• Médicaments psychotropres : ne pas prendre sans avis du médecin.

    Médicaments psychotropres : ne pas prendre sans avis du médecin.

         De nombreuses personnes ont, à un moment ou à un autre, pris des médicaments anti-stress et en général ne savent pas bien à quoi ils correspondent, même si elles en connaissent le nom.
         Certains de mes correspondants, à la suite de mes articles sur les drogues, m'ont demandé de faire un article sur ce sujet.

         Je voudrais commencer par une remarque générale :

         • Ces médicaments n'ont aucune vertu curative. Ce sont en quelque sorte des aspirines de l'esprit. Mais ce n'est déjà pas si mal de soulager des angoisses ou de réduire les dépressions comme de calmer des agités ou des délirants ; mais ils ont un peu la même action qu'un plâtre sur une jambe cassée : cela aide à guérir, mais c'est la jambe, elle même, qui doit se reconstruire. Dans le cas du stress ou d'une dépression, les inconvénients et souffrances seront réduits, mais il faut ensuite rechercher les causes de ces problèmes et les supprimer ou au moins les atténuer, sinon tout recommencera à l'arrêt du traitementnt médicamenteux.

         • Si on prends ces médicaments pendant une trop longue période, il y a une certaine addiction qui s'installe  et donc le traitement prolongé a des effets néfastes sur le cerveau, de la même façonn qu'un plâtre gardé trop longtemps atrophie les muscles de la jambe.. C'est pour cela qu'il faut soigner le plus vite possible les causes

         • Partout ces médicaments sont surconsommés. Les Français détiennent d'ailleurs le triste record de la consommation des psychotropes, devant tous les pays occidentaux.
          Il ne faut utiliser ces médicament que sur ordre du médecin. Ne pas en prendre soi-même en automédication. Ne pas prendre trop longtemps ces drogues et respecter les doses. Inutile non plus d'associer deux drogues de même action. Il faut aussi lire la notice pour s'informer du mode d'emploi mais aussi des précautions, des interactions et des effets secondaires.
         Et lorsqu'on arrête leur prise, il faut en général le faire progressivement.

         Les médicaments utilisés par les psychiatres sont des psychotropes comme d'ailleurs les drogues.
         Un psychotrope est une substance susceptible de modifier l'activité psychologique et mentale. Cette modification peut aller dans le sens d'une augmentation, d'une diminution ou être une perturbation anarchique de la vigilance et/ou de l'humeur.

         On distingue trois grandes catégories de médicaments “psychotropes”  :
             - Les antidépresseurs.
             - Les tranquillisants : anxiolytiques ou sédatifs
             - Les neuroleptiques

         On pourrait en outre ajouter
             - les psychostimulants et
             - Les hypnotiques ou somnifères.

         Et puis il y a évidemment les drogues illicites, que l'on qualifie de psychodysleptiques car elles perturbent l'activité mentale (cannabis, héroïne, cocaïne, LSD, exstasy.....) et ne sont pas utilisées comme médicaments.

         Dans cet article je vais en rester aux généralités et je détaillerai un peu plus dans l'article suivant.
                   - les antidépresseurs augmentent l'activité mentale et agissent sur l'humeur en stimulant l'état affectif, en donnat “envie de faire quelque chose et donc en luttant contre l'apathie.(le plus connu est le Prosac)
                   - les psychostimulants ont une action analogue, mais plutôt en matière de vigilance et d'attention (les amphétamines par exemple).
                   - les anxiolytiques diminuent au contraire l'activité cérébrale surtout au niveau de l'humeur, et donnent donc une certaine insouciance qui peut passer pour de l'euphorie (c'est davantage en fait une indifférence!).
          L'opinion publique les connait sous le nom de tranquillisants (les plus connus sont les benzodiazépines). Ce sont des "tranquillisants mineurs".      
                   - les neuroleptiques sont des tranquillisants majeurs plutôt utilisés en cas de dépression grave ou de maladie mentale. Ils créent non seulement une certaine diminution de l'activité psychique au niveau de l'humeur,  mais ils sont aussi sédatifs (diminution de l'attention, endormissement) et provoquent une inhibition psychomotrice (indifférence au monde extérieur).
         Ils ont également un certain nombre d'effets indésirables tels que somnolence, mouvements anormaux et incontrôlés, hypotensions, prise de poids, incapacité à travailler, etc...
                    - les hypnotiques ou somnifères agissent en ralentissant l'activité cérébrale au niveau de l'attention (vigilance) et des centres qui règlent l'éveil. En traitement prolongé, certains d'entre eux sont susceptibles de provoquer une dépendance.
         Certains de ces médicaments sont aussi utilisés pour combattre les allergies (antihistaminiques).

         Dans les traitements courants des personnes dépressives on prescrit des antidépresseurs, mais comme le médecin craint que le malade ne soit trop stimulé et ait des idées d'actions néfastes, il prescrit en même temps des anxyolitiques qui tempèrent cette action. Ils sont destinés à combattre l'anxiété et le stress.Dans les cas plus graves de dépressions ils prescrivent aussi des neuroleptiques
         Le problème est que chaque individu a sa réponse propre à ces médicaments, que ce cocktail n'a pas toujours l'effet bénéfique espéré et que par ailleurs l'efficacité évolue avec le temps et il se produit souvent des dépendances plus ou moins importantes, physiologiques et psychologiques.
    dangereuse

        Beaucoup de personnes ont tendance à prendre des anxiolytiques hors avis médical dès qu'elles se sentent un peu triste ou angoissées et cette habitude est dangereuse, car les conséquences peuvent être néfastes et entraîner une addiction dont il sera difficile de se débarrasser. Et cela n'enlèvera pas pour autant, les causes du stress.

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :