• Faut il rechercher le bonheur en permanence;

          Faut il rechercher le bonheur en permanence; Faut il rechercher le bonheur en permanence;

          Je connais de nombreuses personnes qui ont peur d’être malheureuses et qui se demandent en permanence comment être plus heureux et sont ainsi toujours en quête du bonheur ou d’un plus grand bonheur.
             Est-ce voué à la réussite ?

            Une équipe de psychologues de l’université de Californie a demandé à ses étudiants de réfléchir à dix éléments qui pourraient rendre leur vie plus heureuse.
            Paradoxalement réfléchir à cela, leur a fait plutôt baisser leur moral et leur humeur. Pourquoi ?
            Probablement parce que, lorsque l’on réfléchit ainsi à ce qui pourrait nous rendre plus heureux, on veut forcément améliorer ce qui nous manque et donc on pense davantage à ce que nous n’avons pas, qu’au bonheur que nous possédons déjà . Il vaudrait mieux apprécier ce que l’on a plutôt que de désirer davantage.
             Un autre inconvénient de cette quête, c’est que, si nous voulons réaliser plein de choses qui nous rendraient plus heureux, en avons nous le temps. rêver d’une chose est rapide, la réaliser prend beaucoup de temps et notre temps est toujours limité.

            Certes il vaut mieux se concentrer sur des idées et des émotions positives que sur des négatives, mais si nous passons notre temps en introspection, mais s’observer n’est pas agir, et nous observer nous mêmes c’est ne pas regarder notre environnement et ce qu’il nous apporte. C’est comme si on se demandait si lire un livre est plaisant plutôt que d’apprécier ce qu’il raconte.

             J’ai souvent remarqué aussi que beaucoup de personnes, notamment des jeunes, passaient leur temps à regarder ce qu’avait leurs voisins et camarades et souhaitaient que la même chose était indispensable à leur bonheur, et sans pour autant avoir apprécié ce qu’ils avaient déjà (et que le voisin n’a peut-être pas !).

             La France est un pays où la majorité des gens vivent dans des conditions acceptables, et où il fait meilleur vivre que dans beaucoup de pays, mais certains ne voient pas ce qui se passe ailleurs et se comparent uniquement à leur entourage immédiat.

            Un autre aspect est que la recherche du bonheur se limite souvent à l’examen de ce qui pourrait nous arriver à nous mêmes, alors que les études de psychologie montent que, le plus souvent, le bonheur est associé à l’intérêt porté aux autres.
            Le fait d’être en relation avec les autres, la joie qu’on leur apporte ou le sentiment de leur être utile, apportent satisfaction et épanouissement.
             Le bonheur sera plus grand si nous détournons notre attention de notre souci d’être plus heureux pour essayer de nous occuper du bonheur des autres.

             J’ai souvent dit que le bonheur ne provenait que peu de la recherche de grandes choses, mais de l’appréciation des petits bonheurs, des instants agréables de tous les jours et d’une vie simple. 
           
    Nous serons heureux si nous prenons le temps d’apprécier ce qui nous arrive, d’en voir le bon coté, même de ce qui nous arrive de désagréable.

            Nous serons plus heureux si nous apprécions nos qualités plutôt que de nous lamenter sur nos défauts et d’apprécier celles des autres plutôt que de les critiquer. Et mieux nous connaître nous-mêmes et apprendre à connaître les autres nous aidera dans ette quête.

    Faut il rechercher le bonheur en permanence;

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :