’influençage ».
                Les micro-influenceurs n’ont que au maximum quelques milliers de fans, mais ils en ont davantage la confiance, et sont donc considérés comme importants par les entreprises.
               Les nano-influenceurs n’ont pas un nombre important de lecteurs, mais ce sont des personnes reconnues comme compétentes, voire des experts, passionnés par certains sujets.
               Il y a enfin les blogueurs-influenceurs, qui abritent de la publicité sur leurs sites, voient la commentent. En fait leur rôle publicitaire peut être le moteur de leur notoriété.

     Personnellement je suis très méfiant vis à vis de ces pubs et je doute, comme saint Thomas. Si un produit m’intéresse je cherche à trouver de nombreux renseignements techniques et à les comparer.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

    Partager via Gmail

    votre commentaire