• Comment peut on être un kamikaze ?

      Depuis les attentats du 13 novembre, je recherche des études sérieuses sur la façon dont Daesh embrigade les jeunes, (et j’ai déjà publié deux articles à ce sujet), et je me pose des questions sur la motivation des kamikazes. Comment peut on se tuer ainsi pour tuer d'autres hommes et femmes voire des enfants, tous innocents ?
        Sur ce point, on trouve des déclarations, des interviews, mais pas d’études de psychologues qui chercheraient à analyser le problèmes : en fait ils n’ont pas de personnes sur lesquelles ils pourraient travailler.
        Les données qu’on trouve proviennent de renseignements donnés par des déserteurs de Daesh, et si elles sont intéressantes à lire, il est difficile de savoir quelle est la part de vérité.

        D’après une personne qui avait une responsabilité importante au sein de cette organisation, il semblerait que sa direction soit principalement assumée par des anciens sunnites de la police secrète de Saddam Hussein, formés autrefois par le KGB russe. Certes ils combattent l’Occident, mais leur but principal serait surtout d’éliminer toutes les populations chiites.
        En ce qui concerne les attaques en Europe, l’objectif ne semble pas être de faire le plus grand nombre de morts ou de dégâts, mais d’avoir un impact psychologique, de faire peur et de paralyser les gens par la médiatisation et la panique. C’est plus une guerre psychologique qu’une guerre réelle. C’est un moyen de coercition pour obliger un gouvernement à modifier sa politique.

        Les articles sur les kamikazes concernent essentiellement ceux qui sont intervenus au Moyen Orient et je ne sais pas si c’est applicable à ceux qui sont intervenus en France.
        En fait il y a peu de différence semble t’il entre celui qui se fera volontairement sauter avec des explosif et celui qui interviendra en armes avec la quasi certitude d’être abattu comme c’est en général le cas en Israel.
        Les articles que j’ai lus font état de motivations très diverses et probablement assez différentes selon les individus, leur origine et leur personnalité et c’est difficile de faire la part des choses. Quelques journalistes ou politologues ont essayé de faire des synthèses.

        De celles-ci il ressort que les fanatiques qui « veulent mourir en martyrs » ont en général entre 20 et 35 ans, et ne sont pas forcément au départ, des gens anormaux, des gens isolés et inadaptés socialement, des personnes au dessous du seuil de pauvreté ou sans instruction. Une partie d’entre eux proviennent de classes moyennes, avaient fait des études, et avaient des ressources et une famille. Ce n’étaient pas non plus en général des fanatiques religieux, certains étaient même d’une autre religion ou athées. Certains, quelques années avant étaient parfois des musulmans qui aavient une vie normale et même en partie agitée, consommant alcool et drogues.
        Et au plan nationalité, la plupart ne sont pas Irakiens.
        Alors on est encore plus perplexe quant à leur motivation, car l’opinion courante selon laquelle ce sont des demeurés qui croient n’importe quoi et des personnes exclues de la société, s’avèrent fausses dans la plupart des cas.
        En fait il doit y avoir des motivations très diverses et différentes selon les individus et notamment entre les kamikazes des régions du Moyen Orient et ceux occidentaux.

        Il est probable, semble t’il que pour des musulmans du Moyen Orient, les raisons issues du fondamentalisme islamique, jouent : le fanatisme contre des non-musulmans ou les rivalités entre diverses tendances comme sunnites/schiites,  l’aura donnée à un martyr, les récompenses promises au Paradis (comme les 70 vierges), les récompenses matérielle sur terre pour leur famille, le sentiment de s’être dévoué à l’Islam, la haine d’Israel et la vengeance, dans ce secteur géographique (c’est la mort d’un parent ou d’un ami qu’il veut venger).

        Il n’en n’est probablement pas de même pour les kamikazes européens, sauf en ce qui concerne le renom qu’il connaîtra, via les chaînes de télévision arabes – comme Al-Jazira ou Al-Manar .
        Les articles que j’ai lus mettent en avant des raisons diverses, mais deux communes : un embrigadement type sectaire, que j’ai décrit dans mon article du 29/11, qui isole la personne de sa famille, détruit sa personnalité et y substitue le culte du groupe; un lavage de cerveau qui va persuader la personne qu’elle est victime d’une machination de la société dans laquelle elle vit et qu’il faut la détruire.
        Une conversion religieuse pour exacerber le fanatisme est souvent un troisième facteur, mais la motivation religieuse n’est pas indispensable.
        Le kamikaze djiadiste, même s’il est seul en apparence, est le membre d’une communauté à laquelle il est dévoué corps et âme. Il est motivé par l’exemple d’amis, de camarades ou de proches ou tout simplement par l'image idéalisée d'un collectif.
        Daesh prétend qu’il ne force personne et se contente de demander qui est volontaire pour le sacrifice.
        Les candidats sont des hommes et des femmes jeunes en quête de repères. La propagande islamiste s’est donc adaptée à ces cibles et a insisté sur les motivations personnelles, sur le sens la détermination et les convictions afin comme je l’ai montré dans mon précédent article, d’aboutir à l’abandon de sa personnalité antérieure, à apprendre à se défaire de ses goût jugés futiles, de ce à quoi il pouvait tenir, ainsi qu'à justifier et glorifier son geste aux yeux de ses proches.
        L’horreur qu’on leur a inculqué de leur société et de ses membres justifie à leurs yeux leur geste, même s’il tue des innocents. C’est se dévouer pour débarrasser leur « secte Daesh » de gens pourris qui font partie d’une société qui doit disparaître pour faire place à celle de leur idéal.

        La dimension médiatique du djihadiste est donc essentielle. Son geste est un discours politique et un exemple pour ceux destinés à le suivre. Le djihadiste se doit d’être déterminé. Il a droit à la propagande des médias, et donc un djihadiste hésitant, qui renonce par exemple à se faire exploser, est une contre-propagande.
        Alors pour que cela n’arrive pas, il semble qu’au dernier moment on le drogue avant l’action, notamment avec de la kétamine, qui est un produit en partie tranquillisant, antidouleur, et qui déshumanise car il endort les réflexes naturels, émotionnels ou raisonnables. Une amphétamine, le captagon, est aussi utilisée, la Syrie en étant le principal producteur. L’assaillant se sent supérieur et cela augmente son agressivité et il se rend moins compte du danger
        Malheureusement d’une part ces kamikaze font des victimes innocentes, mais de plus, alors qu’ils pensent mourir pour un idéal, ils ne meurent en fait que du fait d’une manipulation des cadres et dirigeants de Daesh, qui voient en eux une arme psychologique.
        Car la religion musulmane au nom de laquelle ils agissent, dans la réalité, condamne formellement le meurtre d’innocents et le suicide. Les islamistes violents justifient les attentats par l’idée de guerre sainte, mais aucun texte islamique traditionnel n’autorise ni de se tuer, ni de tuer des femmes ou des enfants ou même des hommes innocents.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Novembre 2015 à 20:10

    Merci d'avoir apprécié mes pages de partageJe te souhaite une belle soirée

    2
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 10:42

    Daesh a construit un état puissant et très riche, ils épousent les thèses des Salafistes et veulent régner par la terreur en obligeant le monde à vivre comme en 700 époque ou Mahomet établissait l'Islam comme nouvelle religion. Il faut bien comprendre qu'ils ont la haine de l'occident, ils ne veulent pas d'une monde de liberté et de connaissances, les peuples doivent être soumis, mais l'occident n'est pas le seul dans le viseur, même la religion Musulmane est visée, ils refusent un Islam modéré. Derrière tout cela la religion a très peu de place, c'est le pouvoir et la richesse la véritable motivation avec un goût immodéré pour la barbarie

    Amicalement

    Claude

    PS: Je viens de découvrir que tu es sur eklablog, je te croyais toujours sur cowblog, Marie et moi sommes sur ce site depuis novembre 2011 et c'est vrai que nous nous étions un peu perdu de vue

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :