• La musique vous émeut elle ?

    La musique vous émeut elle, à en pleurer.

         Il arrive à tout un chacun d’être ému par un morceau de musique, une chanson, un air que l’on entend jouer ou chanter, même parfois alors qu’on ne le connait pas, qu'on ne l’avait jamais entendu auparavant.
        A l’inverses certains autres airs, morceaux de partition, nous paraissent sans intérêt, voire peu agréables.

        Pourquoi la musique nous émeut-elle? Pourquoi tel accord parait-iI harmonieux. tel autre dissonant ?
        A I'Université de Durham, en Caroline du Nord, David Schwartz et ses collaborateurs ont découvert que la voix “contient”, en quelque sorte, les accords d'une sonate de Mozart ou de Beethoven.
       En étudiant 6300 voix ils ont observé qu'elles se composent toutes de neuf fréquences universelles, présentes chez tous les individus. Ce sont les “briques” constitutives de la voix.
        La première fréquence est la fréquence fondamentale, celle qui donne le ton de la voix, plutot grave pour un homme et plutot aigüe pour une femme ou un enfant. Puis viennent d'autres fréquences complémentaires, nommées harmoniques qui sont reliées el la fréquence fondamentale par un rapport fixe, indépendant des individus. (vous avez peut être étudié cela en physique ou en SVT - on vous a peut être parlé des harmoniques - voir à la fin de mon article.)

        Ces rapports universels expliqueraient-ils la beauté musicale ?
        Pour le savoir, D. Schwartz a fait écouter el des volontaires des accords de deux notes, et a constaté que les accords jugés les plus beaux sont composés de deux notes reliées par un des rapports présents dans la voix humaine. Ainsi, nous « vibrons »quand la musique contient des combinaisons de sons dissimulées dans la voix humaine.
        C’est logique que la voix humaine ait forgé notre goût musical. Une des principales contraintes ayant guidé le développement du cerveau, depuis des centaines de milliers d'années, est la capacité de distinguer le son de la voix humaine d'autres sons moins utiles ou plus menaçants car pour  nos ancêtres, cela pouvait être une question de survie.
        Les systemes cérébraux qui opèrent cette distinction analysent les fréquences :ils repèrent la signature harmonique des sons. Ils connaissent parfaitement la composition et les rapports des harmoniques de la voix humaine.
            Ainsi, nous avons en nous une réceptivité innée pour ces rapports de fréquences, que les compositeurs utilisent consciemment ou non, sans doute parce qu’ils ressentent la même chose et probablement de façon encore plus sensible.

        Comment la musique fait-elle naitre la nostalgie ou I'allégresse ?
         Souvent, les partitions des maitres contiennent des accords majeurs qui évoquent la joie et le bonheur, et des accords mineurs inspirant la tristesse.

        Ces derniers comportent des notes dont les harmoniques correspondantes sont les moins intenses des neuf répertoriées. Ainsi, en inscrivant ces notes sur sa partition, le compositeur crée des sons « moins humains », auxquels manquent des composantes essentielles de la voix.
        Au contraire, lorsqu'iI revient au mode majeur, I'auditeur se trouve rassuré par cet environnement familier. De célèbres compositeurs ont usé de cet artifice : Bach concluait très souvent de longs passages mineurs par un accord majeur. En voulant exprimer la gloire divine, il faisait vibrer la corde « humaine ».
        J’aime la musique classique, mais je n’ai malheureusement pas appris à jouer d’un instrument parce trop jeune, je n’ai pas voulu accepter l’effort du solfège.
        Je serais heureux de savoir ce que pensent de cette question de vrais musiciens.

    Nota : Pour celles qui ont oublié leur cours de physique, je rappelle ce que sont les harmoniques.
        Je prends pour exemple le la3 fondamental qui correspond à 440 hertz (vibrations par seconde)
        Les harmoniques du la3 correspondent à des sons ayant des fréquences multiples de cette note, (et donc sons plus aigus) soit :
            hf2  :    880 Hz
            hf3  :   1320 Hz
            hf4  :   1760 Hz  etc....
        Quand vous faites jouer un la à votre instrument, celui ci produit en réalité un son complexe qui n’est pas la simple sinusoïde à 440 hz, mais une addition de cette sonorité et d’une certaine proportion moindre des autres harmoniques
    `   Cette sonorité résultante s’appelle le “timbre” de l’instrument.
        Quand vous prenez un piano, un violon, un alto, un violoncelle, un hautbois, un flute, un basson.... les proportions de ces harmoniques ne sont pas les mêmes et pour un même la, les instruments ont un timbre différents et votre oreille et votre cerveau peuvent les différencier.
        Mais comme ce sont les mêmes notes et les mêmes harmoniques, le son global de ces isntruments jouant ensemble, reste harmonieux et agréable à l’oreille.
        Quand deux instruments jouent en même temps des notes différentes, cela n’est agréable que si les deux notes comportent les mêmes harmoniques (à peu de chose près).
        Le tableau ci dessous emprunté à Wikipédia, compare les 12 premières harmoniques d’un do très grave  et donne les correspondances de la note la plus proche et l’écart en % d’un demi ton.
        On voit sur ce tableau qu’avec un do, on peut utiliser harmonieusement un mi (tierce) ou un sol (quinte) ou le do de l’octave supérieure. Les harmoniques 7 et 11 ne sont pas utilisées en musique occidentale.

    http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/harmoniques.jpg

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :