• Le dialogue intérieur.

         Nos sens perçoivent en permanence des images, des sons, des odeurs provenant de notre environnement. Mais très souvent ces sensations s’accompagnent de mots qui sont mémorisés en même temps qu’elles. Ce sera une date, les noms de personnes ou d’objets, le souvenir de paroles……

        Dès que l’enfant l’a acquit, le langage est le support permanent de notre pensée. C’est le principal moyen que nous avons de faire connaître aux autres ce que nous pensons, que ce soit des faits, une histoire, des considérations logiques, un raisonnement, mais aussi des émotions, à la suite de paroles, de lecture, d’images, de sons….
        En définitive sans les mots, nous ne serions pas capable de grand chose. Les animaux ont des langages, mais ils ne reposent pas sur les mots et c’est ce qui différencie l’homme. Encore qu’on puisse apprendre à un chien la signification de quelques centaines de mots (sans qu’on sache parfaitement comment il les interprète), et on peut apprendre aux singes supérieurs, le langage des sourd muets avec une syntaxe limitée : sujet verbe complément et parfois des adjectifs.

        Mais un phénomène nous rend perplexe : le langage intérieur.
        Nous en sommes très conscient quand nous écrivons un article comme celui-ci. Tout en réfléchissant, je me dicte inconsciemment le texte, légèrement en avance sur ce que j’écris. Là je transcris vraiment ma pensée par des mots « palpables » parce qu’ils sont en noir sur un papier ou sur l’écran de mon ordinateur.
        Mais ce dont nous nous rendons moins compte, c’est que lorsque nous pensons à un sujet donné, nous nous parlons intérieurement avec des mots, des phrases.
        On s’en rend mieux compte avant de s’endormir, car il y a peu de bruit, pas de lumière, on est enfermé dans sa chambre et donc il n’y a rien pour distraire notre attention. Là on se rend compte qu’on réfléchit à quelque chose avec des mots que l’on se dit à soi-même. Parfois le sommeil arrive pendant quelques secondes et on se réveille, et on s’aperçoit alors que la phrase que l’on était en train de se dire, a dégénéré sur une suite illogique de mots, sans rapport avec le sujet et quelquefois même sans signification cohérente.
        Sans le langage, nos pensées ne seraient qu’un suite de sensations, des images notamment, mais nos raisonnements, nos pensées et nos souvenirs seraient considérablement réduits. C’est d’ailleurs pour cela q’un enfant n’a pratiquement aucun souvenir réel de sa vie avant de maîtriser le langage (si ce n’est par des récits de ses parents ou des photos, qui ne sont donc pas des souvenirs acquis sur le moment).
        Il arrive aussi parfois qu’on se dise quelque chose à voix haute, mais c’est plus rare, (sauf chez le jeune enfant), et l’on appelle cela le « dialogue privé », alors que le « dialogue intérieur » à notre cerveau, est permanent.
        J’ai fait plusieurs articles sur la production et la compréhension du langage dans ce blog, qui indiquent le rôle des centres de Broca, de Wernicke, de Geschwind, des centres d’interprétation auditive et du chef d’orchestre, le cortex préfrontal.
        Qu’en est il pour le dialogue intérieur ?

        Le discours privé des enfants a fait l’objet d’études par les psychologues.
        Jean Piaget spécialiste du développement de l’enfant, pensait que cela résultait chez le jeune enfant, du fait qu’il n’était pas encore habitué à écouter les autres et à comprendre et suivre un dialogue avec autrui, sur des sujets de comparaison des points de vue. Cette attitude diminuait ensuite du fait que cette capacité de dialoguer avec autrui devenait une habitude.
        Un autre psychologue russe, Lex Vygotski, pensait au contraire que l’enfant réemployait dans ce discours privé, des termes qu’il avait déjà réussi à employer dans un dialogue réel avec autrui, et qu’il s’en servait pour se contrôler lui-même et trouver des idées, des solutions, des actions à faire.
        Un ordinateur utilise un langage (celui de la programmation), mais il ne fait qu’appliquer les directives logiques du programmeur. Il ne peut penser à de nouvelles actions en dehors de celles prescrites par ce programme.
        Le robot qui possède une certaine « intelligence artificielle » est capable de créer des morceaux de programme pour se commander lui même : il a eu un dialogue intérieur, dans le langage particulier de programmation qui est le sien.
        En fait dans le dialogue entre deux personnes, chacun gère ses propres idées mais en s’adaptant à ce que chacun perçoit et reçoit de l’autre, cela en manipulant le langage à haute voix. Si le dialogue intérieur est une adaptation de cette situation pour discuter avec nous mêmes en vue de la réflexion, de la décision et de l’action, alors les centres du langage devraient intervenir dans ce dialogue intérieur.   
        C’est ce que les neurobiologistes ont voulu vérifier en demandant à des personnes d’avoir un dialogue intérieur, sous IRM. C’est notamment le cas de Charles Fernyhough de l’université de Durham, en Angleterre à qui j’emprunte les schémas ci dessous, que j’ai un peu transformés.

        Toutefois le problème est un peu plus complexe car le dialogue intérieur peut avoir deux aspects différents : un monologue, comme par exemple lorsque j’écris cet article, ou un dialogue, lorsque je compare plusieurs solutions à un problème. De plus dans un monologue, on peut nous demander de penser seulement à des mots prédéfinis, ou au contraire de créer des phrases comme dans la rédaction d’un article.
        L’IRM a confirmé que dans le « monologue intérieur imposé », les centres qui intervenaient étaient ceux de la parole , sous la coordination du cortex frontal et sans que les centres moteurs de la diction interviennent : le centre de Broca qui gère grammaire et syntaxe pour produire les phrases et le centre de Geschwind qui gère le vocabulaire.
        Dans un « monologue intérieur libre et créatif », non seulement ces centres interviennent mais aussi l’aire de Wernicke, qui traduit les sons en mots et phrases compréhensibles. et un autre centre, le gyrus de Heschl, qui contient les aires auditives primaires et secondaires,Tout se passe comme s’il y avait une écoute de soi-même, de ce que l’on va se dire intérieurement, comme si l’on écoutait une autre personne.



        Dans le cas du « dialogue interieur », d’autres centres interviennent : ceux qui, dans l’hémisphère droit interviennent dans la « cognition sociale » : les équivalents des centres de Broca et de Wernicke dans cet hémisphère, qui interprètent les composantes émotionnelles du langage, et un centre situé à leur extrémité, qui intervient lorsque nous essayons de comprendre la pensée de nos interlocuteur, ce qu’il y a derrière les mots que Wernicke a déchiffré.
        Le gyrus frontal antérieur gauche intervient également; outre l’aire de Broca, liée directement au langage; qu’il contient, il participe à la compréhension d’un dialogue avec autrui, mais probablement avec un aspect plus logique, alors que les centres de l’hémisphère droit examinent plutôt l’aspect émotionnel.
        Deux autres gyrus sont aussi activés : le cortex cingulaire postérieur qui intervient surtout avec l’hippocampe dans des rappels de mémorisations et le précunéus qui est l’un des centres restant actifs même lorsque le cerveau est au repos, et qui a un rôle important dans la conscience de soi et par opposition de celle d’autrui.

    http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/cerveaudiscourinterieur.jpg

        Tout se passe donc dans le dialogue intérieur avec nous mêmes, comme dans un dialogue avec autrui : il nous faut être capables de nous représenter le point de vue de notre interlocuteur, de le suivre à chaque échange, et de modifier notre propre pensée en fonction des évolutions de la conversation.
        Dans le cas du monologue ou du dialogue intérieur, notre interlocuteur est nous même avec lequel nous envisageons diverses hypothèses et pensées.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :