• Chimpanzé mon frère.

    Chimpanzé mon frère.

             J’ai dirigé à mes débuts d’ingénieur, un laboratoire dans lequel nous avions une animalerie bien sûr beaucoup de rats, mais aussi des lapins des porcs et des singes.
            Parmi eux des chimpanzés et les vétérinaires qui les soignaient étaient en admiration devant leurs moyens de communication.

            En liberté, ils vivent en groupes, mais en captivité, ils s’intéressent à leurs partenaires, singes ou hommes et cherchent à échanger.
            Certes, ils n’ont pas la parole, mais ils crient, grognent, rugissent, voire même ululent un peu comme une chouette. Et ils apprécient cette communication qui a sûrement une signification pour eux, mais que nous ne savons pas déchiffrer. Ils émettent au moins une trentaine de sons différents.
            Ils peuvent aussi communiquer à distance en tambourinant sur les murs ou sur les tronc d’arbres.
            Mais surtout ils ont des mimiques extrêmement expressives et il est certain qu’elles expriment diverses émotions et qu’elles servent à communiquer entre eux. Nous pouvons en déchiffrer certaines : douleur, envie, colère, joie, amitié…
             Les vétos qui les soignaient connaissaient leur personnalités et disiant qu’à partir de leurs expressions de visages, on pouvait savoir s’ils étaient introvertis ou ouverts et communicatifs, agressifs ou doux, dominant ou effacés…
             Il est probable que ces qualités leur viennent de la préhistoire et de nos ancêtres communs.

             Le chimpanzé de peut parler car sa gorge et son système de cordes vocales ne peut articuler les sons humains, mais son cerveau possède un embryon des centres du langage que j’ai déjà décrits chez l’homme.
             Il ne peut donc pas parler, mais il peut comprendre et s’exprimer par des mots, si on lui donne un moyen d’expression. Il peut même utiliser une syntaxe simplifiée : sujet, verbe, complément, adjectif.
             Deux procédés ont été utilisés : l’un consistait à utiliser un ordinateur avec un clavier complexe (un genre de tableau avec des idéogrammes) et ces signes étaient associés à des objets ou a des actions, comme le sont les mots. On arrivait à enseigner ainsi 150 à 200 mots représentant objets personnes ou verbes d’état ou d’action et faire dire par exemple « moi faim, toi donne banane ».
            Mais surtout il a été possible d’enseigner aux plus doués le langage des signes des sourds-muets, et il est possible alors de leur enseigner plusieurs centaines, voire plus d'un millier de mots.
            Bien sûr il s’ agit de concepts pratique de la vie quotidienne, mais on peut arriver à leur inculquer quelques notions abstraite (une guenon américaine se regardant dans une glace, avec un chapeau qu’on lui avait mis sur la tête, « disait » qu’elle était belle). Ils ont donc, comme un enfant de 5 ans la "conscience de soi".
            Et le plus extraordinaire est qu’une femelle chimpanzé qui avait appris la langue des signes l’enseignait à son enfant pour communiquer avec lui et avec les hommes.

            Les singes ont hérité de l'évolution une mémoire immédiate extraordinaire de l'environnement, bien plus rapide et importante que celle de l'homme, sans doute pour assurer leur survie, dans le milieu hostile des frets.On avait appris à certains singes à reconnaître.les chiffres de 0 à 9 dans l'ordre croissant.
            Sur l'écran tactile d'un ordinateur, qui comportait une vingtaine de case, on faisait apparaître les 10 chiffres à des places diverses, cela pendant quelques secondes, puis on éteignait l'image sur l'écran. Le singe devait alors avec son doigt, montrer l'emplacement des chiffres de 0 à 9.
            Il le faisait à toute allure, sans hésiter et sans se tromper.
            Jamais l'homme ne retiendrait en si peu de temps ces emplacements et en saurait donc les restituer.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :