• Avez vous déjà vu un vélo à hydrogène ?

               Je viens de lire un article « cocorico » de « Titibike by Ecovélo », sur un vélo à hydrogène français, dont les journaux ont parlé fin 2018 et début 2019.

    Avez vous déjà vu un vélo à hydrogène ?

                Il vante d’abord les avantages de ce vélo :
     

               Le vélo à hydrogène de la société Pragma dispose d’une autonomie de 100 km (contre 50 km en moyenne pour un vélo électrique). Ces qualités qui le différencie d’un vélo standard peuvent justifier son prix actuel de 7 500 € (objectif : 3 500 € prix public en 2020,
               La station de recharge ne consomme que de l’eau et produit de l’hydrogène pour l’énergie des vélos, et c’est donc une technologie très respectueuse de l’environnement.
               Le temps de rechargement est de seulement 2 minutes ! Ce n’est rien en comparaison des 2 heures nécessaires pour recharge un vélo électrique standard.

                C’est la société française Pragma Industrie, basée à Biarritz, qui produit ces vélos d’un nouveau genre fonctionnant à l’hydrogène.
                Ces vélos à hydrogène seront d’abord testés et mis en service à Cherbourg, dans la Manche. Lesvélos seront utilisés par les touristes au printemps ainsi que par le personnel d’un hôpital et d’une entreprise privée. Seul bémol, cette expérimentation a un coût certain : plus de 700 000 € pour 10 vélos sur 3 années et demie.

                Et notre journaliste ajoute : « Un petit cocorico est de mise, car cette technologie française est une première mondiale. Bravo à Pragma pour cette belle réalisation ! »
                Et bien non monsieur le journaliste : renseignez vous avant d’écrire : La société japonaise Iwatani a présenté à l'exposition de Tokio 2010, un prototype de vélo électrique, chargé d'une pile à combustible à la place du porte-bagages arrière, d'une puissance de 60 watts, non encore pour le commercialiser, mais pour démontrer l'intérêt de cette solution technique.

               Je ne sais pas si vous savez ce qu’est une “pile à combustible”. Alors je vais vous l'expliquer rapidement : C’est en quelque sorte un bac à électrolyse qui fonctionne à l’envers.

    Avez vous déjà vu un vélo à hydrogène ?

               On injecte de l’hydrogène à l’anode et de l’oxygène à la cathode, et on a l’inverse d’une électrolyse de l’eau : on produit de l’électricité et de l’eau. En quelque sorte on brûle catalytiquement de l'hydrogène, sans flamme bien sûr et il faut évacuer la chaleur produite, sous forme d'énergie électrique.
               C’est une vieille invention car elle date de 1840, mais les premières piles vraiment opérationnelles datent de 1960 et ce sont encore des appareillages chers et pas très fiables, la principale difficulté étant la sécurité du stockage d’hydrogène, sous très haute pression pour en avoir suffisamment dans un faible volume, et qui détone à l’air libre s’il est enflammé. Il faut trouver un moyen de le stocker autrement qu'à l'état gazeux dans un réservoir.
                L’électrolyte solide acide ou alcalin est constitué par de fines membranes en polymères, rendus conducteurs, séparant les deux électrodes. Ces polymères contiennent du platine (rare, polluant et coûteux) qui sert de catalyseur de la réaction.
               Il semble que des solutions autres aient été mises au point avec des polymères particuliers (polysulfones), avec une cathode (côté oxygène) en argent et une anode (côté hydrogène) en nickel plaquée de chrome 

    Avez vous déjà vu un vélo à hydrogène ?

               La pile conçue par Iwatani, d'un poids de 1,1 kilogramme produit de l’électricité sous 30 à 35 volts et charge une petite batterie au lithium-ion de 4 ampères-heures qui alimente le moteur en 26 volts. 
               
     L'hydrogène est stocké sous la forme d'un hydrure métallique, en l'occurrence un alliage de titane et de zirconium, contenu dans un boîtier en plastique de 750 grammes, d’ un volume d'un quart de litre  Il contient 7 grammes d'hydrogène, soit autant qu'un volume de 80 litres d'hydrogène gazeux à la pression atmosphèrique “normale (0°C).

               Ce petit réservoir prend la forme d'une cartouche aisément détachable, qu'il suffit donc de changer pour repartir , et qui permettrait de produire de l'électricité pendant trois heures.
               Ce vélo original, de 31 kg, peut ainsi rouler sans l'aide des mollets du cycliste durant 45 kilomètres. 

               Le prototype n’était, en 2010 qu'à l'état de démonstration et, par rapport aux vélos électriques traditionnels, le prototype était lourd et peu puissant.    
               
    La société japonaise Iwatani qui produit de nombreux matériels à usage ménager, notamment de cuisson, voulait surtout montrer que sa pile à combustible  fonctionnait bien et qu'elle était suffisamment légère pour s'adapter à toutes sortes d’utilisations.
               
    J’ai trouvé des photos d’un prototype plus récent, mais je n’ai pu trouver d’information sur internet, quant à une commercialisation ultérieure de ce vélo.

    Avez vous déjà vu un vélo à hydrogène ?

    japonais.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Juin 2019 à 10:48

    Une super innovation ce vélo !! Mon mari en avait entendu parler, et me disait que c'était une belle avancée pour le respect de l'écologie...maintenant, il va falloir que ces prototypes soient commercialisés en grand nombre et trouve des acquereurs pour démocratiser leur prix...et aussi trouver un système anti-vol du système...Bonne journée de Pentecôte, sous un ciel mitigé ici. A bientôt (ps : je ne suis pas du tout branchée pour les questions techniques..excuses mon manque de connaissances)

      • Lundi 10 Juin 2019 à 12:07

        Merci d'être passée surnom blog. Oui les vélos vont finalement être fabriqués mais il faudrait qu'ils soient moins chers ! A quand les trottinettes à hydrogène LOL

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :