• L'accident train car de Millas.

           Comme tous ceux qui regardent la télévision, la collision entre un train TER et un autocar de transport scolaire m'a rempli de tristesse, en pensant à la peine des parents dont les enfant sont morts ou blessés. J'ai eu moi même des enfants et je sais ce qu'un tel malheur m'aurait fait.

          Mais je suis un peu étonné des réactions du transporteur et de la SNCF et surtout de la légèreté avec laquelle le procureur communique, sans penser, ni à la peine des parents, ni à la détresse de la conductrice du car.
         Je ne sais pas ce qui s'est passé réellement, mais si on s'en tient à ce qu'a dit le procureur à la télé, c'est une honte de l'accuser aux yeux de la France entière avec des arguments aussi peu logiques.

       Voyons d'abord comment fonctionne un passage à niveau avec barrières.

    L'accident train car de Millas.



          Une pédale au sol détecte le passage du train qui arrive sur le passage à niveau à une distance assez grande fonction de la vitesse maximale règlementée du train à cet endroit, et ferme un contact qui transmets immédiatement un courant électrique sur une borne lumineuse clignotante et sonore. Ce signal indique aux automobilistes que les barrières vont se fermer. Elles commencent à se fermer 7 secondes après et cette fermeture dure de 6 à 10 secondes. Donc 17 secondes après le passage du train sur la pédale, le passage à niveau doit être fermé. Le train ne passera sur le passage à niveau que 8 à 27 secondes plus tard, selon la configuration des lieux et la vitesse théorique du train, pour laisser le temps à un automobiliste qui se serait engagé sur le passage de sortit, en cassant éventuellement la seconde barrière si celles ci obturent entièrement la route.
         En général la fermeture des barrières déclenche un feu vert à l'intérieur de la cabine du conducteur du train, qui doit immédiatement freiner d'urgence si ce signal ne se déclenche pas. Il a par ailleurs alors obligation de faire "siffler" sa machine.
        
    Lorsque le dernier wagon passe sur une autre pédale 2 à 8 secondes après son passage devant les barrières, ces dernières sont à nouveau alimentées en courant électrique et se relèvent .

         L'alimentation de l'ensemble de détection se fait soit par le courant électrique EDF, soit par des batteries, et les moteurs des barrières sont en général reliées au courant EDF (par des conducteurs propres à la SNCF).

        Cela m'a choqué de voir que l'entreprise de cars et la SNCF commençaient à ergoter sur leurs responsabilités réciproque devant les journalistes, dès le jour même de l'accident. C'est à mon sens un manque de respect vis à vis de la peine des familles. Et de toutes façons il allait y avoir une enquête.
        Mais surtout, je trouve le procureur particulièrement léger, quand il annonce qu'il met la conductrice en examen uniquement parce que selon lui, la barrière était fermée avant le passage du train. Il n'en dit pas assez, et si ce sont ses seules raisons, c'est une enquête bâclée !

       On ne parle que de la barrière mais pas du signal sonore et lumineux,, qui est aussi important sur le plan des responsabilités. Quant à la barrière le procureur a seulement indiqué que le socle de la barrière était en position de fermeture après l'accident.
       Que la justice ne croie pas à priori la conductrice du car et le conducteur SNCF, c'est normal : ils sont partie prenante des responsabilités et il est important de ne pas les accuser à tort; ils sont déjà assez choqués comme cela et doivent se sentir en partie responsables.
       Il y a des témoignages contradictoires d'autres personnes, les uns ayant vu la barrière ouverte, d'autres fermée :  c'est normal, a t'on fait bien attention aux détails et surtout quand par rapport à l'instant de l'accident.
       Plus troublante cette photo prise par un jeune avec son téléphone portable, qui montre la barrière ouverte. Est elle réelle ert quand a t'elle été prise? Mais le procureur n'en souffle mot !
       Et on ne dit rien non plus des témoins qui affirment que le signal sonore et lumineux ne fonctionnait pas
       Pas un mot non plus sur des vérifications des pédales de commandeet de l'alimentation électrique..

       Je pense que le procureur ne devrait pas accuser tant qu'il ne sait pas exactement ce qui s'est passé.
       La conductrice suivait un autre car. Si la barrière ne s'est pas fermée, elle n'est responsable de rien; c'est la faute des mécanisme.
       Si la barrière s'est fermée, quand ?
       Si elle s'est fermée avant que le car ne passe, celui-ci a dû défoncer la barrière. C'est étonnant car la vitesse n'est pas en cause vu le tournant à angle droit avant le passage à niveau; le procureur a d'ailleurs parlé de 12 km/h. Je ne vois guère un conducteur de car scolaire, arrivant à si faible vitesse, prendre le risque de défoncer délibérément une barrière de passage à niveau fermé. Et casser une barrière doit laisser des traces sur elle-même et sur le car et les morceaux sont projetés vers l'avant.
       Si la barrière s'est fermée au moment du passage du car, d'une part la conductrice aurait du voir le sigal sonore et lumineux et d'autre part le train n'aurait pas dû être là encore, avant une vingtaine de secondes. Et comme il n'y avait pas de deuxième barrière, le car aurait eu le temps de sortir des voies.
       Si la conductrice est passée à gauche de la barrière (ce sont des barrières n'obturant que la moitié de la route), d'une part c'est totalement invraisemblable de prendre un tel risque et d'autre part, elle aurait dû retourner à droite et donc se trouver presque dans le sens du train. Le car n'aurait pas été coupé en deux, mais traîné sur les voies. 

       Bref en l'absence d'explication sur le déroulement de l'accident, la thèse qui paraît la plus vraisemblable est celle de la barrière ouverte.
       Alors où le procureur a d'autres explications complètes et certaines, mais il aurait dû les donner,  ou il aurait mieux fait de se taire.
       S'il n'a pas plus de faits que ce qu'il dit, il est honteux d'accabler la conductrice qui doit déjà se sentir responsable de ces malheurs.
       Je pense qu'il serait bon que les magistrats suivent des cours de communication avec les journalistes et reporters.
       Mais aucun de ces derniers n'a élevé la voix pour faire les remarques de simple bon sens que je viens de faire. Ils ne font pas bien leur métier, n'attachant de l'importance qu'au sensationnel ou au voyeurisme et non à la recherche de la vérité.
       Je pense que tous auraient dû laisser les famille tranquilles avec leur immense peine et ne parler responsabilité que lorsqu'on serait sûrs de ce qu'on avance, dans un e dizaine de jours.


    votre commentaire
  •      J’ai suivi à la télé, comme certainement beaucoup de personnes, la cérémonie à l‘église de la Madeleine, pour les funérailles de Johnny Hallyday.
        Certes je connaissais le texte de Prévert, dit par Fernand Reynaud :


    A l’enterrement d’une feuille morte
    Deux escargots s’en vont
    Ils ont la coquille noire
    Du crêpe autour des cornes
    Ils s’en vont dans le noir
    Un très beau soir d’automne
    Hélas quand ils arrivent
    C’est déjà le printemps
    Les feuilles qui étaient mortes
    Sont toutes ressuscitées
    Et les deux escargots
    Sont très désappointés
    Mais voilà le soleil
    Le soleil qui leur dit
    Prenez prenez la peine
    La peine de vous asseoir
    Prenez un verre de bière
    Si le coeur vous en dit
    Prenez si ça vous plaît
    L’autocar pour Paris
    Il partira ce soir
    Vous verrez du pays
    Mais ne prenez pas le deuil
    C’est moi qui vous le dis
    Ça noircit le blanc de l’oeil
    Et puis ça enlaidit
    Les histoires de cercueils
    C’est triste et pas joli
    Reprenez vos couleurs
    Les couleurs de la vie
    Alors toutes les bêtes
    Les arbres et les plantes
    Se mettent à chanter
    A chanter à tue-tête
    La vraie chanson vivante
    La chanson de l’été
    Et tout le monde de boire
    Tout le monde de trinquer
    C’est un très joli soir
    Un joli soir d’été
    Et les deux escargots
    S’en retournent chez eux
    Ils s’en vont très émus
    Ils s’en vont très heureux
    Comme ils ont beaucoup bu
    Ils titubent un petit peu
    Mais là-haut dans le ciel
    La lune veille sur eux.

        Mais j’ai surtout beaucoup apprécié un texte superbe que je ne connaissais pas, dit par Sandrine Kimberlain sur la vie, dont l’auteur est mère Thérésa.



                « La vie est la vie »

        La vie est beauté, admire-la
.
        La vie est félicité, profites-en.
        La vie est un rêve, réalise-le.

        La vie est un défi, relève-le.

        La vie et un devoir, fais-le.

        La vie est un jeu, joue-le.

        La vie est précieuse, soigne-la bien.

        La vie est richesse, conserve-la.

        La vie est amour, jouis-en.

        La vie est un mystère, pénètre-le.

        La vie est une promesse, tiens-la.
        La vie est tristesse, dépasse-la.

        La vie est un hymne, chante-le.

        La vie est un combat, accepte-le.

        La vie est une tragédie, lutte avec elle.

        La vie est une aventure, ose-la.
        La vie est bonheur, mérite-le.

        La vie est la vie, défends-la.

    Mère Teresa (1910-1997)


    votre commentaire
  •  

              Les américains ont peut être élu un fou comme président; je ne suis pas psychiatre et je ne peux l’affirmer. Mais en tout cas ils est certain que c’est un homme grossier et ignare.

              Il affirme sans sourciller, au mépris de tous les scientifiques américains, que le changement climatique a été inventé par les chinois pour empêcher l’Amérique de consommer de l’énergie, et que par ailleurs l’évolution darwinienne n’existe pas et que les études sur l’origine de la terre, du monde et de l’homme sont des balivernes.
              Il nie en particulier le calendrier suivant que l’on trouve souvent, avec des chiffres voisins dans des publications scientifiques :

               Ce qui est frappant dans ce calendrier, c’est l’accélération de l’évolution. 15 milliards d’années pour la formation de notre environnement, et 5 millions pour passer des grands singes à l’homme moderne.
              Et cent ans de l’ère industrielle pour accumuler le CO2 et déclencher le changement climatique.
              L’homme serait il à la fin de l’existence de la vie sur la Terre ?

     


    votre commentaire
  •                 

              Les élections présidentielles me navrent quand je vois les candidats qu’on nous propose :

              Les extrêmes se ressemblent; Mélenchon et Marine Le Pen ont presque le même programme, . Tous deux ne se rendent pas compte qu’aujourd’hui, face au débile Trump, au dictateur Poutine et à la Chine, sans parler des extrémistes arabes, seule une Europe unie peut être suffisamment importante pour nous en sortir. Mais bien sûr il ne faut pas se contenter de faire de la règlementation technocratique paralysante, mais essayer de traiter les problèmes importants de politique commune : défense, politique étrangère, économie, investissements, finances et monnaies…
              Le Front National, en plus d’un programme analogue à celui de Mélenchon, est xénophobe, et alors que le président devrait être garant de la justice la même pour tous, Marine Le Pen ne veut pas répondre aux convocations de la police et de la justice, ce qui est un comble.
             Quand on est Président de la République on est tenu de faire respecter les institutions et notamment l’indépendance de la justice et alors un candidat sérieux peut il l’injurier ?

               Hamon lui est européen, mais son programme me fait penser aux utopies de 1968. Son revenu universel de base est un beau rêve, qui se matérialisera peut être un jour, dans quelques décennies quand les esprits auront évolué, mais qui est un projet démagogique, pour lequel le financement n’est pas prévu, et dont il ne mesure pas les conséquences, ni les oppositions : on se croirait face à un ado qui ne sait pas mesurer les répercussions des actes qu’il veut entreprendre.
              Le revenu universel sera sans doute nécessaire un jour, face à la robotisation de l’industrie et à la montée des blockchains, mais il faut avant, repenser notre système financier, nos monnaies, notre éducation, et la mentalité des entrepreneurs et surtout des investisseurs, ainsi que de nos politiques, du Medef et des syndicats. Et c’est impossible à l’échelle de la France seule.
              Pour être Président, il faut avoir les pieds sur terre !

              On aurait pu croire, au moment de la primaire de droite que Fillon était un candidat sérieux : hélas, c’est un homme malhonnête, qui utilise les fonds de l’Etat dont il est responsable, pour enrichir sa famille et ment ensuite à l’opinion. Que doit penser l’assistante d’un cadre, ou la secrétaire administrative dans une collectivité qui gagne, en travaillant beaucoup, entre 1500 et 2000 € bruts, quand elle voit que Fillion déclare que ses enfants étaient avocats alors qu’ils étaient étudiants en droit, et qu’ils gagnaient entre 4500 et 5500 euros, alors qu’un ingénieur sortant d’une grande école débute à moins de 3000 €.
               Fillion joue au martyr, et accuse le gouvernement de cabale, alors que les révélations peuvent aussi bien être venues du clan Sarkozy furieux de son échec. Mais quand bien même il y aurait cabale, cela n’enlève rien à la malhonnêteté de son acte. S’il était dans une entreprise privée, on lui reprocherait de l’abus de biens sociaux ; là c’est l’argent du contribuable et c’est donc du détournement de fonds publics. Et il veut être Président de la République !!
              Quand à son modèle de société, il me fait penser à ce que nous présentaient Pétain et Laval, quand j’étais ado.

              Reste Macron, le jeunot qui n’est ni de gauche ni de droite. Cela encore, cela changerait et ce serait un progrès; mais le programme est imprécis, flou, pas calculé au plan financier, et il donne surtout l’impression d’un bon orateur, d’un bon baratin, mais est il sérieux ?  Et il est trop ambitieux à mon goût.
              Va t’il se montrer plus fiable dans les prochaines semaines ?

              Quand aux autres dont on ne sait pas s’ils pourront se présenter, ce sont surtout des farfelus, qui ont envie de faire parler d’eux

               Alors, face à cette belle panoplie, me voilà bien avancé et je me demande pour qui je vais voter Pourtant il faudra bien que j’y aille ! L’abstention est la pire des solutions.

              Retrouverons nous un jour un "de Gaulle" ? Lui au moins était honnête et parlait franc. Et quand ses enfants et petits enfants venaient manger à l’Elysée, il tenait à payer les repas de sa propre poche et non sur les fonds du Président ! On est bien loin de Pénélope et de ses enfants !


    votre commentaire
  •  

    Que dire de l'affaire Fillon ?

            Je parle rarement de politique sur mon blog, car je pense que c’est avant tout, un problème personnel.

     Mais l’affaire Fillon me laisse perplexe.

     A mon sens il y a quatre problèmes :

     Le premier ne concerne pas Fillon, mais l'Assemblée nationale et le Sénat.

     

     Je trouve tout à fait anormal que députés et sénateurs disposent de finances, sans aucun contrôle, pour embaucher qui ils veulent, dans des conditions totalement illégales au plan des règles de la fonction publique et du droit du travail.

     Les enquêtes des journalistes auprès des assistants parlementaires ont montré qu’ils étaient embauchés pour des travaux non définis (une femme disait en plaisantant que le député pourrait lui demander de laver ses chaussettes !). Les horaires ne l’étaient pas non plus et certains disaient faire 50 heures ! Et ils sont titulaires d’un « CDI pour la durée du mandant du parlementaire », ce qui est illégal : c’est un CDD, et ce n’est pas le moyen de fidéliser les bon sujets. Certains étaient très diplômés: un attaché licencié en droit et diplômé de Sciences PO disait gagner 2400 € nets par mois.

     Par ailleurs aucun contrôle sur ce que font les parlementaires de cet argent, alors que tout fonctionnaire est soumis au contrôle, combien tatillon, des contrôleurs financiers du Ministère des Finances.

     En fait cela devrait se passer autrement : il y a un service des personnels pour la Chambre des Députés (et aussi au Sénat), qui dépend d’un secrétaire général, de même qu’il y a des services d’approvisionnement ou financiers. C’est ce service qui devrait embaucher des attachés parlementaires, avec évidemment l’accord du député, et en vrai CDI, et avec un contrat conforme au droit du travail.

     

     Parlons ensuite de M. Fillon :

     La loi n’interdit pas que les attachés parlementaires fassent partie de la famille du député : il n’y a donc là pas de faute. Mais évidemment cela doit correspondre à un travail réel. Si la personne est payée sans venir travailler, dans le secteur privé ce serait « un abus de bien social », passible de poursuites. Alors, à fortiori quand il s’agit de l’argent des contribuables.

     C’est la justice qui décidera : ou bien les emplois étaient réels et il n’y a rien à dire au plan juridique, ou bien ils étaient fictifs, et il y a tout lieu de sévir.

     

     Mais il y a un aspect déontologique. 

     Les salaires de madame Fillon sont 50% plus élevés environ que ceux des autres attachés parlementaires et le double des assistantes des hauts fonctionnaires de l’administration. Quant à ses enfants, qui n’étaient pas comme il l’a dit, avocats, mais encore étudiants en droit, ils touchaient des salaires doubles de ceux d’un ingénieur sortant d’une grande école.

     Ce ne serait déjà pas normal que l’on donne des salaires trop différents de ceux pratiqués dans un domaine donné, mais qu’on le fasse quand il s’agit de membres de sa famille, me paraît gênant lorsqu’il s’agit d’une entreprise, mais, quand il s’agit de l’argent de l’Etat et donc des contribuables, je trouve cela scandaleux.

     

     Un troisième aspect me gêne pour un candidat à la Présidence de la République, qui risque de se trouver dans sa future fonction, devant des situation difficiles sur le plan international.

     Alors ses réactions dans cette affaire m’inquiètent. Il ment en disant que ses enfants étaient avocats, il oublie que sa femme a dit aux journalistes qu’elle ne travaillait pas pour son mari, il fait la victime de complot au lieu de se justifier, et lorsqu’il le fait enfin, ses explications sont vagues et laissent penser qu’elles sont fausses; Et quand ses avocats demandent que le tribunal soit dessaisi de l’affaire, cela laisse supposer qu’ils ont peur que celui-ci ne trouve des choses répréhensibles.

     

     Quant à l’origine des fuites, cela ne m’étonnerait pas que cela vienne de l’entourage de Sarkosy, qui est prêt à servir de plan B.

     

     Je trouve donc normal que les sondages soient en baisse pour le candidat Fillon.

    D‘autant plus que son programme est assez catastrophique et montre que M. Fillon n’a jamais travaillé dans une entreprise, et connaît mal l’industrie.

     Il veut durant son quinquennat, supprimer 500 000 fonctionnaires. Ce sont 500 000 embauches de moins et donc 500 000 chômeurs en puissance

     Il croit que pour ses beaux yeux, l’industrie va embaucher de nombreux salariés. Mais il n’a pas compris que, pou rester compétitive, l’industrie occidentale doit faire appel massivement aux machines et aux robots, et que, même avec une reprise économique, qui n’est pas certaine, elle n’embauchera guère que pour remplacer une partie des départs. Et, avec les réseaux postes à postes et les blockchains, ce sera bientôt la même chose dans les services.

     Alors, même en créant de nouveaux domaines (et il faudrait pour cela payer correctement les chercheurs et investir dans leurs moyens), jamais cela ne créera 500 000 postes. Donc le chômage va encore augmenter massivement.

     Certes il y a des endroits où on pourrait diminuer le nombre de fonctionnaires et employés des services publics, mais en supprimant presque toute embauche de fonctionnaire, l’armée et la police, ainsi que les magistrats, qui garantissent notre sécurité, les personnes du secteur de la santé dont nous dépendons de façon vitale, les instituteurs et professeurs qui instruisent nos enfants, vont se retrouver dans des situations désastreuses, alors qu’ils sont déjà en situation difficile.

     J’avoue que par ailleurs, les idées de M. Fillon sur l’économie ressemblent à celles de ceux qui favorisent les riches au dépends des pauvres et augmentent les inégalités, et celles sur la société et sa façon de gouverner, assez rétrogrades, me rappellent, pour moi qui suis vieux, ce que nous serinaient Pétain et Laval pendant la guerre.

     

     Alors je ne comprends toujours pas ce que lui ont trouvé les personnes qui l’ont préféré à Juppé, qui avait un programme beaucoup plus réaliste.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique