• Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.

              J’avoue ne pas comprendre les hommes politiques du monde, qui ne pensent qu’à court terme, à se faire réélire ou à rester en place, et notamment la plupart des écologistes militants (il y a aussi parmi les écologistes des gens sérieux, mais on ne les entend pas), qui ont remplacé les études scientifiques par le principe de précaution. Ils me paraissent tous manquer de bon sens, comme beaucoup d'hommes politiques, qui n'écoutent que les médias, les propos erronés et alarmistes qu'elles lancent, les chiffres et statistiques inexacts, et une opinion publique apeurée vu le manque d'informations.
              Et quand on entend les propos tenus par M. Trump, on peut même parler de manque d'intelligence.

              La première chose qui est évidente, c’est que le réchauffement climatique est une réalité, même si les modèles mathématiques n’arrivent pas tout à fait aux mêmes chiffres et si on ne sait pas très bien quelles conséquences exactes cela aura en matière de climatologie pratique. Elles ne seront pas pour la plupart bénéfiques : réchauffement de la température, effets sur la faune et la flore, augmentation des espaces désertiques, fonte des glaces, élévation du niveau de la mer qui submergera certaines régions, augmentation de la température et de la salinité des mers,augmentation de la violence des tempêtes et pluies, etc...
             Il est également certain que les émissions de gaz à effet de serre et notamment de CO2, sont l’une des principales causes de ce réchauffement.
              Donc, si nous ne voulons pas compromettre l’avenir, il nous faut réduire de façon importante nos émissions de gaz carbonique CO2 et de méthane CH4.

    Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.

              La deuxième chose évidente c’est que, même s’ll est utile de prêcher l’économie d’énergie, et s’il faut s’efforcer d’en faire, ce n’est pas cela qui sauvera la planète et la demande en énergie continuera à progresser, ne serait que du fait des grandes puissances émergentes comme la Chine et l’Inde
        
         Il suffit de voir les graphiques de mon précédent article sur la croissance de la demande en énergie, même et surtout en énergie carbonée (pétrole, charbon, gaz). 
    Selon l’Agence Internationale de l’Energie, cette demande d’énergie primaire augmentera de l’ordre de 40% d’ici 2035.

    Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.      Alors on ne comprend pas les grandes puissances qui ne font pas grand chose pour réduire leurs rejets de CO2, voire qui les augmentent comme l’Allemagne, qui, pour des raisons de réélection de madame Merkel, remplace ses centrales nucléaires par des centrales à charbon, très polluantes, ou pire, M. Trump qui se dégage de tout effort de diminution d'émissions de gaz à effets de serre et qui veut développer la production et l'utilisation de pétrole et de charbon.
          Vous pouvez comparer ci-contre la répartition des moyens de production énergétique globale et de la production électrique mondiale, pour la France et pour les deux premiers pays mondiaux : USA et Chine.
          Par rapport à la production électrique, la consommation d’énergie totale, inclut les transports, le chauffage des locaux et la consommation industrielle non électrique.
          On est horrifié par la part des énergies carbonées : pétrole, charbon,  gaz, sauf en France grâce à la part hydraulique et surtout à l’effort nucléaire initié par le Général de Gaulle.
         Il faut toutefois souligner que, si les Etats Unis ne font plus aucun effort en faveur du climat, la Chine commence à prendre conscience du problème, développe de façon importante le nucléaire et l’hydraulique et commence à se lancer dans les énergies renouvelables, hors nucléaire.


          Devant ces problèmes essentiels et alarmants, on ne peut compter que sur des avancées importantes en matière de recherche et développement pour nous sortir d’affaire. Or les pays se semblent pas faire d’effort important, ni vouloir coopérer dans ce domaine. Dans mes prochains articles, j'aborderai peu à peu ces problèmes techniques.

          Dans le domaine des énergies carbonées, le gaz est moins polluant que le charbon (ou la lignite), pourtant on ne fait pas beaucoup d’efforts (et en France pas du tout alors qu’on importe tout notre gaz et que notre balance économique import/export est déficitaire), pour explorer et déterminer les richesses existantes, et trouver des méthodes d’exploitation des gaz de schistes plus sures (voir mes précédents articles sur ce sujet).
              On a vu sur le graphique en début d'article la part énorme en matière de'émission de CO2 que prenaient le charbon, le gaz et le pétrole.
             Dans le tableau ci-dessous on trouvera la répartition de la consommation d'énergie produite par du charbon (Monde = reste du monde) :

    Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.

              Ces énergies ne sont évidemment pas "renouvelables" et les réserves naturelles sont limitées comme le montre le graphique ci-dessous :

    Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.

              De plus la répartition des ressources dans le monde n'est pas homogène notamment pour le pétrole, ce qui est évidemment source de tensions et de conflits.
    (premier graphique, production de pétrole, second graphique production de charbon.

    Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.

     

    Les énergies dans le monde (2), les sources classiques fossiles.

     

              Dans les prochains articles je commencerai à parler de l'énergie nucléaire, car c'est le domaine où l'information est le plus absente et souvent complètement faussée, sciemment ou par méconnaissance. 

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :