• Les femmes sont les vestales, gardiennes de l'intelligence humaine.

       On ne nait pas intelligent : c'est l'éducation et l'instruction qui forme notre esprit et nous rend intelligent.
       Mais pour que nous puissions nous développer il faut que certains centres de notre cerveau se soient dévloppés correctement chez l'embryon , notamment les centres d'apprentissage.
      On n'a donc jamais pu isoler des "gènes de l'intelligence", mais par contre 
    on sait que certains gènes sont indispensables au développement intellectuel normal. Si de tels gènes subissent une mutation dans l'ovule fécondé, l'enfant risque de souffrir d'une déficience intellectuelle. 

    Savez vous que ce sont les femmes qui sont les “vestales biologiques” de l’intelligence.?
        Cela mérite quelques explications quand même !
        Ces explications sont principalement tirées des études de Horst Hameister, professeur de génétique et chercheur à l’université d’Ulm.

        Un petit rappel préalable de génétique très simple :
        Les femmes et les hommes ont, dans chacune de leurs cellules, 23 paires de chromosomes dont deux chromosomes dits “sexuels” car ils déterminent le sexe de l’enfant. 
        Les femmes ont deux chromosomes X, tandis que les hommes ont un seul chromosome X et un chromosome Y.        
        Le chromosome Y, de petite taille, intervient principalement dans la régulation du développement sexuel de l'homme. Il ne contient qu'une quarantaine de gènes.     
        Le chromosome X, au contraire, est un chromosome de longueur presque normale, portant environ 1 200 gènes.
        Au moment de la production des gamètes, chacune d’entre elle ne contient plus qu’un chromosome de chaque paire et l’oeuf fécondé reçoit donc à nouveau 46 chromosomes, 23 provenant du père et 23 de la mère.
        Si l’homme a transmis à l’enfant son chromosome X, c’est une fille et s’il a transmis son chromosome Y, c’est un garçon.
        Pour ceux et celles qui ont été au lycée, cela n’est qu’un petit rappel de SVT    

        Les facultés intellectuelles dépendent d'une multitude de facteurs, dont l'environnement familial, l'éducation reçue et le patrimoine génétique. 
        Ce dernier aspect est encore mal connu, mais on sait que certains gènes sont indispensables au développement intellectuel normal. Si de tels gènes subissent une mutation dans l'ovule fécondé, l'enfant risque de souffrir d'une déficience intellectuelle. 
        Par ailleurs, les gènes de l'intelligence sont répartis différemment chez les femmes et chez les hommes.
        De tels gènes sont localisés sur le chromosome X, le chromosome sexuel féminin. Ces gènes sont effectivement environ quatre fois plus fréquents sur le chromosome X que sur les 44 autres chromosomes de l’être humain. 

        Une femme a deux copies du chromosome X, un homme une seule, ce qui explique une observation établie depuis des siècles : il y a bien plus d'hommes que de femmes atteints de déficiences intellectuelles. Rien d'étonnant à cela, dans la mesure où les femmes ont deux chromosomes X : même si des gènes portés par l'un des deux chromosomes sont défectueux, l'anomalie peut être compensée, totalement ou en partie, par les gènes homologues portés par le chromosome sain. 
      http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/QIHomfem.jpg  Si les gènes présents sur le chromosome X déterminent réellement certains traits de l'intelligence, alors une combinaison très favorable de ces gènes sur l'unique chromosome~, de l'homme devrait lui conférer une intelligence supérieure. Au contraire, chez une femme, la supercombinaison, pour être efficace, devrait être reproduite sur ses deux chromosomes, ce qui est moins probable. Il devrait donc y avoir plus d'hommes intellectuellement déficients,. mais également plus d'hommes supérieurement intelligents. 
        Effectivement la répartition des QI des hommes (en bleu) et des femmes (en rouge) montrent que la courbe de Gauss correspondant aux hommes est plus étalée: on trouve plus de valeurs extrêmes (très supérieures à la moyenne ou très inférieures) que chez les femmes.    

        Il est intéressant d’examiner les liens entre l’évolution et cette prédominance du chromosome X en matière d’intelligence.
        Pourquoi le chromosome X contient-il tant  de gènes responsables des capacités cognitives? 
        Horst Hameister pense qu'il aurait accéléré l'évolution de l'espèce humaine. L'évolution de l'homme à partir des anciennes lignées de singes, résulte en grande partie de son intelligence, et elle a été très rapide au cours des deux derniers millions d'années. 
        Cette rapidité peut s'expliquer si l'on considère que les gènes responsables du développement du cerveau sont concentrés sur le chromosome X : dès qu'une combinaison favorable de gènes de l'intelligence est présente sur un exemplaire du chromosome X, l'individu mâle qui en est doté jouit de cet avantage, et est sélectionné. L'espèce conserve ainsi cet acquis et le transmet aux générations ultérieures. 
        Ce schéma simple est séduisant, mais il demande cependant une condition : que la femme choisisse son partenaire en fonction de son intelligence et non de sa force et de sa beauté.
        J’avoue qu’en écoutant les chagrins d’amour de certaines de mes correspondantess, je suis assez sceptique sur ce point, mais après tout ce ne sont que des amourettes (je sens que je vais recevoir pleins de mails furieux !! IoI)
        Il semblerait donc que nous devions notre intelligence à des femmes ayant peuplé l'Afrique il y a plusieurs millions d'années, et qui ont commencé à choisir leur partenaire partiellement en fonction de leurs capacités intellectuelles.

        Pour compléter maintenant ce que je vous ai dit initialement en matière de SVT, sur l’héritage par chaque gamète d’un seul jeu de chromosomes (23) et ses conséquences en matière d'intelligence.
        Avant de se séparer pour être attribués à des ovules, les chromosomes féminins X se croisent et s'échangent des fragments d'ADN Des «gènes d'intelligence», initialement répartis sur deux chromosomes, peuvent ainsi se retrouver, après recombinaison, localisés sur un même chromosome X.
    . La mère peut alors transmettre une « super-combinaison » particulièrement avantageuse à sa descendance, ce qui confère une intelligence supérieure à son fils. En revanche, sa fille, même si elle reçoit la supercombinaison, aura un second chromosome X, issu du père, qui sera probablement « normal» : l'effet de la super-combinaison en sera atténué. 
        À la génération suivante, le fils à l'intelligence supérieure transmettra la supercombinaison de son chromosome X exclusivement à ses filles, mais jamais à son fils. (voir schéma ci dessous)

        Voilà pourquoi les femmes sont les vestales de notre intelligence !

    Les femmes sont les vestales, gardiennes de l'intelligence humaine.

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :