• La jalousie.

     

    La jalousie.

            Une jeune que j'ai aidée autrefois et avec laquelle je n'avais plus de contacts, vient de m'écrire, car elle a peur que son petit ami ne la trompe avec une de ses camarades. Elle est affreusement jalouse et malheureuse.
              Dans les films et dans la littérature, on montre surtout des hommes jaloux, mais je pense que ce problème est aussi courant chez les femmes et fait tout autant de dégâts, que cette jalousie soit justifiée ou pas.
              La place de la fidélité dans le couple est importante dans le développement de l’amour et de la jalousie et évidemment touche les relations entre “petits amis”.!
              La jalousie est un sentiment courant : dès l'enfance, nous avons besoin d'être aimés, et même préférés et je vois souvent la jalousie apparaître lors de changements dans les schémas familiaux (divorces et familles recomposées par exemple).!
              Je constate aussi le nombre “d’enfants gâtés” jaloux de ce que possèdent les copains et qui envient d’avoir le plus vite possible la même chose. Influence nocive de notre société de consom-mation !
              Evidemment la jalousie est plus forte chez un être sensible et passionné que chez une personne plus stable et confiante.

              Il me semble donc qu'avant de parler de la jalousie, je crois qu’il faut définir ce qu’est une passion et cela me replonge dans mon lointain passé d'élève de terminale   ( il y à 71 ans !) où l'on nous avait fait faire une dissertation sur la passion.

              Passion vient du latin patior : éprouver souffrir, états dans lesquels l’individu subit passivement , sans être la cause de ce qui lui arrive. C’est le cas des souffrances du Christ
              Cette notion a beaucoup évoluée au cours des siècles.
              Dans l’antiquité la notion de passion correspondait à son sens étymologique (Aristote) et était considérée comme un égarement par rapport à la raison (stoïciens)
              Puis au 17ème siècle, la passion est un état dans lequel “l’âme”  (Descartes) ou "l’esprit" (Spinoza) sont soumis aux impulsions du corps, sans action de la volonté et de la raison et elle est souvent le résultat de l’imagination. Elle n’est pas que sentiment et peut avoir pour objet des objets.
              Au 18ème siècle la passion devient une émotion violente que l’on ne peut maîtriser (Hume, Kant), qui excite un désir et a le plus souvent des effets nocifs.
              De nos jour la passion est considérée comme une émotion violente, que l’on subit certes, car elle est plus forte que notre raison, mais devant laquelle on n’est pas forcément passif et qui peut nous inspirer de nombreuses actions (avoir une passion pour quelque chose).

              De la même façon la notion de jalousie a subi une certaine évolution parallèle.
              A l’origine la jalousie est exclusivement amoureuse et liée à la notion de possession de l’être aimé, et repose souvent sur des suspicions imaginaires.
    C’est le cas des relations jalouses des dieux antiques, ou d’Othello et Desdémone. C’est un accident dans l’amour d’un couple provoqué par l’intrusion d’une troisième personne qui vint perturber la relation possessive.
              Mais de nos jours la jalousie est plus générale et touche la propriété d’objets ou de situations et est, dans le langage courant, assimilée à l’envie, qui peut également devenir  passionnelle et obsessionnelle

              La jalousie pointe son nez dans de nombreux couples, souvent sans raison appa-rente. Que trouve t’on dans les statistiques ?
              Il semble y avoir plus d'hommes jaloux de manière pathologique que de femmes. On ne possède pas de chiffres exacts sur le phénomène. Mais ce sentiment à un niveau non obsessionnel, serait également partagé, et simplement plus visible chez les garçons.
              Il y a peut-être une raison à cela liée à la culture : on considère souvent qu'un homme peut avoir des relations uniquement pour le sexe, alors qu'une femme met forcément des sentiments dans sa relation. L'infidélité féminine est considérée comme un signe plus révélateur de la diminution de l’amour et de la possibilité d’une rupture, ce qui pourrait expliquer des réactions plus violentes et plus visibles du partenaire.

              Les psychologues expliquent la jalousie de maintes façons :
              Ce sentiment peut trouver une explication dans le manque de confiance en soi. Le jaloux doute de son potentiel de séduction. Lorsque l'on a suffisamment confiance en soi, on projette en général sa confiance sur l'autre.
              Paradoxalement, de nombreux jaloux (ou jalouses), sont des anxieux qui doutent d'eux même, et choisissent, afin de se rassurer, des partenaires attrayants voire même séducteurs qui exacerbent ce sentiment de jalousie
              Certains assurent qu’il pourrait s'agir dans certains cas d'une "angoisse de fusion". Le jaloux a peur de perdre son identité dans le couple, et cherche donc une tierce personne pour se rassurer. La jalousie lui permet en quelque sorte de conser-ver son autonomie, d'exister. (J’avoue que cela me paraît être une explication “tordue” à la Freud! ).
              La jalousie peut-être un mode de vie librement consenti ! Certains couples basent leur relation sur un mode de fonctionnement provocation/jalousie. Et dans certains cas, le conjoint, objet de soupçons, peut trouver cette jalousie utile : il est le centre d'intérêt exclusif de l'autre !   

              Hommes ou femmes, la jalousie n'épargne personne. Mais ce sentiment s'exprime-t-il de la même manière selon les sexes ? Les femmes ne sont-elles pas plus possessives ?
              Voici ce que j’ai trouvé dans la littérature :
              Les jaloux, hommes ou femmes, tourmentent leur partenaire, mais chacun use de méthodes différentes :
              La femme jalouse cherche des preuves matérielles : odeurs et parfums inhabituels, document oublié dans les poches des vêtements, espionnage du téléphone portable de son partenaire. A la moindre ébauche de preuve, son attitude s'exacerbe, à la hauteur de sa peur d'être abandonnée. Elle pleure, menace…
              Elle s'efforce de rencontrer sa rivale, tente de la déstabiliser puis de la dévaloriser aux yeux de son partenaire. Enfin, elle n'hésite pas à fermer la porte au nez de celui qu'elle croyait aimer et à le rejeter sans autre forme de procès.
              L'homme jaloux surveille l'apparence de sa femme et contrôle son emploi du temps, comme si elle était un appendice de lui-même. Toute transgression des habitudes provoque une avalanche de remarques et de questions.
              Il limite sa liberté, fait le vide autour d'elle, en l'isolant de ses amis et de sa famille. S'il pense détenir une preuve de trahison, il peut devenir violent, en l'humiliant ou en démontrant sa force. Il n'a de cesse de la dominer, par tous les moyens, mais pour rien au monde il ne renoncerait à elle !
              Dans tous les cas, il s'agit d'une tentative désespérée pour se réaliser dans un amour imaginaire, qui provoque forcément de la souffrance, aussi bien chez l'homme que chez la femme.

              Et que pense le vieux singe que je suis de la jalousie des jeunes d'aujourd'hui vis à vis de leur petit(e) ami(e) ?
              Ils et elles se posent tous la question : m'aime-t-il vraiment pour ce que je suis ?, et soit par manque d'assurance en soi, soit par désir de possession, sont persuadés que tout copin ou copineest un ou une rival(e) en puissance.
            Les filles évaluent leurs chances et imaginent comment leur petit ami les voient, , tout en guettant chez lui le moindre signe de trahison. Leur peur d'être abandonnées est aussi grande que le désir inconscient de faire se plier leur petit ami aux exigences de leur amour.
              Bien sûr, ce chéri craint qu'un autre touche à sa petite amie. Lorsqu’elle déploie son charme, il se persuade qu'elle cherche à plaire à d'autres que lui, et ne le supporte pas : il vit cette agression (même si elle est imaginaire) comme une perte de son honneur de mâle. Il accepterait que sa chérie le quitte, mais il ne peut admettre que ce soit pour quelqu'un d'autre. En même temps, il est fasciné par cet autre, qu'il soit virtuel ou non.
              J’ai bien souvent des doléances de tels conflits.

    La jalousie.          Finalement je crois que les raisons qui conduisent à la jalousie ne sont pas toujours communes aux deux sexes : tandis que la femme jalouse s'angoisse d'être laissée pour compte, l'homme vit la jalousie comme une perte de sa puissance. Dans les deux cas, pourtant, les jaloux poursuivent de leur haine amoureuse, voire de leur violence, non seulement leur partenaire, mais aussi l'hypothétique rival(e).

    La jalousie.

              Quelques conseils puisés dans la littérature sur l'éventualité de la rupture

    “Pour oublier un amour il faut laisser le temps passer, ne pas trop regretter, se rappeler ses beaux instants et rêver d'un autre amour, jusqu'à ce qu'on le trouve.”

    “Quand un homme est fou d'une femme il n'y a qu'elle qui puisse le guérir de sa folie.”
        
    “Ne quitte jamais celui que tu aimes pour celui qui te plait car celui qui te plait te quittera pour celui qu'il aime"

    “Le grand amour cela se vit, mais tant qu’on ne l’a pas trouvé, il vaut mieux en rêver qu’en vivre un trop éphémère”

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Avril 2019 à 05:17

    You are doing great with your blog.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 15 Mai 2019 à 01:42

    La jalousie  est  un  sujet  que  j'ai  analyser  plus  d'une  fois .. étant  jumelle  avec   ma  douce sœur ,  enfant ,  très  câline  et  charmeuse  avec  les parents  , je me sentais toujours  mise  a  l’écart  et  moins aimer , jusqu'au  jour ou en grandissant  , je  me  suis  dit  qu'il  fallait  que  je  me  batte pour  prendre   ma place  dans la  vie   et j'ai  quitter  la  France  , en gardant  mon  affection  pour  les  miens ... je ne suis pas du tout jalouse , mais ma jumelle , me  fait  toujours  comprendre  que  c'est a  moi de faire l'effort envers  elle .. Ça ne  me  gène  pas  parce que je l'aime très fort .. Je crois que c'est un peu de jalousie de sa part ..Elle est en France , moi aux US Pas de problème .. 
    Have a good week .

      • Mercredi 15 Mai 2019 à 08:05

        Il y a quelques années, à la suite d'un problème d'un de mes petits-enfants, j'ai aidé de nombreux jeunes qui avaient des difficultés diverses. J'ai rencontré des formes diverses de jalousie, surtout vis à vis du petit ami, mais aussi entre frères et soeurs ou camarades.
        J"ai connu trois fois des jumeaux et une fois des triplés. Ou c'était le grand amour fusionnel qui rendait toute séparation même minime problématique, ou il y avait, comme pour vous ,un problème de différence de traitement par les parents (c'est d'ailleurs en partie la faute de ceux-ci).
        C'est effectivement une sorte de jalousie particulière, pas uniquement dirigée contre le jumeau, mais plutôt parce qu'on estime que l'on est deux "identiques", et que l'on doit avoir droit au même traitement. Deux jumelles que j'ai connues ne supportaient pas qu'on leur achète des vêtements différents !
        On pourrait écrire un roman ou un film !

        Amicalement  Papynet

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :