• Bac 2017; sujets de philo; observer pour connaître; le bonheur.

              Dernier article sur les sujets de philo du bac 2017. Les derniers sujets de L et de T dont je n’ai pas encore parlé.

    Bac 2017; sujets de philo; observer pour connaître; le bonheur.

    Bac L : Suffit-il d’observer pour connaître ?

              C’est un sujet très classique sur les méthodes scientifiques notamment et plus particulièrement les sciences expérimentales. Je me souviens avoir traité ce sujet quand j’étais en terminale S (math-élem à l’époque, en 1947)
              En fait, énoncé ainsi, le sujet est vague et indéfini. Tout dépend de ce qu’on veut connaître.
              Si l’on veut savoir quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV, il suffit de lire la phrase avec attention; à la limite d’observer le cheval avec les yeux pour déterminer sa couleur.
             Dans le domaine non scientifique, prenons par exemple le droit, connaître la loi n’est pas une question d’observation, mais de mémorisation.
             Finalement je pense que le sujet se rapportait aux sciences, et surtout aux sciences expérimentales.
             En mathématiques il suffit de connaître certaines propriétés et de raisonner logiquement; en principe cela devrait suffire. Mais on sait bien que, notamment en géométrie, faire une figure aide parfois beaucoup, car l’on voit le problème d’une autre façon, moins abstraite, et cela suggère souvent des solutions qu’on n’aurait eu de la peine à trouver par une simple réflexion

             Venons en aux sciences expérimentales, physique, chilie, biologie…
             Jusqu’au développement récent de l’informatique et des ordinateurs performants, le processus était simple.
             On avait un problème, on se posait une question qui demandait une explication. En général on disposait de chiffres d’expériences dont l’examen avait justement posé le problème. En général ces chiffres suggéraient plusieurs solutions possibles avec des degrés de probabilité différents.
             On faisait une hypothèse d’explication concernant la solution la plus probable, et on imaginait une expérimentation qui permettait de vérifier l’exactitude de l’hypothèse. Si l’expérience était concluante, le problème était résolu, sinon il fallait passer à une autre hypothèse en cas de résultat négatif, ou affiner l’expérimenattaion si le résultat était incertain.
             La science progressait ainsi, mais souvent résoudre une question faisait se poser de nombreuses autres question, et, au fur et à mesure que le « connu » augmentait, « l’inconnu croissait encore plus.

             L’arrivée de l’informatique a changé les méthodes, car elle permet de faire des simulations numériques, à partir de théories. Face à un problème on fait une hypothèse sur la nature des phénomènes et on essaie de modéliser par des formules mathématiques le problème en cause. On peut alors définir les paramètres de la situation initiale par des chiffre et calculer la solution finale correspondante. On « simule » ainsi l’expérimentation.
            Mais le plus souvent on ne connaît pas parfaitement le phénomène et , pour représenter son fonctionnement, on est obligé de laisser indéfinis un certain nombre de paramètres dans les formules mathématiques.
            Pour les déterminer on va faire un certain nombre d’expériences dans des conditions différentes et les résultats permettront de définir la valeur de ces paramètres. On aura alors un modèle valable.
            L’expérimentation de départ existe toujours mais les hypothèses faites concernet en général la formulation mathématique de la simulation, et de nouvelles expérimentations vont permettre de déterminer les paramètres de la simulation.
           Dans des phénomènes simples, la formulation mathématique peut être déterministe, mais dans des cas plus complexe elle peut mettre en jeu des lois de probabilité et cela complique les expériences qui suivent et augmente leur nombre.

            Dans certaines sciences dans lesquelles les connaissances sur le fonctionnement des phénomènes est mal connu (la médecine ou la psychologie par exemple) la simulation est difficile et finalement on a recours à de très nombreuses expérimentations et on essaie de tirer des conclusions de données statistiques.
            Les résultats sont moins surs, notamment quand de nombreuses cause possibles sont à la base des phénomènes.
           J’ai toujours dans ce domaine un doute important quand les journalistes annoncent le nombre de personnes que l’on aurait pu sauver en faisant une action donnée (par exemple le nombre de morts du cancer du poumon en réduisant de 20% le nombre de fumeurs) et je suis encore plus sceptique lorsqu’on annonce oar exemple le nombre de morts qu’entraîne l’utilisation d’un produit dans l’alimentation. Les effets précis du produit sont souvent mal connus dans les conditions d’utilisation (on sait ce qu’il fait si on donne une dose importante à un rat !), et les conclusions reposent sur des statistiques dans lesquelles interviennent de nombreuses causes possibles, dont on ne sait pas en général déterminer les influences relatives..

            Enfin je ferai remarquer qu’on peut connaître l’existence d’un objet sans l’avoir réellement observé, mais simplement en observant son action sur d’autres objets. C’est le cas des exo-planètes, que l’on ne peut pas voir, vu leur éloignement, mais que l’on découvre par les perturbations qu’elles provoquent sur les autres astres environnant. Cela nécessita alors la connaissance préalable des lois théoriques d’interaction entre ces objets.

     Bac 2017; sujets de philo; observer pour connaître; le bonheur.Bac 2017; sujets de philo; observer pour connaître; le bonheur.

     

     

     



    Bac T : Pour trouver le bonheur, faut-il le rechercher ?

                Sujet bien classique aussi, mais j’avais traité cela en première, en tant que composition de français. Evidemment en philo, cela permettrait de rappeler tout ce que les philosophes ont dit à ce sujet, mais je ne m’amuserait pas à cela : ce n’est pas un corrigé mais des réflexions personnelles.

               J’ai écrit sur mes blogs de nombreux articles sur le bonheur. Ils reposaient sur trois sortes d’idées :
                    - le bonheur c’est d’abord l’absence de malheur. Certains de ces malheurs sont malheureusement inéluctables, mais nous nous en créons de nombreux plus ou moins imaginaires. Les philosophes du courant grec stoïcien parlaient « d’ataraxie », qui désigne l’absence de trouble dans l’âme, la quiétude, la tranquillité de l’esprit. La sagesse, c’est de n’être pas affecté par les aléas du destin.
                   - le bonheur c’est ensuite une question de mentalité : les optimistes qui voient le verre à moitié plein sont plus heureux que les pessimistes qui voient le verre à moitié vide. Pour être heureux il faut chasser les idées négatives et favoriser les pensées positives.
                    - le bonheur c’est profiter de tous les petits instants heureux de tous les jours beaucoup plus que des grands événements heureux, que, bien sûr, on doit aussi apprécier.

             Je citerai également des études américaines : 

              Les chercheurs pensent actuellement que les déterminants génétiques - héréditaires ou innés imposant un niveau de base élevé, faible ou moyen - sont responsables de la moitié environ des différences de niveau de bonheur entre les personnes (par exemple la préférence cérébrale d’être optimiste ou pessimiste).
              Le facteur le moins important (dix pour cent environ des variations interindividuelles) tiendrait aux conditions de vie, c'est-à-dire au fait que l'on est riche ou pauvre, bien portant ou chétif, marié ou divorcé, etc.  Cela est surprenant car c’est contraire à l’idée les conditions de vie ont une influence notable sur le bonheur.
             Il reste 40 pour cent qui correspondent à la possibilité que nous avons d'agir sur notre niveau de bonheur.
             Cela signifie qu'une personne malheureuse a d'importantes ressources psychologiques pour être plus heureuse, sous réserve d'analyser les comportements et les activités des gens heureux, de rechercher ses propres comportements et notamment tous ceux négatifs qui incitent à la tristesse et au stress, et à essayer d’évoluer dans le sens positif.

              D’après les mêmes chercheurs de l’université de Californie, les gens heureux et positifs consacrent beaucoup de temps à leur famille et à leurs amis, entretiennent des relations régulières avec autrui, expriment souvent leur satisfaction pour ce qu'elles ont, sont souvent les premières à offrir leur aide à leurs collègues ou amis, imaginent leur avenir avec optimisme, savourent les plaisirs de la vie et vivent intensément le moment présent. Elles pratiquent un sport régulièrement et ont des objectifs et des ambitions.

            Bien sûr c’est un peu caricatural à mon goût (et très américain), mais il est certain qu’être conscient des avantages que l’on a par rapport à d’autres moins favorisés et découvrir leurs problèmes pour les aider, imaginer ce que l’avenir peut apporter de bien plutôt que de passer son temps à le craindre, se donner des objectif et prendre ses responsabilités, lire, écrire, jouer de la musique, faire su sport, apportent de petites et grandes joies qui donnent un sentiment de bien-être.
             Mais pour cela il faut triompher et vaincre ses démons négatifs, il faut cesser de se plaindre soi-même, il ne faut surtout pas pour conserver un amour, une amitié, une position, se complaire dans une situation défavorable, voire catastrophique, afin que les autres s’intéressent à vous et pour ne pas se sentir  “transparente et inaperçue”.
             Il faut psychologiquement remplir le verre à moitié vide pour qu’il paraisse à moitié plein, avec la même proportion pourtant d’éléments positifs et négatifs..
             C’est en partie une affaire de volonté.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :