• Comment un mollusque fabrique t'il sa coquille .

    Comment un mollusque fabrique t'il sa coquille .

          Bien que n’étant pas breton d’origine, je suis très attaché à ma Bretagne où je vais en vacances depuis 70 ans, tous les étés.
         J’ai donc flâné sur toutes les plages de la côte et des îles à la recherche de coquillages, et je me suis demandé souvent comment ils arrivaient à faire ces coquilles harmonieuses, aux formes géométriques compliquées.
        Je viens de trouver un article dans la revue « Pour la Science », dans lequel des mathématiciens d’Oxford expliquent, comment, grâce à des modélisations mathématiques, ils ont reconstitué ces processus de croissance des coquilles.
        Rassurez vous, je ne vous parlerai pas maths ou modélisations, mais je vais seulement essayer de résumer avec quelques photos et schémas, ce que j’ai appris.

        Evidemment il s’agit de mollusques qui ont une coquille, et le mollusque grandissant, il doit aussi augmenter le volume de son appartement et l’extrémité de sa coquille s’étend en permanence vers l’extérieur.
        C’est le manteau fin et mou du mollusque qui construit sa coquille, en sécrétant en permanence une substance riche en carbonate de calcium, au niveau de l’ouverture du coquillage et en déposant ce matériaux selon certaines règles propres à l’espèce, qui régissent la forme de cette coquille..

    Les coquillages en forme de spirale

        Par exemple sur les photos ci-dessous les turitelles, ou les nautiles:
    http://lancien.cowblog.fr/images/images.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Unknown1-copie-1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

         Le processus est schématisé sur les dessins ci dessous :

    http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/coquillesspiralees.jpg
     

        1) . L’expansion est croissante : à chaque couche successive de matériau pour construire sa coquille, le mollusque dépose uniformément davantage de matériaux, et ainsi l’ouverture devient de plus en plus large.
        2) . Rotation : en déposant un peu plus de matériau d’un coté de l’ouverture, le plan de celle-ci tourne et une forme torique est constituée.
        3) . Torsion : Les points où se dépose le matériau tournent le long du contour de l’ouverture, d’où une torsion du dépôt.

        Ces trois processus peuvent avoir plus ou moins d’importance, voire ne pas être tous utilisés, ce qui donne des formes différentes, comme dans le cas de la turitelle et du nautile. (cf.ci-dessus)

    Les coquillages à côtes

    http://lancien.cowblog.fr/images/images3.jpg

     

       Ci-contre :
        Une amanite

     

     

     

     

     

        Le processus est schématisé sur les dessins ci dessous :

    http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/coquillescotes.jpg
        Ce motif d’ornementation est le résultat des forces qu’exercent le manteau et la zone générative de matériau, (en jaune et bleu sur le schéma ci-dessus), qui forment un système oscillatoire de tensions et de compressions successives.

        Une lente expansion du manteau conduit à des cotes denses (à droite) tandis q’une expansion rapide conduit à des coquilles presque lisses. On a ainsi des aspects différents d’ammonites.

    Les coquillages à épines

        Le processus est schématisé sur les dessins ci dessous :

    http://lancien.cowblog.fr/images/epines1.jpg   http://lancien.cowblog.fr/images/images1.jpg

        Le manteau est lié à la coquille au niveau de la zone générative du matériau, mais il n’est pas encore durci. A divers endroits, le matériau est déposé localement sur le manteau et entraîne sa déformation et donc celle de la zone générative de la coquille. Cette déformation est donc communiquées à la couche suivante de croissance et le phénomène est amplifié au fur et à mesure de la croissance. (schéma ci-contre).
        La forme de l’épine dépend de la rapidité de la croissance et de l rigidité plus ou moins élevée du manteau (voir le schéma ci-dessous).

    http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/epine2.jpg   

      Maintenant vous savez, comme moi, comment les mollusques fabriquent des coquillages bien divers.
       Il y a longtemps que cela m’intriguait : je mourrai moins bête !

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 7 Juin à 16:03

      Merci  Papynet  d’éclairer  ma  chandelle  ,  moi  aussi  je  partirai  avec  plus  de  connaissances  qui  sont  vraiment  magnifiques  , est ce  que  ca  intéressera   les  uns  ou  les  autres  dans  l'autre  monde ??????  je  vous  pose  la  question  ?????  qui  a  t il   après  la vie  puisque  la  mort  c'est  un  jour  de  la  vie , le  dernier  ???  Magnifique  billet  , merci  ..   Nous  entrons  dans  la  saison  de  ouragans   et  des  tornades  ...  A  bientot  des  que  possible  ..
    Amitié  des  US ..

      • Vendredi 7 Juin à 18:14

        Merci de votre passage. Je suis content que l'article voulait intéressé. Je me demande parfois si mes articles un peu techniques ne vont pas rebuter mes lecteurs. Mais c'est ce qui m'intéresse le plus d'écrire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :