• Macron ne sait pas comprendre le peuple ni s'adresser à lui.

              Je suis de plus en plus étonné par le manque de bon sens de l’équipe gouvernementale.

              Personnellement, j’ai voté pour Macron à la présidentielle, mais cela ne veut pas dire que j’approuvais toutes ses réformes. Je trouvais seulement son programme moins mauvais que celui de Marine Le Pen.
              Je pense que beaucoup de français sont dans ce cas.
              Ce qui est anormal, c’est que Macron croit, parce qu’il a été largement élu, que tous sont d’accord avec ses réformes et qu’il doit les mener envers et contre tous, sans consulter, sans rien changer, même lorsque, à coup sûr l’opinion est choquée et largement contre. Il croit qu’il détient la vérité et la science infuse, et me fait penser à un PDG un peu bizarre que j’ai connu, et qui croyait avoir reçu une mission divine !

               Il est certain que le rôle d’un président est, comme un chef d’entreprise, de prévoir et préparer l’avenir. C’est aussi le rôle des ministres dans leur domaine de responsabilité.
              Mais l’avenir ce n’est pas la vie de tous les jours, et la majorité des français est confrontés à résoudre les problèmes quotidiens à court terme, notamment financiers.
               Travailler dans le long terme fait que les conséquences sont aussi relativement éloignées, mais il ne faut pas pour autant négliger les résultats, dans des échéances plus brèves, et si ces résultats sont mauvais, il faut reconnaître ses erreurs et changer ses objectifs et la façon de les atteindre.

               Pour justifier les cadeaux très importants faits aux riches et même plus exactement aux très riches (4,5 milliards pour tout au plus 500 000 foyerset pour les 5000 personnes les plus riches, le gain d’impôt annuel est de l’ordre de 250 000 euros!), Macron nous a dit que le fait que les riches recevait de l’argent les ferait investir dans l’économie et réduire le chômage, or le chômage n’e guère diminué.
              Certes il fallait redonner de la compétitivité aux entreprises et leurs charges ont été nettement allégées, notamment l’impôt sur les bénéfices. Mais cela n’a pas entraîné d’embauches massives et les délocalisations ont continué.
              Alors dans le court terme le travail quotidien des français est toujours aléatoire, surtout pour ceux qui n’ont pas fait d’études.
              Finalement fait payer l’enrichissement des riches par les pauvres et les classes moyennes en les assommant sous des taxes diverses.

              Par ailleurs la croissance est en augmentation très faible, bien moins que prévu. Cela n’a rien d’étonnant. En France la croissance, contrairement à l’Allemagne, est surtout supportée par les achats des ménages et leur pouvoir d’achat n’a guère augmenté, voire a baissé depuis 10 ans.
              Les retraités n’ont pas vu leur retraite augmenter alors que l’on prélève 1,7 % de CSG en plus sur leurs retraites. De plus Macron les a presque traités de flemmards, alors que certains d’entre eux sont obligés de travailler pour boucler leur fin de mois et que beaucoup ont des activités bénévoles utiles à la communauté .
               Certes ceux qui travaillent ont eu une baisse de charges qui a compensé l’augmentation de CSG, mais la suppression de la taxe d’habitation a été plus faible que prévu, et les communes,, devant les diminutions de recettes, ont augmenté cette taxe pour ceux qui la paient encore et ont augmenté par ailleurs la taxe foncière.
              Tout ce qui est énergie a fortement augmenté : gaz, électricité, fioul, carburants, ce qui pèse lourd sur les bourses, car ce sont des dépenses incompressibles ou presque.
              La demi-part dont bénéficiant veufs et veuves, du fait que le décès du conjoint ne diminuait pas les charges fixes, a été supprimée, ce qui est un scandale quand on pense aux veuves avec une faible retraite, et l’on veut maintenant diminuer la pension de réversion.
               Alors que le gouvernement ne se rende pas compte que la population a de plus en plus de mal à vivre, est un manque de bon sens et d’intelligence. L’intelligence n’est pas qu’une affaire de QI, il faut en outre avoir du réalisme et un minimum d’empathie.

              Il ne faut donc pas s’étonner du mouvement des gilets jaunes. Je suis d’accord avec leurs raisons, même si je désapprouve les blocages de l’économie et des commerces, ou des personnes qui vont travailler, et je regrette le manque de responsabilité avec lequel les manifestations sont organisées, ce qui conduit d’une part à des blessés, voire des morts, et aux dégâts effectués par des casseurs et des extrémistes.

              On aurait pu penser que le gouvernement aurait compris la situation, comme certains soutiens, telle Ségolène Royale, qui conseillait de renoncer à la hausse des taxes des carburants.(elle est au moins réaliste et a été ministre de l’écologie !).
              Beaucoup de français espéraient que le discours de Macron répondrait à leurs problèmes à court terme.
              En fait Macron a répondu par des vues à long terme sur la transition énergétique, alors que le problème qui est posé par les français est à très court terme.
               La concertation qu’il propose est une vue de politicien, qui mettra des mois à aboutir, et ce n’est pas sûr qu’elle serve à quelque chose, mais surement pas aux problèmes financiers à court terme que rencontrent la population dans sa vie de tous les jours. La seule chose de positive est une certaine relation entre le prix du pétrole et celui des carburants, mais elle est vague et sans définition réaliste pratique.
               Et l’annonce de la fermeture de centrales nucléaire est la pire ânerie au plan transition écologique. Le nucléaire est la seule énergie écologique et renouvelable qui produise de l’énergie permanente en quantité suffisante sans émettre de CO2.
              Les énergies dites renouvelables sont en fait intermittentes, avec des rendement faibles, qui ne se stockent pas, et qui ne permettront pas de produire suffisamment d’énergie. Certes il faut essayer de les améliorer, mais croire que cela va remplacer le nucléaire est faire preuve de naïveté, de manque de réalisme et de culture technique.
              Je referai un article à ce sujet.

              Bref je comprends que les gilets jaunes, déçus, aient trouvé stupide le discours de Macron. C’est un entêté et un orgueilleux qui ne sait pas reconnaître ses erreurs.
               Le problème c’est que les gilets jaunes risquent de continuer leurs blocages qui mettent en péril l’économie et aggraveront ainsi encore la situation. C’est un dialogue de sourds où chacun va vers une solution « perdant-perdant », dont les français vont faire les frais, et principalement les plus pauvres.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •           Comme vous avez pu le constater par mes articles, je m’intéresse particulièrement au changement climatique et donc aux problèmes d’énergie sous ses diverses formes de production et d’utilisation.
              Comme vous tous j’ai une voiture, et donc le prix des carburants m’intéresse aussi., même si je l’utilise surtout pour aller en vacances, car pour aller à Paris, je prends le métro et la voiture ne me sert guère qu’à aller voir mes enfants et  petits enfants, et faire les courses au supermarché.
               J’avoue ne pas comprendre le gouvernement face à la grogne actuelle et quant à sa volonté d’augmenter les taxes sur l’essence et le gazole.
              Soit nos gouvernants sont nuls en psychologie, et manquent de bon sens , soit ils se fichent de notre poire et et je pencherais plutôt vers cette solution.
              Que le gouvernement ait besoin d’argent et qu’il cherche des recettes, cela ne m’étonne pas. C’est difficile de restreindre les dépenses car nos infrastructures sont en assez mauvais état, et les hôpitaux, la justice et la police manquent de moyens.
              Il faut aussi compenser les milliards que l’on a donné aux très riches : impôt sur la fortune et surtout plafonnement de l’impôt sur les très hauts revenus et sur les gains boursiers. Et remarquons que, contrairement à ce qu’on nous avait promis, favoriser les riches et les entreprises n’a pas fait baisser le chômage.
              Il n’est pas étonnant qu’il utilise pour cela « la fiscalité sur les carburants », qui est là pour cela, alors que ce n’est pas sa vocation, car comme d’habitude, l’automobiliste est la vache à lait. Il n’est pas étonnant non plus, que cela  choque et heurte un grand nombre de nos concitoyens, et pas seulement ceux que cela va mettre en difficulté financièrement car ils doivent faire des kilomètres en voiture pour aller au travail.

              Je ne détaillerai pas la taxe sur l’essence et le gazole, car les médias ont montré que les taxes représentaient plus de 60% du coût des carburants, le prix du raffinage et de la distribution environ 15% et le prix du pétrole brut de l’ordre de 25%, avec évidemment des variations en fonction de celles du prix de ce dernier.
              Par contre je ferai remarquer que les taxes ont aussi été augmentées sur le prix du fioul et du gaz (la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques : TCIPE), alors qu’évidemment on ne peut pas ne pas se chauffer et cela va encore aggraver les conditions de vie des plus pauvres.

               Mais là où je ne comprends pas, (ou plus exactement je pense qu’on nous prend pour des imbéciles), c’est lorsque le gouvernement invoque une raison écologique pour ces augmentations de taxes, pas plus que je ne comprends les mesures compensatrices qu’il a décidées.
              D’une part la TICPE ne profite à l’écologie qu’à raison de 20% environ.
              D’autre part les nouvelles recettes issues de la hausse, pour l’année 2019, n’iront pas davantage à la transition énergétique, mais uniquement au budget de l’Etat,. Ni la transition énergétique, ni les infrastructures de transport, ni les collectivités ne sont en augmentation en 2019, comme l’a fait remarquer un sénateur.

              Le gouvernement veut augmenter le prix de l’essence pour qu’on utilise moins nos voitures, et que l’on achète des voitures moins polluantes.
              Pour le diesel, je veux bien que ce soit une raison de santé due aux particules fines, mais pour l’essence  et en partie pour le diesel, il met en avant la production de CO2
              Si nous consommons un peu moins pour les transports, cela sauvera t’il le climat ?
              D’abord les transports ne représentent que 28% de notre production de CO2 et il y a le train, les bateaux et les avions; voitures et camions représentent un peu plus de 20%.

             Nous ne pourrons diminuer que peu notre kilométrage, car, vu le prix de l’essence, nous cherchons déjà à utiliser le moins possible la voiture, donc la répercussion de l’augmentation des taxes sera minime.


              Et si maintenant nous regardons la contribution de la France à la production mondiale de CO2, elle est, grâce au nucléaire, très faible : de l’ordre de 1,1 %.


              Alors le gouvernement nous raconte des coups quand il pense qu’en augmentant les coûts de l’essence, il sauve le climat.
              Il ferait mieux de consacrer plus d’énergie à convaincre USA, Chine et Inde à diminuer leur consommation d’énergie et leur production de CO2.

              Là où par contre, je trouve qu’il manque de bon sens, c’est dans les mesures compensatoires qu’il a proposées (pour 500 millions alors que l’augmentation de la taxe sur les carburants rapportera 4 milliards d’euros).
              Donner une prime aux moins aisés et notamment s’ils parcourent des kilomètres pour aller au travail, c’est effectivement logique, mais elle sera loin de compenser l’augmentation de leur budget d’essence ou de fuel.
              Par contre glorifier comme l’a fait le Président et le Premier Ministre, les primes aux changements de voiture, c’est manquer de bon sens. Je pense qu’il faudrait leur faire faire un stage de 6 mois où ils ne dépenseraient que 1000 € par mois, pour qu’ils comprennent
              Ils sont fier d’avoir institué une prime de 4000 € pour les ménages qui touchent  moins de 12 500 € par an (environ 1000€ mensuels), s’ils changent leur voiture pour une plus récente. Pour un couple avec deux enfants à charge, la limite semble être de 1,8 fois le SMIC, soit environ 2000 €.
              Croyez vous que ces ménages, qui ont déjà du mal à payer toutes leurs charges et la nourriture, vont avoir de quoi se payer une nouvelle voiture.?
              Le gouvernement vise surtout les vieux diesels.et Edouard Philippe a donné un exemple se remplacement d’un vieux diesel par une C3 d’occasion, indiquant une grande économie de carburant. J’ai un voisin qui a un très vieux diesel et j’ai une C3 qui a 5 ans. Nous consommons à peu près la même quantité de carburant aux 100 km !

              Alors je comprends la grogne actuelle et le mouvement des gilets jaunes. Je pense qu’ils ont bien fait de le provoquer un week-end et de faire la manif de cet après-midi samedi, bien que je déplore que les morts et les blessés ainsi que les dégradations, qui ne semblent pas beaucoup émouvoir les manifestants (du moins si on se réfère aux images transmises par les médias). J'espère seulement que l'organisation de la manif cet-après-midi permettra de garder le calme, de ne pas affronter les forces de l'ordre et de ne pas se laisser déborder par des casseurs, et il y a là un risque certain qu'il faudrait assumer.
              Par contre je pense que bloquer en semaine des sites, des entreprises ou des commerces est mauvais pour l’économie et pour tous les gens qui travaillent.. Il ne faut pas s’attirer la grogne de l’opinion publique.

              Je pense que le gouvernement se contentera de dire qu’il a entendu la population, il fera peut être un petit effort financier en plus, mais il ne supprimera pas les augmentations de taxes pour autant.
              Je ne crois pas que continuer à promouvoir des manifestations sur les réseaux sociaux aura de l’influence sur le gouvernement. Il est persuadé qu’il détient la vérité et que ses réformes sont parfaites, comme un loi divine. (On l’a bien vu lors de la grêve SNCF).
              La seule chose qu’il craigne ce sont les élections, car là, celui qui vote fait ce qu’il veut. Alors à mon avis, si on veut que les députés LRM soient moins moutonniers, il faut les menacer, sur les réseaux sociaux, de ne pas voter pour leurs listes aux prochaines élections européennes.

     Seule la crainte d’une « veste électorale » peut, peut être, influencer le gouvernement.

    Je rajoute après coup un mot à mon article, dimanche matin.

               Ce que je craignais est arrivé. Quand on fait une manifestation, il faut l'organiser. C'est ce que font les syndicats. Il faut des gens qui en soient responsables; il faut un service d'ordre, il faut choisir des parcours où l'on ne risque pas de se faire déborder. Faute de quoi, des fauteurs de trouble et des casseurs viennent perturber la manifestation, faisant des dégâts et des blessés dans des affrontements volontaires avec les forces de l'ordre.

              Hier malheureusement il n'y avait aucune organisation, de plus les manifestants n'ont pas voulu aller au Champ de Mars, où il n'y avait pas de boutiques et où c'était plus facile de contenir les intrus. D'où les débordements regrettables.

              A vouloir faire uniquement ce qu'il vous plaît, c'est le chaos. La limite de la liberté, c'est l'anarchie !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •                 
                                    2011                                                                      2018

              Les journalistes se sont délectés de la rencontre de notre Président avec la Chancelière allemande à Marseille et le journal télévisé n'en finissait pas de nous en montrer des images.

              Cela m'a rappelé un jour de septembre 2011 où Nicolas Sarkozy avait aussi rencontré Madame Angela Merkel pour parler de l'Europe et de l'Euro en crise, et j'avais trouvé sur internet, un pastiche en vers à leur sujet.  Je me crois, en lisant ces alexandrins, revenu plus de soixante dix ans en arrière quand nous apprenions Racine et Corneille !

      "      La scène se passe dans les jardins du Château Belle vue, à Berlin.
    Angela von Mecklemburg et Nicolas de Neuilly se sont discrètement éclipsés de la réception offerte par le roi de Prusse. On entend, au loin, les accents du quatuor de Joseph Haydn.

    "Nicolas :
    Madame, l'heure est grave : alors que Berlin danse
    Athènes est en émoi et Lisbonne est en transes.
    Voyez la verte Erin, voyez l'Estrémadoure
    Entendez les Romains : ils appellent au secours !
    Ils scrutent l'horizon, et implorent les Dieux.
    Tous les coffres sont vides, et les peuples anxieux
    Guettent de vous, Madame, le geste généreux !
    De leur accablement ils m'ont fait l'interprète :
    Leur destin est scellé, à moins qu'on ne leur prête
    Cet argent des Germains sur lesquels vous régnez.
    Cette cause est bien rude, mais laissez-moi plaider…
     
    Angela :
    Taisez-vous Nicolas ! Je crois qu'il y a méprise
    Folle étais-je de croire à une douce surprise ;
    En vous suivant ici, seule et sans équipage,
    Je m'attendais, c'est sûr, à bien d'autres hommages !
    Mais je dois déchanter. Et comme c'est humiliant,
    De n'être courtisée que pour son seul argent !
     
    Nicolas :
    Madame, les temps sont durs et votre cœur est grand.
    Vos attraits sont troublants, mais il n'est point décent
    D'entrer en badinage quand notre maison brûle !
    Le monde nous regarde, craignons le ridicule !
    Notre Europe est malade, et vous seule pouvez
    La soigner, la guérir et -qui sait ?- la sauver !
    Nous sommes aujourd'hui tout au bord de l'abime.
    Vous y gagnez beaucoup; soyez donc magnanime !
    Les Grecs ont trop triché ? Alors, la belle affaire !
    Qu'on les châtie un peu, mais votre main de fer
    Est cruelle aux Hellènes, et nous frappe d'effroi !
     
    Angela :
    J'entends partout gronder, en Saxe, Bade ou Bavière,
    L'ouvrier mécontent, le patron en colère.
    Ma richesse est la leur, ils ont bien travaillé.
    L'or du Rhin, c'est leur sueur et leur habileté.
    Et vous me demandez, avec fougue et passion
    De jeter leur fortune au pied du Parthénon ?
    Ce serait trop facile et ma réponse est non !
     
    Nicolas :
    On ne se grandit pas en affamant la Grèce,
    En oubliant Platon, Sophocle et Périclès !
    Nos anciens nous regardent, et nous font le grief
    D'être des épiciers et non pas de vrais chefs !
    Helmut Kohl est furieux et Giscard désespère.
    Un seul geste suffit, et demain à Bruxelles
    Desserrez, je vous prie, le noeud de l'escarcelle !
     
    Angela :
    Brisons là, je vous prie, la nuit est encore belle
    Votre éloquence est grande et mon âme chancelle…
    Mais si je disais oui à toutes vos demandes
    Je comblerais la femme, et trahirais l'Allemande !

    (Ils s'éloignent, chacun de leur côté)
     
    Toute ressemblance avec des personnages connus et contemporains ne seraient que coïncidence !"

               Je me demande quand même si Nicolas savait qui sont Platon, Sophocle et Périclès ?
      Autrefois on apprenait cela en histoire et en philo !

               Mais remplacez Nicolas par Emmanuel, cela reste encore d'actualité. Toutefois ils parleraient sans doute davantage de migrants que de finances.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •       Lors d’une campagne électorale les candidats font des tas de promesses. Mais ils ne sont pas au pouvoir et donc il ne connaissent pas les dossiers et le contexte exact dans lequel ils devront réaliser leurs promesses. Il est donc normal que certaines d’entre elles s’avèrent difficiles à tenir et même peu souhaitables.
        Seuls les imbéciles décrètent qu’ils ne se trompent pas et ne changent pas d’avis.
        Monsieur Macron est sûrement un homme intelligent, alors je ne comprends pas qu’il s’entête sur certaines réformes qui manifestement n’auront pas grand intérêt.
        Il devrait penser que d’une part on l’a choisi face à Marine Le Pen et que par conséquent, certains ont voté pour lui pour ne pas voter FN. D’autre part ce n’est pas parce qu’on vote pour un candidat que l’on est d’accord avec toutes ses propositions de campagne.
        Il devrait donc davantage tenir compte de l’opinion publique.

       Parmi ses promesses il y avait celle de rétablir un service militaire pour tous, jeunes hommes et femmes.
        Certes je ne suis pas contre le service militaire.
   
        ll avait l’avantage autrefois de mélanger les diverses catégories de population, et surtout de sortir les jeunes de leur contrée. Aujourd’hui c’est beaucoup moins utile car les jeunes voyagent beaucoup plus.   
        Il avait aussi l’avantage d’imposer à certains jeunes turbulents une certaine discipline, tant sur le plan de l’hygiène de vie, que sur celui du respect de l’ordre, de la hiérarchie et des ordres reçus, ainsi que un esprit d’équipe.au travail. Pour certains c’était la découverte des difficultés de comprendre les autres, de les convaincre pour pouvoir les diriger.
        Le jeune apprenait en autre des connaissances utiles : conduire un véhicule, le dépanner, organiser des actions… voire compléter des connaissances scolaires.
        Pour certains c’était même l’occasion d’apprendre un métier.
       Bref le service militaire était un bon passage de la vie d’adolescent à celle des hommes dans le milieu du travail.
        Je crois que cela est encore plus utile aujourd’hui, où l’éducation donnée par les familles ou par l’école n’est plus aussi complète et efficace qu’autrefois.
        Ce serait aussi une occasion de désintoxiquer les jeunes contre l’usage compulsifs des téléphones portables et des réseaux sociaux.

        Mais il faut être réaliste.
        Il ne faut pas que ce service ne touche qu’une partie de la population, car ceux qui y échapperaient seraient ceux qui en auraient le plus besoin. Il faut aujourd’hui qu’il touche hommes comme femmes. C’est donc environ 800 000 jeunes à traiter par an.
        Il ne faut pas qu’il soit trop court et il faut qu’il se passe en internat, avec un encadrement militaire, sinon les bienfaits principaux qui sont l’acquisition de règles et d’une certaine discipline, ne seront pas atteints. Il faut au minimum 3 mois pour cela. De plus il ne faut pas trop perturber les scolarités, donc profiter des périodes de grandes vacances.
        Dès lors cela représente un encadrement très important et des moyens de logement énormes
    Or le service militaire a été abandonné d’une part parce que l’armée était occupée à d’autres tâches et d’autre part parce qu’il coûtait trop cher, et que par ailleurs, les armements modernes nécessitaient une armée de métier.
        Alors rétablir une telle dépense, est ce raisonnable ?

        L’armée arrive avec peine à remplir ses missions d’opérations extérieures et de lutte contre le terrorisme. Cela coûte déjà très cher, mais c’est indispensable.
        Les finances de la nation ne sont pas brillants et l’on veut réduire la dette.
        Les personnes modestes sont en souffrance, surtout avec le chômage, et les classes moyennes croulent sous les impôts.
        Or ce sont les contribuables qui paieront encore ce nouveau service.
       Je ne comprends pas que monsieur Macron s’entête à vouloir mettre en œuvre cette promesse de campagne.
        Il pourrait expliquer que dans le contexte actuel, cette dépense et ce surcroit de travail pour l’armée ne sont pas souhaitables. Je pense qu’une grande majorité des français comprendrait sans difficulté.
        Je crois que lorsqu’on augmente les dépenses publiques dans une période où il faudrait les réduire, et où l’on demande donc un nouvel effort financier à la population, on devrait mieux examiner l’efficacité et la nécessité des mesures et écouter l’opinion de la population.
        Il n’y a que les imbéciles qui ne se trompent jamais (du moins en sont persuadés) et ne changent pas d’avis quand ils s’aperçoivent qu’un projet ne correspond pas à ce qui avait été prévu auparavant.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Grèves à la SNCF

                Bien que la grève actuelle me gêne peu, du fait que je suis en retraite, je ne peux y être indifférent.

    En fait je ne suis d’accord ni avec le gouvernement, ni avec les grévistes.

               Certes il est nécessaire de faire des réformes et le gouvernement essaie de faire celles qu’il avait annoncées dans la campagne électorale.
    Mais ce n’est pas une raison pour les faire au pas de course et n’importe comment.   
               Presser la concertation au point qu’elle devient presque inexistante et vouloir passer en force avec des ordonnances, ne fait que braquer les personnes concernées et certains députés, et cela ne sert à rien de gagner ainsi deux ou trois mois, au risque de tout faire capoter.
               Une autre erreur du gouvernement actuel est, à mon avis, de tout vouloir uniformiser, d’avoir partout les mêmes règles. C’est idiot car les situations et les conditions de travail ne sont pas toutes les mêmes et si un cadre général est indispensable, des différences doivent permettre de s’adapter aux divers cas.
               Un exemple qui provoquera dans l’avenir des grognements certains, c’est l’idée du gouvernement que les règles de retraites soient les mêmes pour tous, et en particulier d’aligner les règles de calcul des retraites des fonctionnaires sur celles du secteur privé. Certes les calculs des retraites de cadres de fonctionnaires sont un peu plus avantageuses par rapport aux derniers salaires perçus que les règles du privé, mais on oublie qu’ils sont payés 30 à 50% de moins que dans le privé à poste analogue (quand ce n’est pas encore moins!). Une uniformisation n’est possible que si les situations ne sont pas trop différentes.
               Je pense que supprimer le statut des cheminots pour les futurs embauchés est une erreur et n’augmentera pas la compétitivité de la SNCF.
    Les conditions de travail des personnels roulants sont très difficiles notamment en raison des déplacements et des emplois du temps qui exigent une présence permanente. Le statut est une compensation.
              On fera de petites économies en le supprimant, mais d’une part on aura du mal à embaucher de nouveaux agents, et d’autre part, ils seront moins compétents puisque les conditions seront moins attractives, et moins motivés. La SNCF ne sera pas gagnante. Alors pourquoi brandir ce chiffon rouge? Par un souci idiot d’uniformisation.
               Par contre je suis d’accord avec le gouvernement qu’une réforme de la SNCF est nécessaire puisque l’Europe a décidé d’ouvrir à la concurrence.
    Mais elle ne passe pas par la suppression du statut : elle devrait réorganiser la gestion des trains, augmenter la polyvalence et la formation des agents, chercher des gestionnaires privés de petites lignes, ou des substituts partiels du chemin de fer, différencier clairement l’entretien des lignes et leur exploitation, développer l’innovation, mieux utiliser les nouvelles technologies, et reprendre en charge une partie du déficit de l’entreprise, dû en partie à la politique tout TGV des gouvernements.

               Mais je ne suis pas non plus d’accord avec les grévistes et les syndicats ; ils font à la télévision de la désinformation quand ils disent que la suppression du statut entraînera une baisse de salaire pour les agents actuels ou quand ils affirment que le gouvernement veut privatiser la SNCF.
               D'abord je leur reproche de ne faire que des mouvements qui apportent une gêne immense au public et des pertes certaines pour certaines entreprises, sans parler des dommages pour la SNCF, d’une part en rentrées d’argent immédiates, mais aussi en perte de clients qui auront pris de nouvelles habitudes. Je pense que les syndicats de la SNCF n’ont pas les pieds sur terre et n’ont aucun sens économique à moyen terme. Ils cherchent simplement le « pouvoir » sur leur troupes.
               Surtout je trouve que cette grève montre que les cheminots qui se sont lancés dans cette aventure (environ 27%), n’ont pas le sens ni des responsabilités,  ni d’un service public. Un service public est au service des usagers : il n’est pas là pour les prendre en otages, surtout pendant des périodes aussi longues.
               Le bon exemple nous est donné par les hôpitaux qui sont dans un état encore plus critique que la SNCF : ils font grève (en principe), mais continuent à soigner les malades. Là c’est un vrai service public !
               Alors que les agents grévistes de la SNCF hurlent contre une privatisation qui n’est pas à l’ordre du jour, ils se comportent encore plus mal qu’une société privée, dont les membres ont en général davantage conscience des réalités économiques.
    En fait ces personnes justifient par leur inconscience, une privatisation, ce qui est un comble.

           Je continuerai demain mes articles sur le sommeil et les rêves.

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique