• Comment apprécier la création artistique ?

    Comment apprécier la création artistique ?

              J’ai eu quelques discussions, par mails interposés, parce que, dans mes protestations sur le fait que dans notre société actuelle, “on nous prenait pour des imbéciles”, je trouvais que la publicité faisait acheter des tableaux à des prix exorbitants alors qu’il n’y avait pas grand chose sur la toile qui était toute blanche avec deux rectangles unis rouge et bleu (et ce n’était pas du Mondrian qui, à mon avis, n’est guère plus inventif, mais a le mérite de fournir une décoration agréable à regarder; mais je reconnais que je n’aime pas beaucoup la peinture abstraite; cela dit je n’apprécie pas forcément la peinture plus figurative non plus et par exemple Warhol, qui est mis en avant dans certains mails, et  qui est un peintre américain connu du pop-art, me déplaît encore plus : voir photo in fine)!

                Ces mails me font deux remarques intéressantes :
                     -  parler de la valeur financière d'une œuvre n'est absolument pas pertinent. Comment l'évaluer ? Il faut aussi se poser la question de qui l'évalue.
                      - ne pas travailler revient souvent dans les critiques mais gardons à l'esprit que ceux qui ont peint les rectangles rouges et bleus, avant d'être connus et d'exposer, ont reçu un enseignement complet de la ligne et de la couleur et ont réfléchi à ce qu'ils voulaient exprimer, à qui et par quel moyen. Ils ont essayé les portraits avec un trait réaliste et ont voulu aller au delà.
             Ce qu'il faut comprendre : l'artiste peint des rectangles rouges pour exprimer quelque chose et s'il peint des rectangles alors qu'il maitrise le dessin, c'est parce qu'il estime qu'il a quelque chose à dire de plus intéressant qu'à travers l'art figuratif.

           
     Peut-être mon correspondant est il un peintre moderne et a t’il mal pris mes réflexions, mais il n’a pas compris ce que je voulais dire, et je suis assez d’accord avec ce qu’il exprime dans le premier paragraphe sur l'évaluation  des prix des tableaux.

             Pour moi aimer telle ou telle peinture est une question de goût et chacun est libre d’avoir le goût qu’il veut comme la religion ou les idées politiques qui lui conviennent et c’est assez intéressant de comparer ses idées.
             Je ne cache pas que je préfère la musique classique ou le gospel, et le jazz de la Nouvelle Orléans au hard-rock, à la musique métal ou au rap. Mais quand mes petits enfants écoutaient de tels morceaux, j’essayait d’écouter et de discuter avec eux pour voir ce qu’ils y trouvaient d’agréable. Cela dit dans la musique classique, je n’aime pas les oeuvres dissonnantes de Boulez, mais j’ai essayé d’en écouter (alors que mon petit chien York quittait systématiquement la pièce, mais se couchait entre les baffles pour écouter du Mozart !)
             On a des goûts, mais il faut essayer d’aller à la découverte de celui des autres, même si cela ne nous convainc pas. Et parfois on trouve quelque chose qui vous plaît comme certains morceaux “métal” qu’écoutait ma petite fille, qui ressemblent à des mélodies folkloriques irlandaises. (par contre d’autres ressemblent aux cris du cochon qu’égorgeaient vivant les paysans du Sud ouest quand j’étais gosse!).
             Il faut essayer de former son goût et c’est vrai aussi dans le domaine culinaire : il faut goûter pour savoir si l’on aime !

             Revenons à la peinture.
             D’abord je ne méprise aucun peintre quelle que soit son oeuvre.
             Par contre il y en a que j’admire (Vinci, Renoir, - ci dessus "la lecture" - Caillebote... et je pourrais en citer beaucoup d'autres), mais il y en a aussi que je n’admire pas, mais ce n’est pas mépriser.
             Je ne chercherai même pas à juger la peinture d’un peintre car je ne suis pas un critique d’art et je n’ai pas les connaissances suffisantes. Je n’ai jamais peint moi-même et, à mon avis on ne peut vraiment juger que si l’on “sait faire”.
             Je reconnais que je préfère de loin la peinture “classique” et que j’ai eu la chance de visiter la plupart des grands musées mondiaux.
             Certains tableaux me plaisent; je ressens une émotion difficile à cerner : les neuropsychologues n’ont pas réussi à bien comprendre le sentiment de “beau”. Mais pour beaucoup de ces tableaux, j’admire aussi de “savoir faire cela”, car j’aimerais savoir dessiner et peindre comme eux.
             J’ai aussi visité des expositions modernes, à l’étranger comme en France au centre Pompidou ou au musée Picasso, mais j’avoue que je n’ai pas d’émotion face à ces tableaux. Mais ce n’est pas dû au peintre. Ce sont les formes, les teintes qui ne me plaisent pas
             Je trouve extraordinaires les dessins figuratifs de chevaux faits par Picasso, et j’admire beaucoup le “Christ en croix” de Dali, parce que faire cette perspective, “vue de dessus” est une prouesse de dessin; dans ce dernier cas c’est le travail, la technicité que j’admire.
             Mais je comprends parfaitement que d’autres préfèrent le non figuratif et que leurs émotions soient différentes des miennes.
             Je n’ai jamais dit que les peintres qui faisaient des rectangles bleus et rouges étaient nuls : peut être étaient ils capables, comme Picasso ou Dali, de faire des dessins extraordinaires. Je n’en sais rien et ce que je regarde ce n’est pas le peintre mais le tableau.

             Reste le problème financier parler de la valeur  d'une œuvre  est ambigu, parce que le mot valeur peut être la "somme d’argent" ou la “valeur artistique”.
             Dans mon article je ne parlais que des sommes dépensées pour acheter des tableaux qui sont simplement des chiffres connus sur les ventes du marché de l’art.
             Je ne sais pas qui et comment c’est évalué, mais je trouvais assez étonnant que  l’on paie des sommes astronomiques des tableaux (peu importe le peintre) pour lesquels la créativité et le travail fourni me semblent bien faibles et surtout pour lesquels j’ai vu des dessins d’enfants de maternelle aussi bien faits, voire même plus agréables à l’oeil. Et eux y ont passé du temps et n’avaient reçu aucune formation artistique !
             Seulement ces dessins de jeunes enfants n’ont pas fait l’objet d’une publicité et d’un engouement moutonnier de mode et donc ne se sont pas vendus.
             Je vais même être encore plus iconoclaste ce qui va m’attirer les foudres de certains. Si les tableaux d’il y a plus de cent ans ne comportaient pas de tableaux “simplistes” comme ceux là, c’est parce que la pub et les médias n’existaient pas et que donc les phénomènes de mode étaient limités.
             Pour moi, celui qui achète un tableau où il n’y a que deux rectangles bleu et rouge que n’importe qui aurait pu faire lui-même, pour des milliers voire des millions d’euros, me paraît être un beau pigeon. C’est de cela que je parlais et pas du peintre. Je disais qu’à mes yeux, ceux qui vendaient ces tableaux (mais de nos jours, ce n’est plus le peintre , mais des commerçants financiers) prenaient leurs clients pour des imbéciles et les arnaquaient.
            Quant au peintre, s’il arrive à vivre largement d’oeuvres faciles à faire et qui ne lui demandent ni imagination ni travail, pourquoi ne pas en profiter alors que cela risque de ne pas durer, de se démoder dès que la publicité ne sera plus là pour le soutenir. Je ne lui jette pas la pierre.
    _        Mais je pense au sans logis ou à la femme qui peine à élever seule ses enfants et qui voient les sommes dépensées pour de tels achats, et je comprends qu’ils disent que notre société actuelle mériterait une petite révolution, comme en 1789, car la cause en serait la même : la pauvreté et l’ostentation des riches, plus la bêtise de certains arrivistes.

            Et je vais être encore plus iconoclaste, histoire de m’attirer un peu vos critiques car j’aime bien aussi les avis contradictoires.
            Je trouve que les prix des oeuvres des “grand peintres” sont également trop chères et qu’il s’agit là encore de phénomènes de spéculations.
            Pour moi, on devrait les rassembler toutes dans des musées où on puisse les voir, les montrer aux enfants pour former le goût (comme on le fait) et que leur cours soit bien plus bas pour que les musées puissent les acheter toutes.
            Et que l’on paie des copistes pour faire des copies relativement abordables que pourraient acheter des personnes sans que cela coûte une fortune, si ces personnes ne veulent pas se contenter de regarder ces oeuvres dans les musées ou sur internet.
            Après tout l’émotion que l’on éprouve devrait être provoquée par la qualité de l’oeuvre elle même et pas par le fait de savoir si c’est l’original d’époque ou une copie, si celle-ci est très bien faite (et je connais des “restaurateurs” d’oeuvres dans les musées qui seraient capables de faire des copies presque parfaites).

     

    Un tableau de Warhol, peintre qui est très admiré et très cher; un de mes petits enfants a fait par collage, un tableau bien plus joli à mon goût !

    Comment apprécier la création artistique ?


       

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :