• La tête dans les nuages.

         J’ai toujours aimé voler en avion au dessus d’une “mer de nuages”; je trouve cela beau  et j’ai eu l’occasion de voir des photos assez extraordinaires de nuages et cela m’a donné envie de faire deux  articles sur ce sujet.

         L’océan, les mers et les lacs, les fleuves et rivières, laissent d’évaporer leur eau, et la vapeur d’eau, plus légère que l’air, monte dans le ciel jusqu’à ce qu’elle rencontre des couches froides qui la transforment alors en fines gouttelettes ou en petits cristaux de glace. Ce sont des nuages.
        Le refroidissement peut également provenir de la simple présence du sol, dont la température diminue rapidement lors de la tombée de la nuit ou du fait que le nuage doit monter en altitude en raison du relief terrestre.
        En général ces gouttes ou cristaux ne se forment pas spontanément et il faut que de fines poussières ou particules servent de “noyaux de condensation”.
        Les gouttes d’eau ou les cristaux de glace sont de très petites tailles, de l’ordre de 10 microns (1/100ème de mm) et forment comme un brouillard.
         Chaque m3 de nuage contient entre 0,5 et 5 g d’eau, et un gros cumulonimbus d’orage, qui s’étend sur quelques km carrés et culmine vers 8000 m d’altitude, peut contenir plus de 100 000  tonnes d’eau.!
         Par ailleurs la valeur de la pression atmosphérique a aussi une influence car plus la pression est basse, plus l’air peut contenir de vapeur d’eau, ce qui explique que l’on a davantage de nuages lorsque la pression est basse que dans une zone de hautes pressions.
         Les gouttellettes d’eau ou de glace diffusent toutes les longueurs d’onde de la lumière dans toutes les directions. La composante réfléchie est donc blanche et les nuages apparaissent blancs s’ils sont éclairés par le soleil (par exemple vu de dessus en avion).
         Mais si le nuage est très épais, les rayons du soleil ont du mal à atteindre le sol, et la base du nuage est alors grise, voire très sombre proche du noir, mais aussi quand ils sont dans l'ombre d'autres nuages.

        La pluie, la neige, la grêle : 
        Dans un nuage chaud, les gouttes d'eau grossissent par condensation de la vapeur d'eau qui les entourent et fusion avec d'autres gouttelettes. 
        La taille des gouttes varie du dixième de mm à quelques mm (aucune goutte ne dépassant les 3 mm, au-delà elle explose). 
        Quand elles sont trop lourdes (environ 0,5 mm de diamètre) pour être soutenues par le courant ascendant, elles tombent, formant ainsi une pluie.
        Dans un nuage froid, les gouttelettes se transformeront en cristaux de neige et de glace qui grossiront par condensation des gouttes surfondues les entourant. Ils finiront eux-aussi par tomber en capturant des flocons plus petits pour augmenter leur diamètre. 
        Lorsqu'ils passent dans de l'air au-dessus du point de congélation, les flocons fondent et continuent leur croissance comme les gouttes de pluie des nuages chauds

        La figure ci dessus montre les différentes sortes de nuages dont les noms furent attribués en 1804 par Luke Howard, et leur répartition habituelle en altitude :

    http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/nuagesdistribaltitude.jpg

    A haute altitude

    La tête dans les nuages.

     

     

     

       Les cirrus, effilochures en haute altitude, sont des nuages de beau temps qui viennent en général avec un front chaud.

     

    La tête dans les nuages.

     

     

      Les cirrocumulus, petites taches dans le ciel sont souvent l’annonce d’un front froid et d’une perturbation à venir.
        Mes enfants les appelaient "les petits moutons".



    La tête dans les nuages.



        Les cirrostatus forment un voile presque continu et en général il annonce une dépression et donc une perturbation.




    A moyenne altitude
    La tête dans les nuages.

        Les altocumulus ressemblent aux cirrocumulus, mais plus bas et plus fournis, ils ressemblent à de grands champs de vagues moutonneuses ou à l'empreinte de la marée sur les plages.
    Ils annoncent souvent des nuages d’orage.



    La tête dans les nuages.

     


        Les altostratus, sont de vastes couches grises en strates, sans formes bien définies. C’est un nuage stable qui peut annoncer une perturbation mais faible.




    A basse altitude
        La tête dans les nuages.


        Les strato-cumulus  sont de larges masses nuageuses sombres et arrondies. Les strato-cumulus donnent rarement de la pluie, en général assez fine, et se rencontrent surtout dans les ciels de traîne, à la fin d'une perturbation.


    La tête dans les nuages.

     

       Les stratus sont les nuages bas, noirâtres, de temps “bouché” qui donnent souvent des pluies fines, du “crachin”. Ce sont aussi l’hiver des nuages de neige.





    Les multi-niveaux

    La tête dans les nuages.


        Les cumulus sont de grosses boules de coton blanches qui se promènent comme des ballons dans le ciel. Il est rare qu’il pleuve sous eux.

    La tête dans les nuages.




        Les nimbostratus sont des nuages stratiforme d'extension verticale importante, formés de plusieurs couches stratifiées sans forme définie et de couleur gris foncé; ils produisent des précipitations modérées mais sur de grandes superficies.

    La tête dans les nuages.
        Les cumulonimbus sont les nuages d’orage, qui présentent la plus grande extension verticale. La base se situe de quelques centaines de mètres à 2 000 mètres du sol et le sommet à des altitudes allant de 8 000 à 18 000 mètres et ressemble à une enclume,
        Ils sont en général associés à des vents forts et amènent des averses de pluie violente et de grêle


        Dans le prochain article nous verrons en image des nuages lenticulaires et mammatus assez bizarres et divers arcs en ciel.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :