• Le premier microordinateur était français !

    Le premier microordinateur était français !

               Il y a des jours où l'on croirait que Monsieur Trump est un vieux russe.
              En effet, il y a quelques dizaines d'années, "Popov" disait que la Russie avait tout inventé, de la poêle à frire à la fusée spatiale.
              Monsieur Trump aurait dit  que Henry Edward Roberts était l'inventeur en 1975 et le père des micro-ordinateurs.
              Tout le monde sait que Trump est ignare : l'inventeur des micro-ordinateurs est français, d'origine vietnamienne : André Truong. Voici les faits :

              On avait parlé de micro-ordinateur vers 1970 et la société Intel avait réalisé un microprocesseur, l’intel 8080, qui tournait à 2 MHz (mon Mac tourne à 2,9 Ghz soit mille fois plus vite aujourd'hui). Cette société avait réalisé un kit MCS4 en 1971, qui était plutôt un banc d’essai de ce microprocesseur.


    Le premier microordinateur était français !          Henry Edward Roberts était certes un génie de l'électronique qui a inventé et réalisé de nombreux appareils originaux.

     
            En 1975, à partir du microprocesseur intel 8080, il a conçu l'ATAR 8800.

              C'était était certes un micro-ordinateur, mais ses performances étaient modestes : jugez en  (et aussi des progrès faits en 30 ans!)
     Le premier microordinateur était français !          Sa mémoire vive (RAM) était de 4 ko (mon mac actuel a 8 Go soit 2 millions de fois plus !), mais on pouvait l’étendre à 64 ko par la suite. Il n’avait pas de mémoire morte (ROM).

               Un tout petit lecteur de disquettes  (des galettes de 13 cm) de 300 ko ( mon disque dur actuel contient 1 To, soit 3 millions de fois plus et on trouve à des prix raisonnables des disques de 5 To).
               Il n’avait pas d’écran vidéo, ni de clavier Juste quelques diodes et interrupteurs sur la face avant.

               Edward Roberts avait fondé la société MITS pour développer cette machine.
               En 1975, deux pionniers de la micro-informatique, Bill Gates et  Paul Allen découvrent l'Altair 8800 dans un magazine et proposent à la société MITS de développer des programmes pour son ordinateur. Ils écrivent alors le langage Altair Basic, fondent Microsoft et concluent un accord avec M. Roberts pour distribuer leur programme avec ses ordinateurs.
               Ces programmes évolueront et deviendront le premier MS/DOS.
               Quelques milliers de machines ont été vendues entre 600 et 400 $, mais je me demande ce que les utilisateurs ont bien pu en faire, sans écran.

     Le premier microordinateur était français !          Le premier micro-ordinateur a été conçu par des français, André Truong, PDG de R2E, et  François Gernelle, ingénieur concepteur du Micral N, en 1972, pour faire des calcul d’évaporation dans des sols. 
               Il utilisait le microprocesseur d’Intel, avait 16ko de RAM, mais pas de clavier ni d’écran. On sortait les résultats sur un perforateur de bandes. Son prix était de 8500 frs (environ 1350 €).  Quelques centaines de machines ont été vendues
               En 1975, R2E (Réalisation et études électroniques) réalise des versions successives du Micral, de plus en plus puissantes, bientôt orientées vers la gestion, avec écran, clavier et disque dur.. Certaines seront multiprocesseurs, toutes multi-utilisateurs : la perspective est moins l'« ordinateur personnel » que la mise en réseau entre plusieurs utilisateurs
               La société rencontre des problèmes financiers et elle est rachetée  en 1979 par Bull, qui commercialisera des Bull-Micral jusqu’en 1990
               Bull demandera à François Gernelle de concevoir des compatibles PC. Mais, cet ingénieur émet des réserves sur la machine d'IBM et sur son système PC-DOS signé Microsoft. Il qualifie ce type de machine d'ordinateur “égoïste” car mono-utilisateur et refusera ce travail. Les Micral seront équipés d’un système “Prologue”, puis CP/M, différent de PC/DOS, mais compatible avec lui.

               J’ai eu la chance de connaître MM Truong et Gernelle, et d’essayer des Micrals, en même temps que j’essayais des Apple 1 en 1977, puis des Apple2 en 1978.
               Les Micrals étaient de bons appareils mais j’ai été séduit par l’interface plus conviviale de l’Apple et mon premier micro-ordinateur dans mon travail en 1980, puis à titre personnel en 1982, a été un Apple2, que j’ai encore et qui fonctionne toujours.
               Cadencé à 1 mHz, il avait 64 ko de mémoire, un lecteur de cassette et un lecteur externe de disquettes ressemblant à des CD “mous” de 13 cm et ne permettant de stocker que 300 ko. Il fallait avoir deux lecteurs externes car l’un contenait le système (qui était chargé par “petits morceaux en mémoire vive), et on copiait sur l’autre. L’écran de résolution très moyenne, avait  24 lignes et 80 colonnes de majuscules. (mon écran  actuel fait environ 5000 X 2800 - plus de 10 millions contre 2000 pixels !). Sur l’Apple2 les pixels étaient de petits carrés !! C'était un écran cathodique de 16 pouces alors que mon i'mac a un écran plat de 27 pouces.
               On utilisait d’un bon traitement de texte (Applewrite), d’un logiciel de dessin (Appledraw)) et du premier tableur (Visicalc) et surtout on disposait d’un langage simple de programmation et d’une documentation excellentequi permettait de bien comprendre comment fonctionnait l’appareil et de programmer de petites applications.
               Je me souviens avoir programmé un “mastermind” et un “tétris” qui ont fait la joie de mes petits enfants.
               Apple a vendu plusieurs millions d’Apple2 jusqu’en 1988, (avec évidemment des améliorations successives), supplanté ensuite par le MacIntosh, et son système révolutionnaire à icônes.
               J'ai d'ailleurs eu la chance d'expérimenter en 1987 l'un des premiers Mac arrivés en France, que m'avait confié Apple pour essai. En 1991 on en comptera 2000 en réseau dans mon entreprise, avec un petit intranet.

    Le premier microordinateur était français !

     

               J’ai voulu vous donner là un aperçu de l’évolution de la microinformatique, depuis 50 ans, qui vous paraît aujourd’hui si naturelle et si simple (bien qu’on ne comprenne plus la façon dont cela fonctionne et qu’on ne puisse plus trifouiller la machine - c’est comme les moteurs de voiture).
               Et c’est grâce à ces précurseurs que je passe une partie de mon temps à taper sur un clavier et à cliquer sur une souris, alors que j’aurais des tas d’autres choses à faire

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :