•           L’homosexualité a fait couler beaucoup d’encre au moment du « mariage pour tous ». On a pu voir alors combien l’homophobie ressemblait à du racisme. Certains allaient jusqu’à regretter le temps où l’homosexualité était considérée comme une maladie mentale.


              Pourtant les neurobiologistes pensent de plus en plus que, en ce qui concerne les hommes, une conformation cérébrale favorise l’homosexualité.

              Deux types de recherches y contribuent :

    L'homosexualité est elle congénitale ?

               1.) - Chez les hommes, plusieurs chercheurs (notamment LeVay aux USA) sont arrivés à la conclusion que certains noyaux de l'hypothalamus pouvaient être en relation avec l'orientation sexuelle.
                        - un noyau de l'hypothalamus (appelé dans leur jargon noyau intersticiel de l’hypothalamus antérieur n°3 :NIHA3) était deux fois plus gros chez les hommes hétérosexuels que chez les homosexuels et chez les femmes.
              Les neurones de ce centre de l’hypothalamus produisent une préhormone de libération des gonadotrophines hypophysaire (GnRH), qui stimule la production par l’hypophyse de deux autres hormones : la FSH (hormone folliculo-stimulante), nécessaire à l'ovulation chez la femme et à la production de spermatozoïdes chez l'homme, et la LH (hormone lutéinisante), qui est responsable du déclenchement de l'ovulation et stimule la production de testostérone.
              On trouve également une analogie entre les dimensions du noyau préoptique des femmes et des hommes homosexuels, par rapport à celui des hommes hétérosexuels qui contient deux fois plus de neurones.
              Toutefois ces études n’impliquent qu’une population restreinte et les homosexuels étaient morts du sida.
           

                        - au contraire, un autre noyau (dit suprachiasmatique car il est localisé dans l'hypothalamus juste au dessus du chiasma optique, le croisement à l'entrée du cerveau des nerfs optiques droit et gauche), était deux fois plus gros chez les hommes homosexuels que chez les hommes hétérosexuels et les femmes.
             Je n'ai pas trouvé dans la littérature d'explication valable de ces constatations. Les hypothèses sur le développement de ces noyaux sous l'effet des hormones androgènes sur les gênes sont assez contradictoires.
             Il existe diverses études s'appuyant sur cette constatation de différence de formation de l'hypothalamus, qui prônent que l'homosexualité est héréditaire, (notamment une étude portant sur de vrais jumeaux, et une autre publiée en juillet 2006 portant sur la probabilité d'être homosexuel si on est le plus jeune d'une série de garçons dans une famille). Les  statistiques portent en général sur des populations très faibles et particulières et les chiffres sont très peu convaincants et très critiqués par les experts en statistique.
             De plus une étude statistique permet de trouver des corrélations mais ne renseigne pas sur les relations de causes à effets
             En fait bien que le génome soit maintenant mieux connu, aucune explication n'est venue étayer cette théorie. On n'a pas trouvé le ou les gènes de l’homosexualité.

    L'homosexualité est elle congénitale ?

               2.) - D’autres études ont porté sur le striatum, qui est un centre du cerveau central, composé de deux centres , le putamen et le noyau caudé; ce centre est impliqué dans les comportements appétitifs et aversifs, notamment en ce qui concerne la prise alimentaire et l’activité sexuelle, ainsi que dans la gestion de la douleur.
              Les chercheur ont mesuré par IRM l’activité de ce centre dans le domaine sexuel, chez les hommes hétérosexuels, homosexuels et bisexuels. Ils ont montré que le striatum s’activait beaucoup moins chez les homosexuels à la vue de photos de femmes et chez les hétérosexuels à la vue de photos d’hommes et aà pau près autant pour les bisexuels.
              Le striatum ventral, qui contrôle nos motivations notamment pulsionnelles, agirait donc pour les homosexuels comme un frein vis à vis des femmes. Toutefois c’est le problème de la poule et de l’œuf : on ne sait pas si c’est pour cela que ces hommes sont homosexuels ou si c’est par apprentissage que le striatum réagit ainsi.

    L'homosexualité est elle congénitale ?

              Chez les femmes, on a noté une activité relativement très supérieure à la normale des glandes surrénales, induisant des taux anormalement élevés d'hormones androgènes.
             
    Des études ont fait état de taux de testostérone élevés chez des lesbiennes, mais d'autres lesbiennes ne présentaient pas cette caractéristique.

              Par ailleurs on ne sait pas si le fait d'être homosexuel a une influence sur les taux d'hormones (ce pourrait être une conséquence et non une cause).
              Ces femmes présentent dans leur enfance des comportements de “garçon manqué” et devenues adultes, ont souvent tendance à nouer des relations homosexuelles.
              Par analogie avec des études menées sur des rongeurs, il est possible que ces niveaux élevés d'androgènes circulants, aient “orienté” les circuits cérébraux à l'origine dimorphes (notamment au niveau de l'hypothalamus), dans un sens masculin plutôt que féminin, avec pour conséquence, des jeux plus agressifs et finalement, le choix d'un partenaire sexuel féminin.
              Mais ce n'est pas prouvé. Injecter de la testostérone à un bébé guenon n'induit pas de comportement sexuel mâle et un singe castré (qui n'en produit plus) peut rester très actif sexuellement surtout s'il est entouré de femelles et même s'intéresser aux mâles.

               Nous n'avons pas de certitude d'explication physiologique précise de l'homo-sexualité, et il est probable qu'il y a une influence de l'environnement, mais ce qui est certain, c'est qu'il est aussi absurde de reprocher à quelqu'un cette orientation, (pire encore de la considérer  comme immorale et de l'exclure de la société), que si on excluait ainsi un gaucher par rapport aux droitiers, ou quelqu'un qui souhaitait être scientifique, auquel on aurait donné une instruction littéraire (ou inversement).

     

     


    votre commentaire
  •  

               Je ne peux pas dire que je sois rétif aux technologies modernes : je me sers d’un microordinateur depuis 1979 et j’avais mis en place en 1987 dans la société où je travaillais 2000 macintoshs et une messagerie interne qui ressemblait à internet.
               Depuis 1997 j’avais un mac moderne avec accès à internet et aujourd’hui je m’en sers énormément. Je suis presque à zéro papier et j’utilise en permanence ma messagerie.
               Par contre je vais peu sur les réseaux sociaux car je n’aime pas raconter ma vie en public et je m’en sers surtout pour communiquer avec mes petits enfants qui sont éloignés de la région parisienne, ainsi qu’avec quelques amis.
               Je ne suis pas un fana SMS et je ne vais pas sur internet à partir de mon téléphone portable pour trois raisons ; d’abord j’ai toujours à ma disposition un ordinateur connecté (donc ma messagerie), et un téléphone fixe (sauf dans la rue et dans le métro, et c’est pour cela que j’ai quand même un téléphone mobile), je trouve qu’écrire un SMS est trop lent et qu’on ne peut pas dire autant que sur un mail, et d’autre part la faible surface de l’écran des téléphones m’agace car je trouve qu’on n’y voir rien, par rapport à l’écran de 27 pouces de mon mac.
               Mais peut être que cela préserve ma santé mentale.!

               J’ai lu un article de Nicholas Kardaras (psychothérapeute qui a écrit un livre sur l’accoutumance à internet), sur l’utilisation aux USA des téléphones mobiles et des réseaux sociaux, qui m’a laissé perplexe.
               D’abord des statistiques ébouriffantes : toutes les secondes, le web y véhicule 7500 tweets, 2 millions d’e-mails, 1400 photos Instagram et 120 000 youtubes sont visionnés; sans compter 70 000 SMS. (cela fait plus de 6 milliards par jour soit 20 par personnes en moyenne !).
               Mais la France est presque aussi convertie : 30 millions de français utilisent Facebook, 6 millions tweetent et les jeunes enverraient une centaine de SMS tous les jours (je me demande bien ce qu’il peuvent avoir encore à dire  !).
               Je suis d’ailleurs toujours étonné du nombre de personnes, (et pas seulement des jeunes !), que je vois dans le métro, leur téléphone à la main en permanence et sur lequel elles jettent un coup d’œil au moins toutes les minutes.

               Les contacts sociaux étant un chose indispensable pour l’homme, on aurait pu croire qu’une telle communication était bénéfique. Il semble qu’il n’en soit rien.
               En 2014 l’université de San-Diego a examiné des données médicales de 7 millions d’adolescents et adultes et il a trouvé qu’il y avait beaucoup plus de symptômes dépressifs qu’en 1980. Cette augmentation semblait en partie due au manque de sommeil et de calme due à la frénésie d’internet et de l’attente de message, qui engendre un stress permanent.
               L’université de Houston a fait également des sondages qui montent que plus les étudiants passaient du temps sur Facebook, plus ils montraient des symptômes dépressifs.

                Deux raisons importantes semblent expliquer ces résultats :
                          - d’une part la comparaison de ses conditions de vie à celles des autres est parfois déprimante, d’autant plus que beaucoup de ce qui est dit sur Facebook est très enjolivé et magnifié.
                          - d’autre part notre équilibre psychique demande des contacts réels avec d’autres personnes vivantes et les contacts virtuels prennent tellement de temps que l’on n’a plus le temps d’avoir ces contacts réels avec de « vrais » humains en chair et en os (et avec un cerveau, des sentiments et des émotions).
               Notre cerveau est câblé pour permettre de nous adapter aux évolutions et donc à aimer les choses nouvelles. Une autre conséquence d’internet est que la multitude des informations et surtout de la possibilité de réponse à toutes nos questions, répond à ce besoin de nouveauté et se traduit par une suractivité qui peut être épuisante.
               Le problème, c’est en fait que l’utilisation d’internet étant considérée comme agréable, induit la production de dopamine dans notre circuit de récompense, et que si l’on en abuse, on peut arriver à l’addiction, comme pour le tabac, les drogues, l’alcool, le sexe ou les jeux.

               Les jeunes sont devenus pour beaucoup, accros aux textos. Ce n’est pas leur nombre qui est directement nocif, mais les conséquences qu’ils engendrent sur leur vie
               C’est l’impossibilité de s’arrêter, d’accepter les critiques, le fait d’être frustré quand on n’a pas accès à son addiction. Et c’est surtout le manque de temps pour faire autre chose et le manque de sommeil, qui engendrent stress et épuisement.
               L’activité compulsive digitale augmente les risques  de troubles compulsifs, d’échecs scolaire, d’utilisation d’alcool et de drogue.
               En fait paradoxalement l’activité virtuelle sur internet accroit notre sentiment d’isolement sans que nous nous en apercevions.
               Notre cerveau a besoin de relations réelles « face à face », de partager des expériences, des émotions des sentiments, des souffrances des joies, des rires, des jeux  et des pleurs. Un couple d’amoureux ne dure guère sur internet, s’il ne se voient pas réellement.

                Robin Dunbar, un anthropologue anglais, s’inquiète pour la santé mentale des enfants : le cerveau d’un enfant est en formation, en apprentissage, notamment en matière d’interaction sociale, d’empathie et de partage. La connexion virtuelle, illusion du contact humain, pourrait perturber ce développement.
               En définitive, certes les connexions digitales font partie de notre vie d’aujourd’hui, mais il ne faut pas qu’elles deviennent une addiction, et, pour que les enfants et les jeunes soient heureux et en bonne santé, ils faut qu’ils aient des relations avec des personnes réelles, bienveillantes à leur égard.


    votre commentaire
  •  

     

              On parle beaucoup actuellement, à la télé et dans les médias, de personnes connues ou ayant une situation importante, qui ont harcelé de jeunes femmes, voire les ont violées. Personne n’osait en parler et tout à coup les langues se délient et donc les médias en parlent beaucoup, mais comme des faits divers à sensation.
              Il y a quelques années j’avais comme correspondant(e)s sur mon blog " lancien.cowblog.fr ", un certain nombre de jeunes qui se sentaient mal dans leur peau et que j’essayais d’aider.
              Pour certains ce n’était qu’un mal-être, pour d’autre un stress important, mais certain(e)s avaient subi une agression : cela pouvait être le vol d’un sac, des coups de la part de copains ou de camarades, des personnes ivres qui s’en prenaient à leur environnement…  Mais les problèmes les plus difficiles que j’ai rencontrés auprès de mes correspondantes étaient les viols.

              Tout le monde sait en théorie ce qu’est un viol, mais peu savent vraiment les ravages et les traumatismes qu’ils peuvent causer. C’est ce qui m’a incité à écrire cet article, mais malheureusement ce ne sont pas des violeurs potentiels qui le liront.
              Le viol qu’il soit l’objet d’un seul - que cette personne soit ou non connue de la victime - ou pire encore en groupe - ce que l’on qualifie de l’affreuse expression de “tournante”, - c’est un crime et la justice a raison de le qualifier ainsi, car c’est pour une femme et à fortiori une ado, la pire des agressions.
              Mais certains actes ne sont pas qualifiés de viols et sont presque aussi traumatisants : je pense à des soirées très arrosées avec consommation d’alcool et de cannabis, à l’issue desquelles les garçons comme les filles, ne raisonnent plus normalement, et les jeunes ados sont dans un état tel qu’elles ne peuvent plus opposer aucune résistance. Il n’y a pas viol manifeste, mais il n’y a pas consentement non plus, et dans certains cas, il arrive même que personne ne se rappelle de façon précise ce qui est arrivé exactement.
              Il n’empêche que de telles circonstances sont par la suite, presque aussi traumatisantes psychiquement pour une jeune fille que les viols réels. Je les considère aussi comme une agression au même titre que les viols, même si, aux yeux de la justice, ce n’est un crime que dans la mesure où l’on pourrait prouver que l’on a forcé la victime contre son gré, et cette preuve est en général difficile.

              J’ai plusieurs fois essayé de  rassurer des personnes, ados, jeunes femmes ou personnes plus âgées qui avaient subi une agression non sexuelle : vols à l’arracher, brutalités, voire une fois une blessure sérieuse. Même dans le cas de blessures, le traumatisme était moindre que celui d’un viol , non sur le plan physiologique, mais sur le plan psychologique et sentimental à moyen terme.
              Le plus souvent, sauf quand il y a eu des violences physiques importantes, des coups ou une sauvagerie entraînant des blessures locales, les victimes d’un viol ne ressentaient pas de traumatisme et de souffrance physiologiques.
              Par contre, toutes les jeunes qui avaient subi de telles agressions étaient extrêmement traumatisées sur le plan psychologique.

               Elles avaient d’abord un sentiment de honte, non seulement vis à vis des autres mais aussi vis à vis d’elles mêmes, l’impression d’être salies.
              Ce sentiment est sûrement une réaction de l’inconscient car il n’y a aucune réalité physique et aucune d’entre elles n’a pu m’expliquer la raison de ce sentiment extrêmement fort et stressant, qu’il est difficile de combattre.
              L’agression  entraîne un  traumatisme d’autant plus important que l’on n’ose en parler à personne et que l’on garde la blessure pour soi longtemps.
              Le souvenir de la scène est lancinant, revient en permanence et vous obsède et peut mener peu à peu, à la dépression. La jeune voit - à tort -, tout avenir condamné pour elle, presque comme si elle avait contracté une maladie incurable.
              La plupart de celles que j’ai pu aider n’avaient parlé à personne de ce qui leur était arrivé ou parfois à une amie mais qui n’avait su comment les aider, si ce n’est par son amitié. Certains parents n’avaient pas non plus su comment aider leur enfant et en général avait fait appel à un psy et je dois constater que ce recours n’avait la plupart du temps, fait qu’ajouter à la honte ressentie par la victime et les médicaments antidépresseurs administrés rajoutaient plutôt au malaise de l’adolescente.
              Un autre sentiment étonnant intervient souvent et agit comme un  remord lancinant : la personne agressée se sent coupable, alors qu’en réalité elle est une victime. Mais elle se demande comment elle a pu en arriver là, si ce n’est pas sa faute, quel est son comportement qui lui a valu cette catastrophe, même si, heureusement elle éprouve aussi une certaine haine vis à vis des auteurs de l’agression, mais on l’aurait à moins, et finalement ce sentiment est plutôt salutaire, car il est possible de s’appuyer sur lui pour remonter la pente.. 

               Autre séquelle, qui dure en général longtemps, ces agressions entraînent chez les victimes une peur des hommes.
              Peur évidement de circuler dans la rue , les transports en commun, les lieux publics, de crainte d’une nouvelle agression. Mais peur du contact avec n’importe quel homme, voire même des garçons amis. Là encore c’est une réaction de l’inconscient contre laquelle il est difficile de lutter, une obsession, une phobie..
              C’est une répulsion difficile à surmonter mais qui finit par s’atténuer.    Mais il subsiste ensuite en général, une horreur instinctive de toute relation sexuelle et donc une crainte de toute relation amoureuse, qui dure parfois longtemps.
              Il est très difficile de sortir seule de ces pièges; et même si par la suite; un amour sincère et une confiance s’établit avec un “petit ami”, il faudra à celui ci beaucoup de patience et de délicatesse, pour arriver à faire disparaître cette répulsion.

              ll faut avoir discuté avec une personne qui a subi un viol, pour se rendre vraiment compte de l’énorme traumatisme psychologique que représente cette agression.
              Le plus difficile c’est d’arriver à surmonter l’état de dépression, de désespoir ou au mieux, de grande tristesse, qu’entraîne le choc et aider ne suffit pas, il faut une grande volonté à la victime pour remonter la pente; la personnalité de la victime et l’environnement familial et de travail sont des facteurs importants.

      Comment aider un victime d’un viol ?

              Il faut d’abord essayer qu’elle ne garde pas son secret car rien n’est plus traumatisant que de laisser l’inconscient conserver ces images et ces sensations pour lui tout seul. Cela risque de créer d’énormes blocages par la suite, et même de créer au bout de quelques mois ou de quelques années, un état obsessionnel qui peut mener à la dépression et aux pensées morbides. Certes c’est difficile de parler de choses aussi intimes. Il faut une confiance réciproque.
              La personne qui a subi un tel choc, a en effet avant tout besoin de quelqu’un de patient, qui ne la juge pas, qui l’écoute et comprenne sa détresse. Le psy est souvent trop distant, trop professionnel. Sa confiance en elle a été en partie détruite et il faut essayer de la réconforter, de lui redonner goût en elle même et en la vie.
              Ce sentiment de honte et de dégoût, cette impression d’être salie, il faut arriver à les atténuer, la persuader qu’elle a subi avant tout une agression, et que c’est un traumatisme analogue à une blessure, à un coup de couteau, mais qu’elle n’y est pour rien et qu’il n’y a aucune honte à cela et que cela cicatrise et ne condamne pas sa vie future.
              Finalement la haine de l’agresseur est sans soute préférable, car elle occupe l’esprit “plus positivement” si j’ose dire. Elle diminue ce sentiment absurde mais réel, de culpabilité alors que l’on est victime.
              Puis il faudra reconstruire peu à peu, redonner envie de sortir sans avoir peur (pas n’importe où, et accompagnée), de voir des amies, puis même d’oser parler à des garçons. Remonter la pente est long et je crois que seules les personnes qui arriveront à apporter une amitié et inspireront confiance, pourront vraiment réussir
              Le moment crucial sera un jour où un garçon aimera cette jeune et essaiera de se faire accepter. Il lui fauidra beaucoup de patience, de compréhension, de doigté, mais s’il y arrive, c’est cette acceptation du “petit ami” qui sera le signe et le révélateur d’un retour à la vie et à la joie.

     


    votre commentaire
  •  

     

                      Les articles que j’ai écrits récemment sur l’indiscrétion et le recueil sur le Net de données nous concernant, m’ont valu quelques mails, certains étonnés et quelques uns critiques.
                     On me reproche notamment d’être un détracteur de Google et d’exagérer son intrusion dans notre vie privée et les méfaits du Net.

                     Je n’ai jamais dit qu’internet était inutile. Quand on veut avoir un renseignement, qu’on sait comment et où le chercher, et qu’on sait faire un tri entre les adresses proposées quant à sa pertinence, internet est très précieux.
                    Quand je cherche des données scientifiques, il fallait autrefois que j’aille à la bibliothèque Sainte Geneviève, près du Panthéon, et, pour les trouver, l’aide des bibliothécaires était précieuse. Maintenant je peux me débrouiller tout seul en restant chez moi, avec des données beaucoup plus nombreuses, venues de toutes les bibliothèques et universités du monde entier, mais un peu plus difficiles à trouver, car les moteurs de recherche ne comprennent pas des questions complexes.
                   Autant j’admire Google pour la quantité de données qu’il contient, autant je trouve nul son moteur de recherche, qui ne comprend même pas les opérateurs « et » et « ou », et vous donne toujours une multitudes de données en dehors de votre recherche.
                   Je me souviens d’ailleurs d’une conférence de Steve Jobs à Paris, pour faire la promotion d’Apple et d’internet, au cours de laquelle il a cherche une recette de cuisson de côte de boeuf au four, et où il a obtenu seulement les adresses de toutes les rôtisseries de Paris, et s’est embourbé dans sa recherche
                  En définitive, je trouve donc internet très utile et je m’en sers beaucoup, mais je supporte mal l’intrusion de Google (et autres), dans ma vie privée.

                Il m’arrive souvent d’être réveillé vers 7h et je regarde si je n’ai pas des messages urgents sur  ma messagerie. Alors Google note que tous les jours ouvrables, je prends ma douche à 7h et que je consulte ensuite ma messagerie, et il note  le nombre de messages le temps que j’ai mis pour les lire….
              Souvent je fais aussi quelques recherches, par exemple sur des matériels qui seraient utilisés dans les immeubles où j’habite, puisque je m’occupe des travaux de l’immeuble. Bien sûr Google a noté cela et a vendu l’information : pendant quinze jours je reçois quotidiennement une dizaine de pubs sur ces appareillages.

              Il m’arrive souvent pour aller à un rendez vous, de chercher le meilleur itinéraire sur Google-Map. Donc l’ogre américain connaît beaucoup de mes déplacements. Je m’en suis aperçu, car, pour une association d’ingénieurs, j’organise des conférences et des visites et j’étais en discussion pour visiter des ateliers du Louvre. Evidemment Google ne connaissait pas le motif de mes déplacements et j’ai été étonné quelques semaines après, de recevoir sur mon Mac, plusieurs catalogues de reproduction de tableaux.
              Il m’est arrivé aussi de faire de la doc sur des médicaments et sur les recherches correspondantes en université. Là aussi j’ai reçu ensuite des mails de sites de ventes de médicaments sur internet.
              Un ami, qui au moment de Noël, correspond avec sa famille à propos des cadeaux de fin d’année, a ainsi reçu des pub sur beaucoup des cadeaux qu’il envisageait. Ou Google a le don de divination, ou il fait lire nos mail par un ordinateur, qui relève quelques mots clés.
              Les profits de la firme américaine reposent essentiellement sur les pubs : il a donc besoin que tous les utilisateurs de ses services aient un « profil numérique de consommateur », et tout est bon pour y arriver.

               Pour utiliser les divers services de Google, j’ai dû valider les « conditions d’utilisation", et il ne cache pas qu’il conserve des données non spécifiées et pour un temps qui n’est pas non plus défini, et qu’il peut les communiquer à des « entreprises partenaires » (qui payent). Il considère donc qu'il a mon accord pour faire ce qu'il veut avec ce que je fais sur ses outils mis à mon service. Alors je suis allé voir les conditions d’utilisation et de confidentialité et j’ai décoché toutes les autorisations d’utilisation.
              Depuis je reçois régulièrement des mails de Google, qui me dit qu’il ne peut pas m’aider dans mes recherches faute de renseignements, mais je lui réponds que j’en suis fort heureux et que je me débrouille mieux tout seul !!
             Je n’utilise plus « Chrome » pour naviguer sur internet, j’ai un téléphone sans « Android », qui ne va pas sur internet, je ne vais que le minimum sur Facebook pour discuter avec mes petits enfants, je n’utilise plus Gmail avec des artisans ou entreprises, je ne regarde plus les « actualités Google », mais celles du Nouvel Obs, et j’ai enlevé de Google (et du Cloud d’Apple qui ne vaut pas mieux), la gestion de mon agenda et de mes contacts.
             J’emporte en Bretagne une clé USB avec les renseignements que je ne veux pas  mettre sur la place publique, et j’ai désactivé les GPS de ma tablette et de mes ordinateurs, pour qu’on ne me localise pas. Evidemment ils peuvent trianguler mon portable, mais je n’ai pas assez d’importance à leurs yeux pour qu’ils en fasse la dépense.

             Alors ne me dites pas que notre vie privée n’est pas espionnée, même si par ailleurs le Web est un outil remarquable. Chaque médaille a son revers.

            Cela dit ne vous faites pas d’illusion : quand vous utilisez dans votre supermarché une carte Carrefour, Auchan, U, Leclerc ou autre, ce que vous achetez est noté et collecté et un profil de consommateur est dressé puis vendu à d’autres commerçants. Dites vous que toute carte à puce permet de collecter des données et de vous ficher, pour qu’ensuite on cherche à vous faire dépenser de l’argent en achetant ce qui paraît vous intéresser.
           Google n’est qu’un acteur parmi d’autres.  

     

     


    votre commentaire
  •  

    Nos téléphones portables sont des passoires d'informations.

             Un de mes lecteurs, étonné de mon dernier article sur les indiscrétions du net, m’a demandé ce qu’il en était pour les téléphones portables.
             Je ne suis pas sûr que vous ayez conscience de l’utilisation qui est faite de votre propre téléphone portable, ou de votre tablette, à des fins d’enquête.
             Certes nous ne sommes, ni vous, ni moi, aussi important que monsieur Macron ou madame Merkel, pour avoir droit à l’espionnage de la NSA. Mais cela n’empêche pas pour autant, que l’on espionne à des fins commerciales ce que vous faites.

             D’abord, il faut savoir que s’il est assez difficile pour un non-spécialiste, de rentrer dans un ordinateur qui a des protections diverses, par contre les téléphones portables, les tablettes et leurs systèmes d’exploitation IOS ou Androïd, en sont démunis et un technicien connaissant les techniques « réseau » peut facilement y accéder, surtout depuis que nos téléphones sont reliés à internet.
             Sur ordinateur on peut empêcher la machine de donner sa position géographique, et on peut la déconnecter du réseau en coupant la wi-fi.
             Sur votre téléphone portable, c’est impossible car par principe vous êtes rattaché à une borne locale, et votre opérateur peut avoir votre position par triangulation à partir des trois bornes les plus proches de votre appel.
             Il est donc très facile de suivre vos déplacements, et aux Etats Unis (et probablement en France ?) les opérateurs vendent des données, théoriquement anonymes, sur les utilisations internet des portables, et leur localisations successives, soit à des laboratoires de recherches, notamment sociologiques, soit à des sociétés industrielles ou de marketing.

              Ceux qui utilisent les réseaux sociaux ou un agenda, sur leur téléphone portable, y laissent forcément des informations sur leurs rendez vous ou sur divers événements.
             Un laboratoire de recherche a montré que dans une base de données de 1,5 millions d’abonnés, il suffit de 4 données (lieu et information correspondante), judicieusement choisies, pour connaître l’identité de la personne qui a émis ces informations. Donc l’anonymat est un leurre. De nombreuses personnes peuvent trouver tout de suite, avec un logiciel performant, qui et où est Charlie. (je suppose que vous êtes amusé(e)s à ce jeu sur les pages des livres de Charlie).
             Impossible de se cacher dans la foule, et les données qui sont sur notre téléphone portable (réseaux sociaux, consultation, échanges, avis divers, transactions, loisirs, déplacements…), permettent d’en savoir long sur nous.
             Et maintenant, même les jeunes enfants ont un téléphone portable, et ils sont encore moins méfiants que nous vis à vis de cette collecte de données. Espionner les enfants renseigne sur les parents !

             Une équipe du MIT ( l’Institut de technologie du Massachusetts, est un institut de recherche et une université américaine, située à Cambridge, spécialisée dans les domaines de la science et de la technologie), a demandé à des étudiants de remplir un test de personnalité, puis elle a regardé leurs données de téléphone mobile pour y trouver des corrélations afin d’identifier; dans les données qui s’y trouvent, notamment sur leurs recherches de renseignements et leurs déplacement, voire leurs achats, des indicateurs permettant de déduire les 5 types de personnalité de la théorie du Big five.
             Ils ont mis au point un modèle, relativement fiable, utilisant 36 indicateurs.
             Yves-Alexandre de Montjoye du MIT indique que son modèle est fiable et permet de définir avec une bonne probabilité la personnalité du possesseur du téléphone, si toutefois les données qu’on y trouve ne sont pas biaisées volontairement, et à condition que la personne se serve suffisamment de son matériel.
             Donc, à partir des données de l’usage de votre téléphone mobile, (une succession de chiffres dans une énorme base de données), on peut en déduire en partie votre personnalité et vendre éventuellement cette information..
             Une autre menace commence à apparaître car les téléviseurs récents peuvent accéder à internet et permettre, à partir d’un clavier, le même usage qu’une tablette. La collecte des données pourra être encore plus facile.

             Des qu’un nouveau produit ou un nouveau service dans le domaine de la communication, trouve un large public, les grandes entreprises se battent pour l’acquérir et approvisionner leurs bases de données.
             C’est ainsi que Facebook a acheté WhatsApp, ce réseau qui permet de communiquer à moindre frais sur internet avec famille, amis, et autres interlocuteurs. Rapprocher ce que les personnes racontent sur Facebook et sur WhatsApp donne encore plus d’indications sur les personnalités et les besoins commerciaux des utilisateurs.
             Un appareil vendu par Amazon, Alexa, est un « robot de communication », muni d’intelligence artificielle et de nombreux micros disséminés dans la maison, et il répond à toutes les questions que vous lui posez oralement : il peut donner toutes sortes d'informations pratiques, comme les prévisions météo, l’état du trafic, les titres de l’actualité, ou des informations encyclopédiques. Il peut également communiquer avec des services extérieurs, notamment Amazon, pour commander en ligne produits et services. Enfin, Alexa peut s'utiliser comme une véritable télécommande vocale pour la maison connectée, car il permet d'interagir à la voix avec de très nombreux objets connectés.
             Mais Alexa étant en permanence relié par ses hauts-parleurs-micros au serveur d’Amazon il peut en fait enregistrer toutes les conversations dans la maison.
             Un procès de deux plaignantes américaines a révélé que leurs sextoys envoyaient des renseignements sur leur utilisation via une électronique intégrée et le smartphone de l’utilisatrice !!!

              Finalement, il m’arrive souvent de parler de « données personnelles », mais aujourd’hui, toutes nos données sont devenues, hélas, personnelles. Elles servent surtout à des études psychologiques statistiques, mais jusqu’à quand durera notre anonymat ?
             
    Qui pourra et voudra s’en servir (la société où vous avez envoyé une demande d’embauche par exemple ?).

              L’Europe commence à s’émouvoir du problème, et devrait publier fin mai 2018 un « règlement européen sur la protection des données » (RGPD), qui devrait renforcer la protection des usagers en leur donnant la possibilité (théorique ??) d’accès aux données collectées sur eux, et la possibilité de se plaindre en justice via des associations.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires